Articles écrits par Nathalie Wisotzki

Retrouvez sur les réseaux sociaux :

Nathalie Wisotzki sur Twitter Nathalie Wisotzki sur Facebook Joindre Nathalie Wisotzki par email

Intéressée depuis longtemps par l'agriculture, je me suis découvert une véritable passion pour les marchés au cours de ma formation d'ingénieur (coucou ISA Lille), au point de décider d'en faire mon métier. Me voilà donc maintenant en charge des marchés dans l'équipe rédac' de Terre-net. Avide de découvertes en tout genre, je suis passionnée de nature, de voyages et de rando ! Ma nouvelle mission : vous apporter toutes les infos dont vous pourriez avoir besoin concernant les marchés agricoles.

Les 15 derniers articles écrits par Nathalie Wisotzki

31Mars
[Décryptage] Impacts du coronavirus

Ce qui fait bondir la volatilité des prix du blé, de l'orge, du maïs et du colza

Selon Arthur Portier, analyste chez Agritel, le coronavirus a fait exploser la volatilité des matières premières agricoles. Hausse de la compétitivité du blé russe, achats de précaution, chute de la consommation de bière et donc d'orge, tensions sur les tourteaux, consommation d'éthanol américain réduite... : les conséquences sur le blé, le maïs, le colza ou l'orge sont multiples.

27Mars
L'info marché du jour

Une « semaine chômée » en Russie, bientôt une limitation des exports de blé ?

Aucun pays n'est épargné par le Covid-19, pas même la Russie. Pour lutter contre la propagation du virus, Poutine a décrété une « semaine chômée ». Mais alors que les prix intérieurs atteignent des niveaux record dans le pays, notamment ceux du blé, les opérateurs se demandent quand le gouvernement russe se décidera à agir et mettra en place des restrictions sur les exports de blé, ce qui permettrait une régulation des prix.

27Mars
Témoignages d'éleveurs face au Covid-19

« On adapte nos volumes transformés en gardant un ½il sur le prix du lait »

En plein confinement, les nerfs sont mis à rude épreuve pour les éleveurs transformateurs. En Normandie, Thomas Graindorge (61) et Raphaël Spruytte (14) ont le pied sur la pédale de frein. Si Thomas voit la fréquentation de son magasin augmenter, la fermeture des écoles, des restaurants et des marchés l'oblige à réduire de 30 % sa production de crème. Même constat chez Raphaël, dont la production de fromage risque de fortement ralentir face à un carnet de commandes quasiment vide. Les deux éleveurs redoutent d'ailleurs une chute du prix du lait qui entraînerait tout le monde dans sa course.

26Mars
L'info marché du jour

La demande est forte, les acheteurs continuent d'être présents

La forte hausse du prix du blé n'a pas dissuadé les acheteurs, qui profitaient encore récemment du recul des prix pour faire des affaires à bon compte. Les achats se poursuivent, à l'instar de l'Algérie, qui vient d'acheter près de 240 000 t de blé meunier.

26Mars
Covid-19

Pas de rupture des appros, mais des tensions sur le transport des céréales

Dans ce contexte « inédit » de confinement, les agrofournisseurs et organismes de stockage s'adaptent et restent mobilisés pour assurer l'accompagnement des agriculteurs. Si la rupture côté appros ne semble pas à craindre, des problèmes logistiques perturbent l'acheminement des céréales vers les industries ou les terminaux d'exportation. La tension monte sur le marché français.

25Mars
L'info marché du jour

L'Inde se confine, une décision qui a des conséquences sur le colza

Les pays annoncent des mesures de confinement les uns après les autres. Ce mardi, c'est le tour de l'Inde. Mais le pays est aussi le plus grand importateur mondial d'huile de palme, et un retrait de la demande indienne en huile végétale est à anticiper. Le colza, directement corrélé aux huiles végétales, a été impacté par la nouvelle.

24Mars
Exportations de céréales

Malgré le coronavirus, les exports de blé restent dynamiques !

Alors que le monde est secoué par le coronavirus, le rythme d'exportations reste particulièrement soutenu pour le blé. D'après la Commission européenne, 23,2 Mt de blé européen ont été expédiées depuis le début de la campagne, soit 9 Mt de plus que l'an dernier. Tandis que la demande internationale reste vive, la Russie vient de limiter ses exportations de denrées agricoles transformées. La mesure ne concerne pas les exports de blé, pour le moment.

24Mars
L'info marché du jour

Les consommateurs font des stocks, la tension monte pour les industriels

Face à la menace du coronavirus, de plus en plus de pays optent pour le confinement, et les citoyens se sont mis à se constituer des réserves de précaution. À mesure que les consommateurs stockent, la demande se reporte sur les industriels. Compte tenu de la tension sur le marché international, le cours du blé s'est offert des gains notables depuis la semaine dernière.