Bâtiment d'élevage bovinL'innovation dans la construction et l'aménagement des bâtiments

| par | Terre-net Média

La construction de bâtiments d'élevage bovin doit répondre à de nouvelles attentes en termes d'innovation. Celles-ci concernent essentiellement le respect de l'environnement, l'utilisation de données de précision, l'amélioration des conditions de travail, la santé et le bien-être des animaux.

Il existe un grand nombre de solutions techniques afin de concevoir un bâtiment d'élevage innovant. Cependant, il est important d'être accompagner pour combiner les différentes technologiesIl existe un grand nombre de solutions techniques afin de concevoir un bâtiment d'élevage innovant. Cependant, il est important d'être accompagné pour combiner les différentes technologies. (©Terre-net Média)

Avec environ 500 projets de bâtiments bovins engagés chaque année en Bretagne (dont essentiellement de la rénovation ou de l'extension en bovin lait), le GIE élevage, l'Ademe et la région Bretagne ont présenté lors d'une conférence au Space les nouvelles attentes en termes d'innovation. Le réseau mixte technologique "bâtiments d'élevage de demain" agit comme support pour la conception des bâtiments de demain en réalisant des prototypes 3D, en échangeant à l'international et en soutenant les projets de recherche. Afin de répondre aux enjeux d'énergies, d'émissions de gaz, de consommations d'eau, de diminution des intrants, de bien-être animal, de confort et santé au travail et d'efficacité économique, des solutions techniques sont en plein développement.

Les innovations en bâtiments d'élevage

Ainsi, pour maîtriser les énergies, le GIE élevage cite comme exemple le stockage et l'autoconsommation d'énergie, le tank à eau glacée pour utiliser l'énergie quand elle est nécessaire et le brûlage du biogaz pour chauffer l'eau. Pour la maîtrise des émissions de méthane entérique et limiter l'azote excrété, il cite les analyseurs de CH4, de lait et de fourrage, la notation d'état corporel et la pesée en logettes. Pour maîtriser les émissions gazeuses avec les déjections, le nettoyage fréquent des aires d'exercice est à privilégier. Il existe même des systèmes de sols séparant bouses et urines et des caillebotis anti ammoniac. La couverture et le monitoring du remplissage des fosses sont également envisageables. Pour limiter les intrants, le GIE cite le séchage des fourrages, le tri vers le pâturage pour les systèmes à traite robotisée, les espaces d'affouragement pour les phases de transition et la construction avec du bois local. Concernant le bien-être des animaux et la santé des éleveurs, il existe des innovations en pré-développement comme les sols innovants pour limiter les boiteries, l'automatisation de l'alimentation ou du paillage et la localisation des animaux.

Enfin, le GIE rappelle qu'« innover ce n'est pas une juxtaposition de technologies nouvelles mais un projet cohérent avec une combinaison logique et interactive des solutions mises en œuvre. »

L'accompagnement des projets de bâtiments en Bretagne

Le comité régional bâtiment (CRB) instaure des chartes de qualité pour encadrer les prestations des opérateurs. Il organise alors des formations à destination des éleveurs et des portes ouvertes en élevage. Il plébiscite également l'utilisation du bois local dans les constructions.

Récemment, Innobel a vu le jour : il s'agit d'un appel à projets porté par l'Ademe et la région Bretagne visant à accompagner les éleveurs dans la réflexion sur la conception d'un bâtiment. Une équipe pluridisciplinaire étudie différents scénarios en fonction des pratiques d'élevage en tenant compte du confort et de l'efficacité du travail, des performances techniques et des nouvelles technologies. Innobel engage également les agriculteurs dans la charte Écobel pour l'éco-construction.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article