Agro-biodiversité animaleLe patrimoine des races françaises retrouve des couleurs

| par | Terre-net Média

Le quatrième prix national pour l'agro-biodiversité, organisé par la Fondation du Patrimoine et Ceva Santé animale dote d'un prix de 20 000 euros les éleveurs et les filières qui participent à la valorisation économique des races françaises à faible effectif.

Prix de l'agrobiodiversité 2016 Le jury du prix de l'agro-biodiversité animale axe son choix sur trois critères : la dimension économique du projet, son impact social et environnemental sur un territoire donné, et les actions de sensibilisation et de communication autour d'une race à préserver. (©Terre-net Média)

A u même titre que nos "vieilles pierres", nos races font partie intégrante de notre patrimoine vivant. Grâce aux efforts d’éleveurs passionnés et du consentement à payer des consommateurs attentionnés (ne les oublions pas), la très grande majorité des races françaises dites menacées le sont de moins en moins. La majorité des races de bovins, chevaux, ânes, ovins, porcs, volailles ou chiens de travail sont aujourd’hui tirées d’affaires, même si leur avenir repose sur la bonne volonté d’une poignée d’élevages. Malheureusement ce n’est pas le cas dans le reste du monde, où selon un rapport de la FAO, environ 17 % des races d’animaux d’élevage sont actuellement menacées d’extinction et une centaine ont disparu au cours de ces dix dernières années.

Les consommateurs ont besoin d’enracinement

Depuis quatre ans, le prix pour l’agro-biodiversité récompense les éleveurs qui s’engagent dans la préservation des races à faible effectif. « Un chêne ne pousse haut que s’il a des racines profondes, illustre Marc Prikasky, pdg de Ceva Santé animale, laboratoire français qui finance le prix de l’agro-biodiversité depuis sa création. Dans un monde de plus en plus mondialisé et globalisé, beaucoup de Français ressentent le besoin d’enracinement et de consommer local, ne serait-ce que de temps en temps pour se faire plaisir. C’est le cas par exemple de la filière dinde rouge des Ardennes qui correspond à un achat coup de cœur au moment des fêtes de Noël. Participer à sa mesure à la conservation des races françaises, c’est une façon pour nous de tisser un lien avec le travail de nos ancêtres. Et pourtant, l’objectif de ce prix n’est pas de récompenser "le pittoresque", ni une vision "zoo" de l’élevage, mais bien d’apporter une reconnaissance et une petite aide financière à des projets avec une véritable vocation économique, notamment via des filières courtes et le tourisme. »

En effet des dizaines de filières locales voient le jour, comme la dinde rouge des Ardennes, le veau de race maraichine, le porc noir gascon, ou encore le canard Duclair servit sur les meilleures tables des restaurants rouennais et « cuisiné au sang » devant le client ! En lien avec les éleveurs, les parcs naturels régionaux (PNR) participent souvent à la valorisation économique et à la promotion des races locales.

De la diversité pour s’adapter à l’avenir

Cachées derrière le mot fourre-tout de « races rustiques », ces races locales ne sont pourtant pas toutes peu productives. Et derrière certaines se cachent de véritables qualités parfois oubliées. « Biodiversité et patrimoine sont deux notions importantes dont nous avons besoin pour construire ensemble l’avenir des filières de l’élevage », estime Joël Merceron de l’Institut de l’élevage. En effet, cette diversité génétique est l’une des clés pour l’élevage de demain qui devra s’adapter au changement climatique, aux maladies émergentes ou pour produire dans des territoires et des conditions d’élevage difficiles (montagne, marais, plein-air intégral,..) et entretenir des espaces ouverts. On le voit avec l’engouement de certaines communes pour l’éco-pâturage avec des brebis Ouessant, Avranchin ou Solognotes ou bien le défrichage des garrigues à l’aide des chèvres du Rove pour limiter les feux de broussailles.  

Pour la plupart des races, il s’agit davantage de reproduction dans un but de « conservation » que de « sélection ». Et si les races à viandes parviennent à trouver des éleveurs, beaucoup de races laitières ou mixtes ont bien du mal à maintenir leur caractère laitier faute de performances suffisantes par rapport aux races spécialisées : vaches Bretonnes pie noire, Froment du Léon, Villars de Lance, Vosgiennes, chèvres Poitevines ou Lorraine, brebis Thônes et Marthod,…

Prix national de l'agro-biodiversité animale

Au Salon de l’agriculture, sur le grand ring du Hall 1, trois projets se sont vus récompensés par la Fondation du Patrimoine, Ceva Santé animale et le ministère de l'agriculture.

Vidéo de présentation des trois lauréats (Ceva TV) :

1er prix pour l’Association des producteurs de dindes rouges des Ardennes : 10 000 €

La dinde rouge des Ardennes est une race locale très ancienne, connue depuis le XVIe siècle. Très proche de l’extinction, cet oiseau de basse-cour au plumage rouge fauve fut sauvé in extremis et relancé à partir de 1985. L’association regroupe une dizaine d’éleveurs qui développent et mettent en valeur les qualités gustatives de sa chair. La race progresse avec aujourd’hui une production de 10 000 dindes et dindons par an. « Les dindonneaux éclosent en mai et croissent lentement en plein air pour finir sur les tables à Noël. Pas de problème pour les dindes mais les dindons sont trop lourds et nous devons trouver d’autres débouchés avec des produits transformés et de la viande découpée », explique Cyriaque Godefroy éleveur dans les Ardennes. L’association souhaite investir pour développer les outils d’abattage de grosses volailles, de découpe et de transformation afin d’élargir sa clientèle. Le jury a été séduit par ce dossier construit, solide, et a souhaité, à l’unanimité, récompenser un combat de plusieurs années.

Dindon Rouge des Ardennes Le dindon Rouge des Ardennes est abattu pour les fêtes de Noël. (©APDRA-FDP)  

2e prix pour Adrian Rigal, éleveur de brebis raïoles (Aveyron) : 6 000 €

La brebis raïole appartient à la famille des races caussenardes qui regroupe également la lacaune (lait et viande), la caussenarde des garrigues, la causse-du-lot et aussi la préalpesdu-sud. La brebis raïole est une race des Cevennes à très petits effectifs (2 000 individus) qui a manqué de disparaître dans les années 1960 suite à des croisements anarchiques. Adrian et Lucas Rigal, jeunes éleveurs dynamiques, entendent accroître leur cheptel (composé actuellement de 240 brebis) et développer la vente directe des agneaux grâce à un atelier de découpe. Sensible au territoire, Adrian Rigal souligne l’importance de conserver un patrimoine, une identité, et, la Raïole est une race adaptée au terroir cévenol. Il souhaite étendre son projet d’agropastoralisme au niveau local (auprès des collectivités et des particuliers).

Brebis Raïole d'Adrian et Lucas Rigal avec Marc Prikazsky PDG de Ceva Santé Animale et François-Xavier Bieuville DG de la Fondation du Pâtrimoine Les brebis raïoles d'Adrian et Lucas Rigal avec Marc Prikazsky, pdg de Ceva Santé Animale et François-Xavier Bieuville dg de la Fondation du Patrimoine. (©Terre-net Média)  

3e prix pour la filière locale Canard de Duclair avec le Parc naturel régional des boucles de la Seine normande (Seine-Maritime) : 4 000 €

C’est la localité de Duclair, en Seine-Maritime (Normandie), qui a donné son nom à ce canard. Il est issu de canards régionaux, en particulier du canard de Rouen. Face à la disparition du dernier élevage professionnel de canards de Duclair, le PNR a créé un conservatoire de canards de Duclair en 2014, afin de conserver la génétique de cette race en danger d’extinction dont le berceau se situe sur le territoire du parc. Le parc souhaite créer une filière locale et valoriser ce canard aux grandes qualités gustatives. Le jury a été sensible à l’aspect de sécurisation de la production d’œufs pour l’approvisionnement de la filière.

Canard de Duclair doit en partie sa sauvegarde à la recette du Le Canard de Duclair doit en partie sa sauvegarde à la recette très particulière du "canard à la Rouennaise" ou "canard au sang" extrait dans une presse spécialement conçue.  (©PNR Seinenormande)  

Découvrez la variété sur le site de races de France

Bretonne pie noire Vache Bretonne pie noire.  (©Terre-net Média)  

Vache Béarnaise Vache béarnaise.  (©Terre-net Média)  

Vaches armoricaine et Froment du Léon Vaches armoricaine et Froment du Léon. (©Terre-net Média)  

Vaches Béarnaise et Bordelaise Vaches béarnaise et bordelaise.  (©Terre-net Média)  

Les moutons normands : Avranchin, Cotentin et Rouge de la Hague Les moutons normands : Avranchin, Cotentin et Rouge de la Hague.  (©Terre-net Média)  

Chèvres Angora élevées pour leur Mohair tondu deux fois par an. Les chèvres Angora sont élevées pour leur mohair, tondu deux fois par an. (©Terre-net Média)  

Chèvres du Rove aux cornes torsadées pour le défrichage des garrigues. La chèvre du Rove aux cornes torsadées est utilisée pour le défrichage des garrigues. (©Terre-net Média)  

Chèvre Lorraine La chèvre Lorraine compte à peine 700 individus.  (©Terre-net Média)  

Chèvre Poitevine, dont il reste encore un bon noyau laitier. La chèvre poitevine , compte encore une centaine d'éleveurs laitiers.  (©Terre-net Média)  


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article