Menu

Gros bovins de boucherie

Consulter mon marché

Analyses du marché Gros bovins de boucherie

Bovins de boucherie - 22/10/2021

Contenu réservé aux abonnés Pro

Accédez à tout Web-agri sans engagement pendant 7 jours

L'analyse du 22/10/2021 est réservée aux abonnés Pro. Toutefois nous vous proposons l'analyse du 08/10/2021.

Les signaux sont au vert pour une revalorisation de la viande, mais pour le moment l’équilibre offre/demande est ponctuellement moins favorable, avec la mutation saisonnière de la consommation entre les pièces à griller qui vont doucement muter vers les plats en sauces. Le commerce des viandes transformées est peu soumis à cette saisonnalité, mais l’impact de la fin de mois est très sensible dans les magasins. Le report tarifaire des ventes sur le prix des avants est compliqué et sera une nouvelle fois au centre des négociations commerciales de cette fin d’année. La loi Egalim2 qui sera validée dans les prochains jours va changer les rapports de force avec la contractualisation qui doit être le remède ultime à tous les maux de l’agriculture. Néanmoins, si chaque éleveur aspire à une meilleure valorisation de sa production, un nombre significatif d’entre eux veut garder une liberté de commercialiser leurs animaux. Cette liberté, ils pourront la trouver sur les marchés de gros dont font partie les cadrans ou les marchés aux bestiaux.

Depuis 2017, la ferme France décapitalise sous la pression de tarifs trop peu rémunérateurs et de sécheresse à répétition. La consommation se tasse doucement d’année en année face aux modifications des choix alimentaires et à l’orientation donnée par les politiques sur une alimentation plus végétale pour les jeunes générations. Néanmoins, le rapport offre/demande est de plus en plus tendu avec une hémorragie de cessation d’activité qui n’est pas jugulée, avec une ampleur européenne. Les industriels sont très préoccupés par la charge de travail de leurs abattoirs et des unités de transformation pour les années à venir. Ils devront adapter les outils à la charge de travail, car sans volume, les coûts progressent, sans compter l’obligation de servir les clients. Face à cette tension d’approvisionnement, le marché ne montre pas de signe de rupture à court terme, car la décapitalisation qui se poursuit vient compenser le recul global de l’offre. Chacun cherche à se positionner pour assurer des volumes dans les années à venir. La contractualisation est une aubaine pour certains, mais l’application des prix de référence indexés sur les coûts de production sera difficile à mettre en place sur toutes les catégories d’animaux, tant l’éventail de la production est grand entre les animaux P-1 et les culards, sans parler des nombreuses races (ou croisements) présentes sur notre territoire. Le marché de la viande est complexe. La part orientée vers la grande distribution doit être le révélateur de cette remontée des prix à la production, avec le consommateur qui restera l’acteur essentiel. Les viandes de qualité bouchère entrent dans un autre schéma vers la boucherie traditionnelle, et les ventes vers la RHF resteront soumises à la concurrence de nos voisins européens. A charge de la profession de reprendre des parts de marché dans ce secteur très sensible aux coûts du bol alimentaire. Les nombreuses pièces qui prennent la direction de l’export sont également soumises à la loi de l’offre et de la demande avec une concurrence européenne forte (voire extra européenne dans certains pays).  

Après les deux salons professionnels que sont le SPACE et le Sommet de l’Elevage, les observateurs ont noté en premier lieu, la joie des éleveurs de se retrouver après une crise covid éprouvante. Les défis restent grands, mais les efforts faits sur le bien-être animal, la prise de conscience des populations de la nécessité de sécuriser l’approvisionnement alimentaire et d’un approvisionnement plus local sont des signes encourageants. Reste à trouver des niveaux de rémunération viable pour les éleveurs.

Vaches allaitaintes - 22/10/2021

Contenu réservé aux abonnés Pro

Accédez à tout Web-agri sans engagement pendant 7 jours

L'analyse du 22/10/2021 est réservée aux abonnés Pro. Toutefois nous vous proposons l'analyse du 08/10/2021.

L’animation du marché en vif est plus calme que ces dernières semaines, face à la réduction de l’activité des abattoirs. Les disponibilités restent mesurées et atténuent la pression que voudraient mettre certains acheteurs. L’activité commerciale ne montre pas de grand changement dans le domaine des femelles haut de gamme ou de qualité bouchère. L’offre est suffisante dans les Charolaises et les allaitantes de choix secondaire avec des abatteurs qui réduisent leurs achats, mais les tarifs se maintiennent.

Vaches laitières - 22/10/2021

Contenu réservé aux abonnés Pro

Accédez à tout Web-agri sans engagement pendant 7 jours

L'analyse du 22/10/2021 est réservée aux abonnés Pro. Toutefois nous vous proposons l'analyse du 08/10/2021.

A quinze jours des vacances d’automne, les industriels couvrent leurs besoins avec plus de facilité avec une offre en progression dans les régions qui terminent les ensilages. Ces apports ne sont pas en adéquation avec les besoins avec plus d’animaux sans finition 1 et 2 d’engraissement qui arrivent dans les abattoirs. Les bonnes vaches Holsteins se maintiennent, mais les industriels pratiquent des moins-values sur les vaches P 1 et P-2 d’engraissement. La demande reste régulière dans les bonnes Normandes ou Montéliardes.

Jeunes bovins - 22/10/2021

Contenu réservé aux abonnés Pro

Accédez à tout Web-agri sans engagement pendant 7 jours

L'analyse du 22/10/2021 est réservée aux abonnés Pro. Toutefois nous vous proposons l'analyse du 08/10/2021.

Les quantités offertes sont toujours faibles et répondent à une demande soutenue. La tendance reste positive, malgré la résistance des entreprises d'abattage. Toutes les cotations européennes sont à la hausse dans un contexte de sous-production et de réduction des poids à l’abattage lié à l’avancement des départs, mais également à l’économie sur les coûts alimentaires en fin de finition. La mise en avant des jeunes bovins dans le LS des GMS et la volonté de développer le secteur RHF bute sur la croissance des prix à la production.

Prix de référence

Les tarifs référents sont établis à partir d'une sélection des grands marchés représentatifs pour les races et les catégories définies ci-dessous.

Génisses, Charolaises, U=

22/10/2021
4,5€/kg net
0
€/kg net

Jeunes bovins, charolais, R=

22/10/2021
4,05€/kg net
0,05
€/kg net

Jeunes bovins, charolais, U=

22/10/2021
4,18€/kg net
0,04
€/kg net

Vaches, charolaises, R=

22/10/2021
4,17€/kg net
0,01
€/kg net

Vaches, charolaises, U=

22/10/2021
4,32€/kg net
0
€/kg net

Vaches, montbéliardes, O+

22/10/2021
3,52€/kg net
0
€/kg net

Vaches, normandes, O+

22/10/2021
3,48€/kg net
0,01
€/kg net

Vaches, prim'holsteins, P+

22/10/2021
3,21€/kg net
0,01
€/kg net

23/07/2021
3,04€/kg net
0
€/kg net

Sur le même sujet

Thomas, éleveur, demande « plus de rémunération pour vivre de sa passion ! »

Installation en bovin viande Thomas, éleveur, demande « plus de rémunération pour vivre de sa passion ! »

Thomas Hervagault a repris, il y a presque cinq ans, l'élevage allaitant familial de Salers en Ille-et-Vilaine. S'il s'é...
Interbev s’inquiète d’une notation défavorable aux élevages herbagers et bio

Affichage environnemental sur la viande Interbev s’inquiète d’une notation défavorable aux élevages herbagers et bio

La méthode de notation environnementale basée sur l’Analyse du Cycle de Vie des produits (ACV) et sur les données d’Agri...