[Carte interactive] Terres agricolesEn 10 ans, la France a perdu plus de 500 000 ha de prairies permanentes

| par | Terre-net Média

Urbanisation galopante, retournement des prairies. : l'herbe n'a pas la cote ! En 2015, la France compte 513 800 ha de prairies permanentes en moins par rapport à 2005. Une perte équivalente à toute la SAU de l'Aveyron en seulement 10 ans. Outre le développement économique et les infrastructures qui vont avec, les réformes de la Pac ne semblent pas étrangères au phénomène.

Les réformes successives de la Pac auraient accéléré la tendance à la baisse des surfaces toujours en herbe. Les réformes successives de la Pac auraient accéléré la tendance à la baisse des surfaces toujours en herbe. (©Kverneland)  

I l y a quelques semaines, Terre-net.fr présentait, département par département, l’évolution en matière de pertes de SAU , de boisement ou encore d’ artificialisation des terres agricoles . Dans le même esprit, voici l’évolution, département par département, des surfaces toujours en herbe (1).

De 2005 à 2015, cette surface toujours en herbe a fortement diminué : de 8 millions d’hectares il y a 10 ans, il ne reste plus que 7,47 millions. La perte précise de 513 842 ha correspond à la surface agricole utile totale du département de l’Aveyron. Cela donne une idée du phénomène…

Département par département, l’évolution des surfaces toujours en herbe

Part de la surface toujours en herbe dans la SAU du département

En seulement 10 ans, donc, les surfaces en prairies permanentes dans les exploitations agricoles ont diminué de 6,43 %. Cette tendance à la baisse sur la période 2005-2015 est néanmoins plus faible que sur la période décennale précédente : entre 1995 et 2005, la baisse avait été de près de 9 %.

La Pac, une belle charrue pour les prairies ?

Depuis 1990, la baisse annuelle de ces surfaces a été de l’ordre de 0,92 % pour l’ensemble du territoire. Comme pour la baisse générale de la SAU française, les surfaces en herbe sont aussi victimes du développement économique. On connaît l’amour, sans beaucoup de limites, de nos élus et des investisseurs pour les toupies à béton et autres engins de terrassement.

Si la construction de routes, de beaux pavillons, de quartiers résidentiels ou la pullulation de zones artisanales et industrielles expliquent une tendance de fond, identique à la disparition généralisée des terres agricoles, elles n’expliquent pas les plus fortes baisses enregistrées certaines années. En 2010 par exemple, la baisse a été de 1,80 %. En 2004, elle était de 1,02 %. En 1993, elle était de 2,42 %, puis de 1,23 % pour les années 1994 et 1995.

1993, 2004 puis 2010 : ces années suivent une réforme plus ou moins profonde de la Pac. Coïncidences ? Pas sûr si on regarde en parallèle l’évolution des surfaces arables. En 2010, les surfaces arables françaises ont augmenté de 0,24 % alors qu’elles ont régressé les années précédentes et suivantes. Idem en 1993, les terres labourables avaient fait un bon de 1,05 % quand l’évolution des autres années 90 oscillait tout au mieux autour de 0,3 %.

N.B : (1) Agreste, le service statistique du ministère de l'agriculture, recense les surfaces agricoles selon leur usage. La surface en herbe dont il est question ici correspond aux « surfaces toujours en herbe des exploitations », c'est-à-dire aux prairies permanentes. Les prairies temporaires ou « artificielles » ne sont pas comptabilisées dans les chiffres de cet article.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


Denis
Il y a 1219 jours
Je souhaiterais réagir sur une phrase tirée du document ci-dessus : "On connaît l’amour, sans beaucoup de limites, de nos élus et des investisseurs pour les toupies à béton et autres engins de terrassement." Les investisseurs du terrassement ne bétonnent pas pour le plaisir de bétonner ! Si les élus donnent leur accord pour un agrandissement des zones constructibles, ce n'est pas pour satisfaire un soit-disant amour pour les toupies de béton ! Dans cet article, quid que l'artificialisation des terres par le bétonnage serait la conséquence d'une croissance démographique exponentielle.
Répondre
Frédéric via Facebook
Il y a 1220 jours
Je crains que au rythme où vont les choses, à un horizon de 20 ans de nombreux propriétaires de prairies ne trouveront plus de locataires... Je dis cela car les producteurs de lait disparaissent ou alors ne veulent plus de prairies. On en arrivera à un point tel que soit l' interdiction de labourer sera levée ou alors les prairies seront plantées en bosquets...
Répondre