Côtes-d'ArmorNouvelle autorisation d'exploiter pour « l'usine des 1.000 truies »

| Afp

Rennes, 25 oct 2014 (AFP) - La maternité porcine Ker Anna de Trébrivan (Côtes-d'Armor), baptisée par ses opposants « l'usine des 1.000 truies » en référence au projet controversé de « ferme des 1.000 vaches » dans la Somme, pourra continuer à fonctionner, selon un arrêté de la Préfecture.

Le Préfet des Côtes-d'Armor a pris le 7 octobre un arrêté autorisant à nouveau l'exploitation de cette méga porcherie industrielle, qui produit chaque année 23.000 porcelets.

Le précédent arrêté, datant de 2010, avait été cassé par le tribunal administratif de Rennes en juillet 2012, après un recours d'associations écologistes inquiètes notamment du risque de pollution des cours d'eau proches de l'exploitation.

Le tribunal avait alors expliqué sa décision par « l'insuffisance substantielle » de l'étude d'impact « au regard de l'enjeu majeur que constitue la qualité de l'eau » et l'absence d'information nécessaire du public sur « les dangers et inconvénients du projet ».

Ce jugement avait été confirmé par la Cour administrative d'appel de Nantes le 26 septembre dernier.

L'élevage porcin avait toutefois pu continuer à fonctionner grâce à une dérogation préfectorale.

Dans son nouvel arrêté, qui s'appuie sur un avis favorable rendu par le conseil départemental des risques sanitaires et technologiques, le préfet des Côtes-d'Armor considère que « les mesures retenues par l'exploitant (...) sont de nature à satisfaire aux prescriptions réglementaires applicables à l'élevage au titre du code de l'environnement », notamment en matière d'émissions gazeuses d'ammoniac et d'épandage.

23.000 porcelets par an

Entrée en service en 2011, à l'initiative de cinq éleveurs associés dans le projet, la maternité porcine de Ker Anna créée peut accueillir plus de 1.000 truies qui donnent naissance à 23.000 porcelets par an, produit quelque 5.000 m3 de lisier et rejette 7.000 kg d'ammoniac.

Pour l'association « sous le vent, les pieds sur terre » qui bataille depuis 2008 contre le projet aux côtés d'autres organisations locales de défense de l'environnement (Eaux et rivières de Bretagne, Nature et environnement) et de la Confédération paysanne, le récent arrêté préfectoral est une nouvelle illustration du « laxisme ordinaire de l'Etat français en Bretagne en matière de protection de l'environnement et de concentration animale ».

Pour Erwann Chotat, secrétaire de l'association, le scénario prévu par l'arrêté « serait même pire que les précédents : il n'y a plus de maîtrise des rejets d'ammoniac, le plan d'épandage est encore plus précaire et la qualité des eaux toujours ignorée ».

M. Chotat souligne notamment les risques hydrologiques, dans cette région du Centre-Bretagne déjà fragilisée, véritable château d'eau de la Bretagne avec les bassins de l'Hyères, de l'Aulne et du Blavet, avec d'importantes eaux de ruissellement.

L'élevage intensif, notamment porcin, a été reconnu comme l'un des facteurs à l'origine de la prolifération des algues vertes sur les côtes, particulièrement dans le département.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 6 RÉACTIONS


Ricou
Il y a 1050 jours
C'est du n'importe quoi. Au moment où la réduction de la consommation de viande en France augmente. Encore la course au profit (sur le dos des animaux).
Ricou, végétarien depuis 40 ans...
Répondre
Elissa
Il y a 1063 jours
Flexivégétalienne depuis 2 ans, non pour ma santé mais pour la condition animale, je suis maintenant persuadée que l'avenir est à la disparition de ce type d'entreprise. Plus de pollution, plus de surpoids, plus de cholestérol, plus de violence faite aux animaux. Pour parodier Aragon, "L'animal est l'avenir de l'Homme".
Répondre
kévin
Il y a 1064 jours
Du calme! Pas de panique, ce n'est pas une centrale nucléaire non plus. Si vous voulez parler de bien être et de dignité, allez prendre les transports en communs entre châtelet et gare du nord! Après on en reparle!N 'oubliez pas qu'il y a des normes de biens êtres animales en Europe, qui ont obligés les éleveurs de porcs à mettre leur troupeau de truies en liberté en 2013!Ce n'est pas une usine porcine, mais tout simplement une collectivisation des moyens de production de 5 éleveurs de porcs, afin améliorer leur conditions de travail!( allez voir:http://www.ladepeche.fr/article/2014/10/27/1980049-jean-viard-faut-dire-agriculture-porte-metiers-futur.html)
PS: La prochaine fois que vous voudrez intervenir en groupe, ne commencé pas tous de la même façon: "c'est une honte". Ce sera plus crédible.
Cordialement à vous!
Répondre
Chris
Il y a 1063 jours
Ha bon vous savez? Et bien vous êtes mal informé. Ce n'est pas parce que l'élevage est + grand qu'il y a + de maladie ou de maltraitance.
Répondre
fafa
Il y a 1065 jours
Juste une honte . Quand on sait qu'un élevage de cette dimension ramène que des maladies et de la maltraitance animale!
Répondre
NOURRHA GABRIEL
Il y a 1065 jours
C'est une honte de continuer à exploiter des animaux ! Laissez-les vivre en paix ! Et respecter l'environnement et les habitants surtout personnes âgées et petits enfants ! Les enfants veulent voir les animaux dans les champs et non pas dans leurs assiettes ! Faites un geste pour la nature opposez à ceux qui sont contre et vous verrez la vie plus belle et en rose même ! et laisser vivre et libres ces bébés porcins et ces mamans laies
Répondre