Prairies permanentesEn 40 ans, l'Europe a perdu un tiers de ses surfaces

| par | Terre-net Média

Les prairies, en grandes majorité permanentes, occupent 36 % de la Sau de l'Europe à Vingt-sept. Après des années de recul, leurs surfaces semblent se stabiliser depuis les efforts entrepris par la Pac pour les maintenir en 2003.

Prairies permanentes
Auparavant la prairie était définie par des termes assez vagues et variables d’un pays à l’autre. Par exemple, les prairies étaient qualifiées de permanentes si elles duraient plus de cinq ans au Danemark, plus de 10 ans en Allemagne et plus
de 12-16 ans en Pologne. En 2004 La réglementation européenne a défini qu’une prairie dite « permanente » est une
surface qui n’est pas retournée pendant au moins cinq ans. (© Terre-net Média)
Début avril, l’Association française pour la production fourragère (Afpf) a réuni chercheurs et techniciens autour de la thématique des prairies permanentes (PP). Présentes dans la majorité des exploitations d’élevage, ces prairies de longue durée couvrent un tiers de la surface agricole européenne. En France, celles de plus de cinq ans occupent 9,9 millions d’hectares, soit 33,4 % de la Sau.

200.000 ha en moins chaque année …

« En l’espace de 40 ans, la France a retourné 4 millions d’hectares de prairies permanentes », fait remarquer Jean-Louis Peyraud de l’Inra. Ce même phénomène a été constaté en Italie, en Belgique ou au Pays-Bas. Au rythme de 200.000 ha par an, l’Europe à six a perdu 7,1 millions d’hectares de prairie permanente, soit 30 % des surfaces présentes en 1967. A l’inverse, les surfaces en prairies permanentes sont restées stables au Royaume-Uni (65 % de la Sau) et en Irlande où elles atteignent plus de 75 % de la Sau du pays. L’intensification des surfaces et l’arrivé du maïs fourrage ont conduit au retournement des herbages. Avec 5 millions d’ha en Europe, le maïs fourrage est cultivé sur 3 % de la Sau de l’EU-27. L’Allemagne et la France représentent à eux seuls 58 % de la surface en maïs ensilage de l’Union à 27.

D’autre part, avec l’arrivée des quotas laitiers et l’accroissement des performances zootechniques, le nombre d’animaux à nourrir a considérablement diminué durant les dernières décennies. Entre 1987 et 2007, le nombre de vaches laitières a chuté de 7,34 millions. L’accroissement du troupeau allaitant (+2,8 millions de vaches sur la même période) n’a que partiellement compensé cette tendance à la baisse.

… jusqu’en 2003, réforme de la Pac

La baisse des surfaces de prairies permanentes s’est accélérée en 1992 avec la réforme de la Pac, alors très défavorable à la prairie. Sa révision à mi-parcours en 2003 a stoppé le phénomène. Les aides du second pilier ont contribué à maintenir l’élevage et l’herbe dans certains territoires. En France, l’Ichn (indemnité compensatoire aux handicaps naturels), la Pmtva (Prime au maintien du troupeau de vaches allaitantes) et la Phae (Prime herbagère agro-environnementale) ont permis de stabiliser les surfaces en prairie et de fixer l’élevage extensif en zones difficiles. La Phae couvre aujourd’hui près de 5 millions d’hectares.

Les landes et parcours, très présentes au Sud

Les surfaces en prairies permanentes incluent environ 16,9 millions d’ha de landes et de parcours, principalement dans les zones méditerranéennes et montagneuses. Très présentes au Portugal (71 % des prairies permanentes), en Espagne et en Grêce (65 %), au Royaume-Uni (42 %) du fait des landes écossaises, et en France (15 % des PP). Au total ces terres peu productives, mais souvent riches en biodiversité, représentent 10 % de la Sau de l’Eu-27.

Les prairies temporaires occupent la Nord

Les prairies temporaires, quant-à-elles, représentent environ 10 millions d’hectares dans l’EU-27, soit environ 6 % de la Sau. Globalement, ces prairies sont présentes en plus forte proportion dans les pays du Nord de l’Europe : 33 % de la Sau en Suède, 28 % en Finlande, plus de 20 % dans les pays Baltes, 16 % en Irlande et 9 % en France. « Localement la prairies temporaire peut être très importante avec plus de 30 % de la Sau en Bretagne, dans la plaine du Pô en Italie et dans les Ardennes belges », explique Jean-Louis Peyraud.

évolution des surfaces en prairies permanentes en Europe
L'Irlande, le Royaume-Uni et les Pays-Bas sont les pays d'Europe qui présentent la plus grande
part de prairies permanentes dans leur Sau. (© Afpf)

 

N.B : Source : Afpf 2012. Place et atouts des prairies permanentes e France et en Europe. J.L Peyraud, A. Peeters, A. De Vliegher.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article