Météo agricole : quel temps pour les mois à venir ?

(Source: MeteoNews)


OCTOBRE 2018


En Europe :


Des hautes pressions récurrentes devraient s'étaler des iles Britanniques à la Russie, apportant un temps calme, sec et souvent ensoleillé sur ces régions, mais frais voire froid avec des gelées précoces et fréquentes. A l'inverse des basses pressions concerneraient l'est de la Méditerranée et le Portugal. Le temps serait donc bien instable voire pluvieux sur l'ensemble des pays méditerranéens, humidité qui débordait vers les Balkans. Un temps doux voire assez chaud serait toutefois au programme. Plus mitigé et de saison entre ces deux zones.

En France :


Ecart de température : +0,2 degré - Précipitations : proches des normales - Ensoleillement : assez important

Située au carrefour de plusieurs influences radicalement opposées, la France devrait connaître un mois d'octobre très irrégulier et variable. L'influence anticyclonique se ferait surtout ressentir sur la moitié nord avec un temps assez sec et lumineux, plus humide vers la Bretagne en marge du système dépressionnaire portugais, le tout sous des températures de saison ou faiblement déficitaires avec des gelées assez précoces et nombreuses. Dans le sud, davantage d'humidité et d'instabilité qu'au nord avec une tendance orageuse assez marquée, mais sous des températures plus élevées, même excédentaires sur les régions méridionales. L'ensoleillement s'annoncent globalement supérieur aux chiffres de saison.


NOVEMBRE 2018


En Europe :


Un anticyclone devrait fréquemment s'étendre du nord de la Russie et du sud de la Scandinavie à l'Europe occidentale, faisant craindre un « Moscou-Paris » précoce et un risque de vague de froid sur une large partie du continent, jusqu'en France et même jusqu'au Maghreb. Novembre s'annonce froid vers très froid de la Russie aux îles Britanniques, en France, sur la péninsule Ibérique et l'Afrique du Nord, en passant par la Suisse, le Benelux ou encore l'Allemagne et la Pologne. La douceur se cantonnerait au Proche-Orient jusqu'aux Balkans et. du nord de la Finlande à l'Islande et surtout au Groenland. Temps sec attendu du coup sous les hautes pressions en dehors d'éventuels épisodes neigeux, plutôt rares malgré le froid. Une dépression récurrente entre le Golfe de Gênes et la Croatie apporterait en revanche d'importantes précipitations du sud-est de la France et de la Sardaigne jusqu'en Grèce.

En France :


Ecart de température : -1,7 degrés - Précipitations : faibles, abondantes dans le sud-est - Ensoleillement : important

Les hautes pressions de la Mer Baltique pourraient diriger de l'air très froid jusqu'en France, faisant craindre une vague de froid précoce et potentiellement forte sous un « Moscou-Paris ». Gelées, fortes gelées et jours sans dégel seraient ainsi largement plus fréquents qu'habituellement. Cet air froid serait aussi très sec, apportant peu de précipitations et finalement peu de neige malgré des petits épisode probables. Des fortes pluies pourraient en revanche concerner les régions du sud-est jusqu'en Corse, donnant de la neige à très basse altitude sur le sud des Alpes et l'île de beauté. Bon ensoleillement dans l'ensemble, plus particulièrement sur la moitié nord.


DECEMBRE 2018


En Europe :


Les conditions anticycloniques s'étaleraient surtout du nord de l'Atlantique au nord de la Scandinavie ou encore sur le Maghreb où un temps assez sec s'imposerait en dehors de quelques pluies faibles ou flocons, dans une ambiance froide sur les îles Britanniques et l'extrême ouest de la péninsule Ibérique. Les dépressions quant à elles seraient assez récurrentes au large du Portugal, de l'Italie à la Turquie et sur l'ouest de la Russie. Les pluies s'annoncent fréquentes et abondantes tout autour de la Méditerranée jusqu'aux Balkans. Côté thermomètre, un excédent est attendu de la Finlande à la mer Noire jusqu'en Turquie. Le reste du vieux continent passerait ce mois de décembre sous des valeurs proches des chiffres de saison.

En France :


Ecart de température : -0,4 degré - Précipitations : de saison, excédentaires dans le sud - Ensoleillement : de saison à faible

Les grands centres d'actions resteraient à distance de la France, influençant à tour de rôle les conditions climatiques sur nos régions. Résultat : une alternance de doux et de froid, donnant un mois proche des chiffres de saison côté thermomètre. Les précipitations seraient proches des moyennes saisonnières également, excédentaires toutefois sur les régions méridionales, de l'Aquitaine à la Méditerranée. Enfin, l'ensoleillement devrait se situer dans les normes voire un peu en-dessous.


JANVIER 2019


En Europe :


Le général hiver pourrait revenir en force avec un barrage de hautes pressions du nord de l'Atlantique à la Russie, dirigeant de l'air froid à glacial sur une très large partie de l'Europe durant deux à trois semaines, voire davantage. Ce froid n'épargnerait que l'Islande et l'extrême nord de la Scandinavie. Températures davantage de saison voire élevées pour un mois de janvier aussi du Maghreb et de l'Andalousie aux Balkans jusqu'au Proche-Orient. Côté précipitations, le froid serait sec des îles Britanniques à la Russie en dehors d'effets côtiers le long de la mer Baltique. Les dépressions méridionales pourraient en revanche apporter des épisodes neigeux fréquents et conséquents des plateaux espagnols à la France jusqu'au nord de la Mer Noire. Beaucoup d'intempéries d'autre part tout autour de la Méditerranée avec des pluies et orages fréquents, faisant craindre des inondations.

En France :


Ecart de température : -2,2 degrés - Précipitations : fréquentes et abondantes, souvent sous forme de neige - Ensoleillement : de saison à faible

Le premier mois de l'année 2019 pourrait être glacial. Une première tendance indique en effet un déficit thermique très conséquent, supérieur à 2 degrés, en raison de la présence de hautes pressions des îles Britanniques à la région Moscovite. Un « Moscou-Paris » pourrait ainsi souffler le froid et même le glacial sur notre pays. Des dépressions entre le Portugal, l'Italie et la Grèce pourraient d'autre part largement déborder sur la France, entrant en conflit avec l'air froid et donner ainsi des chutes de neige fréquentes et abondantes sur la plupart des régions, un peu moins le long des frontières du nord-est. Près de la Méditerranée, fortes pluies et parfois neige seraient au programme. L'ensoleillement s'annonce faible à normal selon les régions.


FEVRIER 2019


En Europe :


Dans la continuité de janvier, février pourrait afficher des couleur bien hivernales sur l'Europe. Les hautes pressions récurrentes, plus au nord entre le nord de l'Atlantique et la Norvège, pourrait à nouveau diriger régulièrement de l'air froid sur la majeure partie du vieux continent. Moins froid sans doute qu'en janvier grâce à quelques incursions océaniques plus douces. La douceur se cantonnerait plutôt au Groenland et au Proche-Orient. Un temps sec est envisagé du nord de l'Europe jusqu'au Portugal et jusqu'au nord des Balkans. En revanche, les pays méditerranéens connaîtraient un mois très perturbé, pluvieux, orageux voire neigeux sur les montagnes les plus proches.

En France :


Ecart de température : -1,3 degrés - Précipitations : faibles voire de saison, abondantes dans le sud-est - Ensoleillement : supérieur à la normale

Dans la lancée de janvier, le froid pourrait s'éterniser sur la France en février en s'atténuant quelque peu. Le déficit thermique pourrait tout de même dépasser le degré partout, avec des gelées moins fortes qu'en janvier, mais un froid modéré rarement interrompu par la douceur océanique. Les précipitations seraient déficitaires dans le nord-est, de saison quasiment partout ailleurs et abondantes sur les régions du sud-est. Des épisodes neigeux seront probables jusqu'en plaine et l'enneigement s'annonce abondant sur les Pyrénées et le sud des Alpes. Un bon ensoleillement dans l'ensemble, sauf. près de la Méditerranée où il serait déficitaire.


MARS 2019


En Europe :


L'anticyclone des Açores devrait s'étirer entre le Portugal et l'Irlande, s'étalant assez loin vers l'est. Mars 2019 serait donc calme sur une grande partie de l'Europe, notamment de l'ouest de la péninsule Ibérique aux îles Britanniques avec un temps plutôt sec, mais sous une relative fraîcheur. Les précipitations s'annoncent importantes en revanche sur la Tunisie, l'Algérie et surtout vers les Baléares sous une dépression récurrente, débordant vers la Corse, la Sardaigne et le sud-est de la France. Pluies et orages domineraient ce mois de la Grèce au Proche-Orient. Froid et neige devraient intéresser la Russie centrale. L'Islande, la Norvège, le nord de la Suède et le Proche-Orient pourraient connaître des températures supérieures aux chiffres de saison pour ce premier moins du printemps météo 2019.

En France :


Ecart de température : 0,0 degré - Précipitations : de saison, voire excédentaires dans le sud-est - Ensoleillement : de saison

Retour à des températures sans doute à peu près de saison en mars 2019 en France. Bien que faibles, les gelées devraient toutefois rester un peu plus fréquentes qu'habituellement. Des journées relativement douces combleraient la fraîcheur nocturne. Peu de pluie dans l'ouest, chiffres davantage de saison sur le reste du pays, voire excédentaires dans le sud-est. Bon ensoleillement dans l'ouest, conforme aux chiffres de mars ailleurs, voire un peu faible vers la Méditerranée.