Menu

En vidéoUn système de pâturage tournant simplifié mais efficace à l'Inrae du Pin (61)

Cela fait maintenant un mois que le troupeau laitier du domaine expérimental Inrae du Pin-au-Haras (Orne) est à l'herbe. Et pour la conduite du pâturage, la devise se résume à « simple mais efficace ». En effet, il s'agit de pâturage tournant de 10 jours. En d'autres termes, les 140 vaches ont accès à 10 ha d'un coup pour 10 jours.

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo

Depuis le 18 mars, l'un des troupeaux laitiers du domaine Inrae du Pin dans l'Orne (61) a rejoint ses verts pâturages. Focus sur la centaine d'animaux constituant le troupeau dédié à l'expérimentation Tripl'XL : « On a actuellement une bonne centaine de vaches en 100 % pâturage, les 28 restantes les rejoindront d'ici quelques jours, lorsqu'elles auront vêlé », explique Luc Delaby, ingénieur de recherches.

10 ha pour 10 jours : du pâturage tournant simplifié

Au domaine du Pin-au-Haras, ce ne sont pas moins de 340 ha de SAU dont 300 ha d'herbe dédiés à la recherche. Le pâturage a donc une place importante dans le système. Pour autant, depuis toujours, la conduite y est simplifiée : ici, les vaches ont accès à 10 ha pour 8 à 10 jours et ce, en une seule fois.

L'important c'est la quantité d'herbe offerte par vache.

« Ce système de pâturage tournant simplifié a été mis au point dans les années 90 afin de faciliter la conduite au pâturage. À l'époque, on a comparé le fait de mettre à disposition une parcelle pour 10 jours contre celui de donner une parcelle par jour. Et à même chargement et même quantité d'herbe offerte, on observe les mêmes performances par vache et par hectare », explique Luc Delaby. « Tant qu'on reste sur du pâturage tournant et qu'on conserve le même nombre de vaches nourries par hectare, la façon dont on offre l'herbe n'a que peu d'importance. »

Hors de question pour la ferme du Pin de changer de système : « C'est simple à gérer et facile à planifier sur l'échelle de la saison. On offre trois parcelles au printemps pour deux tours de pâturage avant d'introduire petit à petit les parcelles de fauche jusqu'à atteindre 90 ha à l'automne. »

« C'est la production laitière qui guide la rotation »

Les temps de séjour par parcelle varient entre 8 à 12 jours. « Ils sont régulés par la production laitière qui est mesurée quotidiennement. » Concrètement, la règle est la suivante : les vaches quittent la parcelle lorsque la production moyenne des deux derniers jours représente environ 90 % de la production laitière maximale observée dans la parcelle.

Voici la courbe de suivi de production laitière durant le séjour sur la parcelle :

Production laitière au pâturage
Dans le cas présent, la production laitière maximale est atteinte à J3-4 avec 22,9 kg de lait. Les 90 % de cette production max sont atteints à J9-10 avec 20,7 kg de lait. C'est à ce moment-là que les vaches se verront offrir une nouvelle parcelle. (©Inrae)

« On mesure les hauteurs d'herbe avant et après pâturage pour connaitre les quantités d'herbe valorisées. L'objectif étant d'atteindre 45 % de la hauteur entrée à la sortie. » Les vaches ont été mises à l'herbe le 18 mars, dans des conditions favorables et une hauteur d'herbe de 9 cm. La suppression des fourrages s'est faite progressivement sur une dizaine de jours. Aujourd'hui, le troupeau est au 100 % pâturage sauf 25 % des complémentées dans le cadre de l'expérimentation (elles reçoivent du concentré durant les 100 premiers jours de lactation, soit 3 kg pour les Jersiaises et 4 kg pour les Normandes et Holstein - cet aspect de l'expérimentation partie fera l'objet d'un prochain article à part entière).

Des mesures de comportement au pâturage

Ce troupeau de 140 laitières de trois races distinctes (Holstein, Normande et Jersiaise) est dédié à l'expérimentation Tripl'XL. Démarré cette année pour cinq ans minimum, le projet vise, entre autre, à étudier le comportement des animaux au pâturage (et en l'occurrence le pâturage de grand troupeau).

Seront aussi menées des études sur la modulation des apports de concentrés (d'où la complémentation de certains animaux durant la saison de pâturage), la conduite en vêlages groupés, le bien-être animal au pâturage, et les choix génétiques, notamment pour mieux valoriser la viande issue du lait. Tous ces aspects seront détaillés dans les prochains épisodes... Alors restez connectés !

Rédactrice en chef de Web-agri

Réagir à cet article

Sur le même sujet