Robot de traiteNouvel arrivant en France, le Rds Futureline de Sac Christensen

| par Béatrice Colleu | Terre-net média

Le premier robot de traite Rds Futureline est en fonctionnement depuis juin en Vendée.


Le décrochage comme le branchement se fait trayon par trayon. (© BC - Web-agri)
Le Rds Futureline se différencie des salles de traite automatisées par son bras robotisé industriel qui assure le branchement des vaches dans deux stalles parallèles. Le système permet la traite de 120 vaches laitières à raison de trois traites par jour.

Branchement trayon par trayon

Le bras robotisé constitue l’élément différenciant du RDS futureline. « C’est un robot au sens littéral du terme », souligne Jean-Jacques Petit, directeur Christensen France. « Véritable robot industriel, il peut travailler en milieu humide et poussiéreux ». L’ensemble des paramètres est administré via un logiciel (sous windows) à différentes échelles. Troupeau, lot, animal et même quartier. Ainsi, le Rds Futureline réalise un branchement trayon par trayon, ce qui lui permet de traire aussi les vaches à trois mamelles productrices. Pour le lavage comme pour le branchement, le robot repère les trayons grâce à son système de vision doté conjointement d’un laser et d’une caméra.

Une ou deux stalles sur 16 m²


Le branchement est paramétré trayon par trayon (© BC - Web-agri)
Le Rds Futureline est livré prêt à l'emploi. Il se compose d’unités montées à l'usine et pré-cablées pour un montage simple sur une  simple plateforme béton de 4m x 4m. L’encombrement est limité et s’insère dans des stabulations existantes, souligne Jean-Jacques Petit. Le bras robotisé est boulonné au sol entre les deux stalles de traite. « Une installation deux stalles nécessite, hors parcours de circulation en option, un investissement entre 195 et  210.000 € », indique Jean-Jacques Petit. Le système avec une seule stalle et qui permet de traire 65 vaches se négocie autour de 130.000 €. L’installation peut donc se faire en deux temps avec l’évolution du troupeau. Il suffit de prévoir au départ la plateforme, et la deuxième stalle y trouvera sa place si nécessaire. C’est le cas dans cet élevage vendéen qui accueille le premier robot Sac Christensen de cette génération.

A noter que le Rds Futureline est monté en standard avec le système Imac. Ce système Imac (Intelligent Milk Acceptation Control) sépare automatiquement le lait contenant des grumeaux ou du sang lors de la traite en cours.


Le bras robotisé peut commander deux stalles de traite parallèles situées d’un côté et de l’autre du bras.
(© Béatrice Colleu - Web-agri)


Sac Christensen vise l'installation d'une vingtaine de robots par an sur le territoire français. (© BC - Web-agri)

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article