L'après Covid-19Appel d'associations et de politiques à la protection des animaux

| AFP

Plus d'un millier d'organisations de protection animale, ainsi que de nombreuses personnalités et parlementaires de tous bords, réclament dimanche dans une tribune « une relance économique intégrant la protection des animaux et de l'environnement », après la crise sanitaire liée au coronavirus.

« Nous demandons que le plan de relance économique qui sera bientôt élaboré intègre pleinement la demande sociétale en faveur d'une plus grande prise en compte des animaux et de l'environnement », écrit dans une tribune au Journal du dimanche l'association Convergence Animaux Politique (CAP), qui représente plus de 1 000 organisations de protection animale auprès des parlementaires et de l'exécutif.

Le texte est co-signé par plusieurs parlementaires comme les députés Aurore Bergé et Cédric Villani (LREM), Mathieu Orphelin (ex-LREM), Pierre-Yves Bournazel (Modem), Jean-Luc Mélenchon et Eric Coquerel (LFI), ainsi que par des personnalités dont la comédienne Hélène de Fougerolles, l'avocat Arno Klarsfeld, le journaliste Hugo Clément, l'ancien patron de Renault Louis Schweitzer, actuel président de la fondation Droit animal, éthique et sciences, ainsi que le président de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), Allain Bougrain-Dubourg.

Afin que le « monde d'après » soit meilleur que le « monde d'avant », ils appellent la France à « défendre une réforme de la politique agricole commune », notamment « en conditionnant les aides au respect du bien-être des animaux, à la préservation de la biodiversité et à la limitation des effets négatifs sur l'environnement ».

Il faut à leurs yeux favoriser « les produits européens et a fortiori français, notamment via la restauration publique et la mise en place d'une taxe sur les produits non européens moins vertueux, en échange d'un rehaussement significatif des normes d'élevage », qui passe concrètement par l'« interdiction des cages et des mutilations et d'un plan visant, à terme, la fin de tout élevage sans accès à l'extérieur ».

Les signataires prônent en outre un « rapprochement géographique des producteurs et des consommateurs » qui passerait notamment par « la fin de ces transports en dehors des frontières de l'Union, souvent vers des pays qui ne respectent pas les normes d'abattage européen ».

Ils demandent enfin que la recherche nationale soit « expressément fléchée pour la recherche et le développement de méthodes substitutives à l'expérimentation animale ».


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 11 RÉACTIONS


The germs
Il y a 203 jours
Tu as tout à fait raison Steph!
Cela m'a beaucoup agacé ces derniers temps. Certaines associations humanitaire, faute de stocks, demandaient récemment à ce que les industriels et les agriculteurs donnent un peu de leur productions aux plus démunis...
Il y a un monde entre cette tribune et la réalité!
Répondre
steph72
Il y a 203 jours
Ca en est meme indécent quand on sait que meme en France ,il y a des gens qui ne mangent pas à leur faim et avec la crise le nombre ne mangeant pas à leur faim va augmenter;
Qu'ils se soucient du bien etre humain parce que nos animaux sont souvent mieux traités que beaucoup d'humains.
Répondre
Rêveur
Il y a 203 jours
Des leçons ils veulent en donner mais ils sont plus fort en gueule qu avec leur main. Incapable de ceuillir sans abîmer Résultat des pertes impressionnantes La preuve faut faire venir en urgence et malgré le covid les travailleurs historiques qui eux savent se servir de leurs mains. Je ne dis pas que cela soit généralité mais presque. Après pour signer des pétitions de gens avides de notoriété c est plus facile de faire un clic que de savoir trier un fruit à point. Le malheur de l agriculture il est tout là et,à ce rythme la les français vont dynamiter leur agriculture
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 203 jours
Moi je dirais chassez le naturel il revient au galop !
Répondre
Jeuneagri
Il y a 203 jours
Je parle de vos soutiens parlementaire !
Répondre
CAP
Il y a 203 jours
Euh... A qui vous adressez-vous au juste ? La tribune demande cela, point ! Nous sommes une association, nous ne sommes pas au pouvoir ! Et nous n'avons jamais parlé de Trump.
Répondre
Jeuneagri
Il y a 203 jours
C'est ce que fait Trump, mais vous critiquez sa politique de protectionnisme... Donc ce n'est pas évident de vous croire.
Des gens qui vendent du rêve, on en a assez vu. Il nous faut du concret dès maintenant.
Répondre
CAP
Il y a 203 jours
C'est bien pour cela que nous proposons de taxer les produits importés qui ne respecteraient pas les mêmes normes, de manière à ce que le consommateur n'ait plus d'intérêt à acheter des produits de moins bonne qualité puisque cela ne serait plus intéressant économiquement !
Répondre
Jeuneagri
Il y a 203 jours
Visiblement vous jouez sur les mots :
D'après cette tribune, JE serais obligé de rehausser mes normes en tant qu'éleveur... Toujours d'après cette tribune, LE consommateur n'est PAS dans l'obligation d'acheter mon produit, car une incitation n'est pas une obligation.
C'est comme si vous obligiez Peugeot et Renault de fabriquer QUE des voitures électriques, mais pour les vendre à qui si le consommateur peut acheter une japonaise ou autre à moteur thermique et moin cher?
Donc s'il vous plaît, arrêtez de vouloir toujours nous imposer quoique ce soit, et en plus sans même nous demander notre avis, nous ne sommes pas des pestiférés. Si le consommateur achète autrement, on s'adaptera, et non pas le contraire !
Répondre
CAP
Il y a 203 jours
Jeuneagri: Vous avez raison, et c'est exactement ce que nous disons dans la tribune !
Répondre