Dossier Retour au dossier Space 2019

Filière biogazLes acteurs de la méthanisation prennent leurs marques

| par Aude Sorel et Robin Vergonjeanne | Terre-net Média

Après l'alimentaire, la filière biogaz devient à son tour « locavore ». Des nouvelles structures voient le jour en région pour consommer localement du biométhane. A l'image de "Gaz d'ici" en Rhône-Alpes, et "Bio Breizh Gaz" en Bretagne, l'association des agriculteurs méthaniseurs de France crée son réseau régional.

a filière biogaz organise son maillage local avec la création de marques et de réseaux de distributions.La filière biogaz organise son maillage local avec la création de marques et de réseaux de distribution. (©Terre-net Média)

En cinq ans, le nombre d’unités de méthanisation a été multiplié par cinq en France. La filière biogaz naissante s’organise et trouve ses marques. C’est le cas d’une dizaine d’agriculteurs méthaniseurs de Rhône-Alpes qui ont créé leur marque « Gaz d’içi ». Leurs objectifs sont de fédérer les projets de méthanisation et d'assurer la traçabilité du lieu de production à sa distribution. Gaz d’ici souhaite développer les sites d’injection de gaz dans le réseau et construire des stations de carburant GNV (Gaz naturel véhicule).

« Certaines entreprises grosses consommatrices de gaz peuvent décarboner leurs consommations grâce au biogaz, s’il est produit localement et a nécessité peu de transport », fait remarquer Éric Legorjus, directeur de Redéo Énergies, lors d’une conférence au Space 2019. Cette entreprise bretonne a lancé « Bio Breizh gaz », du biométhane acheté et consommé à moins de 50 km de son lieu de production.

Garantir la traçabilité du biogaz

La région Bretagne souhaite développer son réseau de stations de recharge en GNV et BioGNV. Sept stations sont en cours d’installation dans la région. L’objectif est d'avoir un point d'approvisionnement en gaz tous les 50 km sur les axes principaux pour les automobilistes et les transporteurs. « Lors du développement d’une nouvelle énergie, c’est à la puissance publique d’initier le mouvement en prenant à sa charge le coût des premières installations. Elles ne sont pas suffisamment rentables pour des entreprises privées », précise Jean Gaubert, vice-président du Pôle Energie Bretagne.

Les agriculteurs producteurs de biogaz et les porteurs de projets peuvent se former au sein de l’Association des agriculteurs méthaniseurs de France (AMF). Le but de cette organisation est d'accompagner les agriculteurs pour qu'ils préservent la valeur ajoutée dans leurs exploitations. L’association compte 280 adhérents dont 250 en cogénération et 30 en injection de gaz. Désormais, l’AMF se décline à l'échelle régionale avec l’association des agriculteurs méthaniseurs de Bretagne, présidée par Jean-Marc Onno.

La filière biogaz, l’Inra et le bureau d’étude Akajoule développent l’outil Mapped afin de mettre en réseau les fournisseurs de biomasse méthanogène et les unités de méthanisation. En cours d’expérimentation, cet écosystème connecté devrait voir le jour l’an prochain.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


Kanka
Il y a 48 jours
Bonjour
Répondre
Daniel
Il y a 49 jours
Bonjour,
Est-ce que l'INRA prévoit dans cette mise en réseau des mesures de COS et d'éléments variés dans les sols prélevés ? Puisque la législation ne le prévoit pas et l'état ne pourra pas contrôler ...
sincèrement
Répondre