Menu

Marché des grandes cultures

Cotations

Blé tendre

Rouen Rendu 30/09/2022
Qualité : meunier
Récolte : 2022
Échéance : oct. - nov.
349€/t
-2
€/t

Maïs

Bordeaux Rendu 30/09/2022
Récolte : 2022
Échéance : oct. - nov.
344€/t
-2
€/t

Colza

Rouen Rendu 30/09/2022
Récolte : 2022
Échéance : oct. - nov.
613€/t
5
€/t

Triticale

Pontivy Départ 30/09/2022
Récolte : 2022
Échéance : oct. - nov.
326€/t
-4
€/t

Orge de mouture

Rouen Rendu 30/09/2022
Récolte : 2022
Échéance : oct. - nov.
310€/t
-2
€/t

Analyse hebdomadaire du blé

Contenu réservé aux abonnés Pro

Accédez à tout Web-agri sans engagement pendant 7 jours

L'analyse du 28/09/2022 est réservée aux abonnés Pro. Toutefois nous vous proposons l'analyse du 14/09/2022.

Craintes en mer Noire

Les cours du blé remontent face à l'instabilité des exportations mer Noire malgré une demande en retrait et une offre mondiale relativement confortable.

Les prix du blé ont enregistré une rapide progression la semaine passée sur le marché français et à l’international. Le complexe céréalier a notamment regagné en tension après que Vladimir Poutine a vivement critiqué le programme d’exports ukrainiens et a ainsi menacé la pérennité du corridor sécurisé en mer Noire.

Le marché observe par ailleurs avec inquiétude les conditions de culture en Argentine où les pluies se font de nouveau rares et une vague de froid est venue frapper les cultures la semaine dernière. La céréale à paille ressort toutefois mise sous pression par la concurrence de plus en plus compétitivité de l’origine russe.

Dans son dernier rapport mensuel, l’USDA a d’ailleurs remonté de 3 Mt la production russe de blé cette année, à un record historique de 91 Mt. La récolte ukrainienne a également été augmentée d’un million de tonnes (20,5 Mt). Le stock de fin de campagne des grands exportateurs a quant à lui été relevé de 1,1 Mt, à 55 Mt (57,2 Mt l’an dernier).

Côté demande intérieure, les craintes de récession et la crise de l’énergie poussent la meunerie à la prudence actuellement. Les chargements de blé dans les ports français ont par ailleurs de nouveau décroché la semaine passée, malgré des volumes encore notables enregistrées à destination de l’Algérie et de l’Afrique sub-saharienne.  

Analyse hebdomadaire du colza

Contenu réservé aux abonnés Pro

Accédez à tout Web-agri sans engagement pendant 7 jours

L'analyse du 28/09/2022 est réservée aux abonnés Pro. Toutefois nous vous proposons l'analyse du 14/09/2022.

Le soja bondit et emporte le colza

Le colza s'engage dans le sillage haussier du soja malgré une offre 2022 confortable.

Les cours du colza ont repris un peu de hauteur ces derniers jours dans un marché encore extrêmement volatil. Les prix de la graine ont cette fois profité d’une vive reprise du complexe soja à Chicago à la suite du dernier rapport USDA. Le département américain de l’agriculture a en effet coupé de 4 Mt son estimation de récolte américaine cette année, à 119,2 Mt (120,7 MT l’an dernier).

Malgré des exportations et une trituration elles-aussi diminuées, le stock de fin de campagne s’établirait par conséquent à 5,4 Mt, contre 6,5 Mt en fin de campagne 21/22. StatCan a par ailleurs chiffré les stocks de canola canadien au 31 août dernier à 875 kt seulement, au plus bas depuis 2013 et en chute de 900 kt par rapport à l’an dernier.

Les chargements de canola dans les ports canadiens ressortent ainsi toujours aussi limitées dans l’attente de la disponibilité des nouvelles moissons. Les retours de rendements outre-Atlantique sont toutefois positifs et laissent présager, comme en Europe, d’une belle récolte 2022. Agreste a d’ailleurs relevé de 150 kt son estimation de récolte française de colza cette année, à 4,5 Mt, soit un bond de 1,2 Mt par rapport à l'an dernier.

Côté demande, la trituration européenne ressort quant à elle toujours très active en raison de marges attractives sur le colza, mais la crise de l’énergie et les risques de récession suscitent de plus en plus de préoccupation dans la filière. Des arrêts de production dans les mois à venir sont désormais évoqués.

Analyse hebdomadaire du maïs

Contenu réservé aux abonnés Pro

Accédez à tout Web-agri sans engagement pendant 7 jours

L'analyse du 28/09/2022 est réservée aux abonnés Pro. Toutefois nous vous proposons l'analyse du 14/09/2022.

Offre limitée

Les prix du maïs reprennent rapidement de la hauteur face au manque d'offre nouvelle campagne.

Les cours du maïs ont maintenu un mouvement haussier notable la semaine passée face à une tension rapide des fondamentaux. Côté champs, les premiers retours de rendements en France confirment en effet le très faible potentiel de production nationale. Agreste a d’ailleurs coupé de 1 Mt son estimation de récolte française de maïs grain, à 11,3 Mt cette année, soit une chute de 3,9 Mt par rapport à l’an dernier et la plus faible moisson enregistrée depuis 1990 !

Aux US également, le climat sec et caniculaire de cet été aura sensiblement entamé les potentiels. L’USDA a en effet coupé de 10,5 Mt son estimation de récolte américaine dans son rapport mensuel sur l’offre et la demande, à 354,2 Mt, en chute de 30 Mt sur un an ! Au Brésil aussi, Le Conab a réduit de 1,4 Mt son estimation de récolte brésilienne, à 113,3 Mt (87,1 Mt l’an dernier).

Les inquiétudes côté offre ont en outre été renforcées par les récents propos critiques de Vladimir Poutine envers le programme d’exports ukrainiens. Le Président russe estime en effet qu’une part trop importante des chargements de grains est destiné à l’Europe, au détriment des pays en voie de développement. La pérennité du corridor sécurisé en mer Noire suscite désormais de nombreux doutes dans le marché.

Côté demande toutefois les fondamentaux tirent davantage à la baisse. Le manque de compétitivité du maïs dans les rations animales limite grandement les affaires et ce d’autant plus que les cas de grippe aviaires en Bretagne ne sont pas pour stimuler les opérations de couverture.

Sur le même sujet

Bons plans
Newsletter

Restez informés en vous inscrivant à notre newsletter

Élevage biologique