Organisation et charge de travailSite Déclic travail.fr : l'élément déclencheur d'une réflexion chez les éleveurs

| par | Terre-net Média

Vous ne vous sentez pas bien dans vos bottes d'éleveurs ? C'est peut-être lié à une surcharge de travail, une mauvaise d'organisation, des équipements mal adaptés, une gestion non optimale des ressources humaines... Les raisons peuvent être très diverses et parfois multiples pour un problème souvent sous-estimé, voire pas du tout pris en compte ou même encore tabou dans bien des cas. Alors qu'il suffit parfois d'en parler et de se faire accompagner. La plateforme web Déclic travail vous propose, en quelques clics et en toute confidentialité, un diagnostic et des solutions concrètes.

plateforme declictravail.frwww.declictravail.fr est ergonomique, clair, simple à utiliser et riches en informations pour les éleveurs et l'ensemble des acteurs de la filière, qui s'intéressent à la problématique du travail en élevage. (©idele, Cniel, CNE, chambres d'agriculture, Anicap, CRA-W) 

L'idele l'avait annoncé dans une vidéo tournée au Space 2019, détaillant les différentes actions menées depuis plusieurs années par l'institut sur le travail en élevage pour renforcer l'attractivité du métier d'éleveur auprès des jeunes : l'outil Déclic travail, sur lequel il travaillait alors, vient d'être officiellement lancé pour cette rentrée 2020. Développé par l'organisme, il est le fruit d'un partenariat multi-structures (entre l'institut de l'élevage idele, le Cniel, la Confédération nationale de l'élevage, les chambres d'agriculture, l'institut de recherche de Wallonie CRA-W et l'Anicap, Association nationale interprofessionnelle caprine NDLR) de la coopération de nombreuses organisations agricoles telles que la MSA, le BTPL, Avenir Conseil Élevage, etc., et l'engagement du RMT travail en agriculture.

Le travail devient en effet un enjeu de plus en plus important en élevage, confronté à un manque de main-d'œuvre (difficulté à renouveler les chefs d'exploitation et à recruter des salariés, ce qui compromet la durabilité sociale des fermes) lié en grande partie à des problèmes de charge excessive, de pénibilité, d'organisation, de bâtiments et équipements mal adaptés, de relations humaines..., qui peuvent conduire à des ruptures de sociétés agricoles, à l'abandon du métier, à des troubles physiques ou psychologiques, voire dans les cas extrêmes au suicide.

Quelques chiffres éloquents du CRA-W (institut de recherche wallon) :
  • « 80 % des éleveurs ressentent une forte pression au travail et devraient améliorer leurs conditions d'exercice du métier (augmentation de la taille des élevages, baisse de la main-d'oeuvre familiale)
  • 60 % des élevages laitiers manquent de temps pour les tâches administratives et la vie de famille, la situation étant critique dans 25 % des exploitations
  • 1/4 du travail est assuré grâce au bénévolat familial dans 20 % des fermes

La plateforme www.declictravail.fr ambitionne de provoquer un déclic chez les producteurs pour les inciter à prendre davantage en compte cette problématique, et à oser en parler et se faire aider si besoin.

Le travail dans les fermes est un sujet intime, encore trop souvent tabou. René Poismans, CRA-W.

Présentation de Déclic travail en vidéo :

4 objectifs et 4 fonctionnalités dédiées

  •  Sensibiliser les éleveurs à la problématique du travail en élevage (charge, organisation, conditions, gestion des ressources humaines).

Un autodiagnostic simple et rapide avec plusieurs propositions d'amélioration ciblées sur les problèmes identifiés . 

En « quelques clics », les producteurs obtiennent « une réponse personnalisée ». Quatre étapes seulement permettent de mettre en évidence les difficultés rencontrées et les attentes des exploitants, qui doivent décrire :

1- leur contexte de travail : espèce élevée, localisation de la ferme, main-d'œuvre, activités complémentaires (transformation, vente directe, etc.)...

2- leur ressenti au travail à travers 10 questions fermées et qualitatives, liées aux réponses fournies à l'étape précédente.

3- plus précisément certaines tâches pour comprendre la ou lesquelles posent le plus de souci, en cochant à chaque fois l'un des quatre items (charge de travail importante / tâche difficile à organiser / travail pénible moralement ou stressant / travail pénible physiquement) et, au besoin, la case "Je souhaite que cela s'améliore".

4- pour aboutir à une synthèse avec des marges de progrès classées par ordre de priorité dans trois pôles : "ressources humaines", "organisation du travail" ou "conditions de travail", l'importance de chacun étant visualisée sur un graphique.

Pour chaque piste proposée, l'objectif est rappelé (par exemple, diminuer la pénibilité physique ou réduire la charge de travail) et la faisabilité est évaluée via trois critères (le coût, le temps et les compétences exigés pour la mise place), matérialisés visuellement sur un graphe pour aider à choisir la solution qui convient le mieux.

À noter : aucune saisie n'est sauvegardée, ce qui garantit la confidentialité de l'auto-diagnostic, qui peut être modifié ou recommencé entièrement autant de fois que nécessaire.

Les éleveurs ont souvent la tête dans le guidon et ont du mal à voir ce qui pose souci. L'auto-diagnostic va les aider à identifier ce qui va bien et moins bien, et à hiérarchiser les problèmes.

Marie-Laurent Dubreuil, conseillère "travail" à la chambre d'agriculture de Normandie. 
 

2- Mutualiser, valoriser et harmoniser les données des organismes partenaires des producteurs.

→ Une banque de solutions, constituée à partir d'observations de terrain pour améliorer le travail sur l'exploitation, que les producteurs peuvent trier, par un système de filtre, selon leurs besoins et objectifs, le type d'animaux (exclusivement des ruminants pour l'instant) et le thème concerné (organisation et simplification du système, aménagement des bâtiments, matériel, main-d'œuvre, travail administratif, transformation et commercialisation), sachant qu'un moteur de recherche par mots-clés existe également. Elle offre la possibilité pour aller plus loin après l'auto-diagnostic.

Rassembler au même endroit des ressources nombreuses mais disséminées. Gilles Saget, chef de projet à l'idele

3- Renforcer l'accompagnement des exploitants agricoles sur cette thématique.

Un annuaire des acteurs para-agricoles spécialisés dans ce domaine, avec un lien vers leurs site web, une sélection par département et le champ d'intervention (sécurité au travail, ergonomie, soutien humain et psychologique, reconversion professionnelle, ect.).

4- Intégrer davantage le thème du travail en élevage dans l'enseignement, la formation et le conseil.

Un outil et des ressources utilisables à des fins pédagogiques ou lors de réunions.

3 publics visés

  •  Les éleveurs

→ Ils peuvent s’auto-évaluer et initier une réflexion autour du travail sur leur ferme à partir de l'auto-diagnostic, qu'ils peuvent approfondir sur le site où ils peuvent consulter les connaissances actuelles sur le sujet, des témoignages de leurs pairs et solliciter l'appui de spécialistes. Beaucoup se posent des questions et ont des attentes dans ce domaine. Grâce à Déclic travail, ils peuvent d'abord prendre du recul et observer ce qui se passe sur leur ferme, puis repenser leurs conditions et leur organisation du travail pour plus de sérénité au quotidien et un meilleur équilibre vie pro/vie perso. 

L'objectif est de toucher les producteurs, qui passent à travers les mails du conseil agricole pour ne pas qu'ils restent seuls sur leur ferme.

Mieux les accompagner sur cette problématique majeure du travail en élevage, plus humaine qu'économique, est le rôle de la profession.

Gérard Bazin, éleveur et président de la chambre d'agriculture du Rhône.

  • Les techniciens

→ Ils peuvent s'informer, apporter des compléments ou des précisions aux données disponibles, se servir des fiches techniques pour le conseil individuel et collectif délivré aux producteurs. 

Déclic travail va aider les conseillers à aborder avec les éleveurs ce sujet à la fois vaste, propre à chaque élevage et intime.
Marie-Laurent Dubreuil, chambre d'agriculture de Normandie.

  • Les enseignants

→ Ils peuvent ainsi mieux cerner les enjeux liés au travail en élevage et utiliser la plateforme et les documents qu'elle contient dans leurs enseignements.

Un site internet facile d'accès, complet et évolutif

Accessible à tous (éleveurs, conseillers, enseignants, etc.), gracieusement et sans avoir à ouvrir de compte, sur ordinateur, tablette et smartphone, il comprend :

  •  60 fiches solutions proposant des pistes pour faire évoluer les pratiques autour de six axes : organisation et simplification du système, aménagement des bâtiments, matériel, main-d'œuvre, travail administratif, transformation et commercialisation. Lequel est rappelé en haut de chacune avec, à côté, un logo représentant la filière concernée (bovin lait, bovin viande, ovin...) et l'objectif recherché (diminuer l'astreinte, préserver la santé des travailleurs...). S'ensuivent une description de quelques lignes, donnant les avantages et les inconvénients pour pouvoir choisir en ayant tous les éléments en main. Puis la mise en œuvre est détaillée et évaluée en termes de coût, temps et savoir-faire requis. À disposition également : des témoignages d'éleveurs ainsi que des liens vers des vidéos, des trucs et astuces et d'autres documents sur le même sujet, hébergés ou non sur la plateforme. Exemple d'évolutions suggérées : réaménager l'espace bureau, mieux communiquer avec ses salariés, simplifier l'allotement au pâturage.
  • 80 trucs et astuces pratiques avec des témoignages, des vidéos
  • 100 experts répertoriés dans la base de contacts
  • un espace où les éleveurs peuvent poster leurs remarques ou questions

La plateforme, souple, facile à utiliser et évolutive : la base documentaire, les retours d'expériences et le carnet d'adresses seront fréquemment mis à jour et enrichis. Chaque mois, une nouvelle astuce, question ou mini quiz sur le travail en élevage sera mis en ligne pour que les utilisateurs consultent régulièrement le site web. Celui-ci pourrait même être ensuite adapté aux élevages de volailles, porcs et équins.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article