Consommation de viandeLa viande bio séduit de plus en plus les français

| par CLG | Terre-net Média

La nouvelle vague de l'étude Interbev-Ifop confirme la croissance de la part du bio dans l'alimentation, faisant écho aux enjeux sociétaux actuels. Avec une progression de 15 points en 4 ans, la viande est un secteur particulièrement sensible à ce phénomène.

La viande produite sous label bio est de plus en plus plébiscitée par les consommateurs, qui justifient cet intérêt d'abord par les qualités organoleptiques de la viande.La viande produite sous label bio est de plus en plus plébiscitée par les consommateurs, qui justifient cet intérêt d'abord par les qualités organoleptiques de la viande. (©Terre-net Média) 

Alors que 96 % des français interrogés déclarent consommer de la viande, 74 % d’entre eux disent privilégier le bio, au moins occasionnellement. En 2018, le secteur des produits carnés enregistre 3 points de plus que l’an dernier et une croissance cumulée de 15 points en 4 ans.

L’étude s’est intéressée aux raisons de cette augmentation au travers d’une série de questions ouvertes. Les qualités organoleptiques et l’aspect santé de la viande bio arrivent en haut du podium avec respectivement 25 et 23 %. Le bien-être animal et les conditions d’élevage jouent aussi un rôle important avec 15 %. Enfin, 12 % des français citent le respect de l’environnement. Les réponses sont très similaires si des propositions sont suggérées aux personnes sondées. « Ces qualités perçues découlent de la perception qu’elles ont de l’élevage bio. Associant nature, animaux et hommes, le mode de production biologique propose des produits à la fois bons et éthiques », conclut la Commission bio de l’Interbev.

Toutefois, les consommateurs estiment que la viande bio devrait être plus courante dans les différents points de vente. Tandis que 72 % des sondés jugent indispensable de trouver de la viande dans l’offre bio des différents circuits de distribution, uniquement 6 personnes sur 10 estiment qu’il est facile d’en trouver.

Le steak caché

En 2017, la grande distribution a réalisé 52 % des ventes en volume, suivie par les magasins spécialisés (17 %), la boucherie artisanale (14 % des volumes malgré la concurrence des GMS), et enfin la vente directe (10 %). La restauration hors domicile ne représente quant à elle que 7 % des volumes, avec une croissance faible sur l’année (+ 4 %).

Pour les consommateurs, ce n'est pas plus simple de trouver de la viande bio dans la restauration hors foyer. 68 % des français interrogés trouvent difficilement leur bonheur dans les restaurants traditionnels, et la chose s’avère quasiment impossible dans les cantines et services de restauration rapide. Pourtant, 44 % d’entre eux sont prêt à payer plus cher pour consommer de la viande bio dans un restaurant.

Une tendance qui confirme l’engouement général pour l’agriculture biologique observé ces dernières années. Progressant de 18 % pour la consommation à domicile et de 7 % en restauration hors domicile, l’alimentation bio représente aujourd’hui une part importante du marché.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


MDR
Il y a 48 jours
C'est sur que comparé a du taurillon entassé ds des cases exigues et nourrit au blé et a la paille ,ya pas photo ! :p)
Répondre
Capitaine
Il y a 51 jours
Il nous appartient d’augmenter la part de la vente directe et de faire reculer celle des gms.
Répondre