Élevage dénoncé par L214 en AuvergnePas d'anomalie selon la préfecture

| AFP

Aucune anomalie n'a été relevée dans la gestion de l'élevage de volailles situé à Solignat (Puy-de-Dôme) dont l'association de défense des animaux L214 avait dénoncé le 9 mai les conditions d'exploitation « effroyables », a indiqué mercredi la préfecture.

Une mission d'inspection diligentée dès le 10 mai a permis de vérifier, sur place, « la conformité » de ce site avec les normes en vigueur pour l'élevage de poulets de chair, précise la préfecture du Puy-de-Dôme dans un communiqué. Les vérifications ont notamment porté sur la conformité de l'exploitation en matière de protection animale et de respect des règles sanitaires.

Tournées en avril, les images diffusées par L214 montraient des poulets entassés, sélectionnés génétiquement pour grossir très vite, ce qui occasionne fragilité osseuse et difficultés à se mouvoir, selon l'association, et élevés pendant 35 jours dans un bâtiment fermé, sous lumière artificielle et sur la même litière avant leur abattage.

Contacté par l'AFP, Philippe Mallet, gérant de l'exploitation incriminée, avait assuré après la diffusion de la vidéo « élever les poulets dans le respect », accusant L214 d'isoler quelques images et de vouloir « nuire à la profession et empêcher les gens de manger de la viande ».


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


CHRISTIAN
Il y a 514 jours
Peu habitué aux "réactions", habitant une région historiquement avicole ne connaissant pas les protagoniste de ce "bashing", je souhaite apporter mon soutien à ces éleveurs. Bien entendu, on souhaiterait que les volailles qui garnissent nos repas soient toutes élevées comme celles que nos grands mères élevaient dans leurs petits poulaillers. Ce ne sera jamais le cas. Depuis plus de 50 ans, nos éleveurs, nos filières et l'industrie agro-alimentaire a permis a plusieurs générations de français de consommer des protéines à moindre coût et même à exporter nos volailles, donnant à notre balance commerciale un excédent qui nous fait défaut aujourd'hui. Nos "acquis" sociaux sont extrêmement liés à l'organisation qui a pu être mise en place dans ce types de filière. Sur la méthode de ramassage de volailles, je constate que ce métier est en recherche de personnel et certains innovent pour pallier à cette pénurie de mains d'oeuvre, certe cela peut étonner mais quoi de choquant ... J'ai pratiqué le "job" dans ma jeunesse afin de gagner quelques "francs" à l'époque.. Métier "ingrat" et souvent de nuit pour un traitement de misère ...
Répondre