Menu

Paroles de lecteursPlutôt que des aides d'urgence, l'urgence de prix rémunérateurs !

 « Des prix pour que tous les éleveurs vivent de leur métier, ça ce serait juste », juge Frank Dufour. (©Pixabay // Création Terre-net Média)
« Des prix pour que tous les éleveurs vivent de leur métier, ça ce serait juste », juge Frank Dufour. (©Pixabay // Création Terre-net Média)

Face aux 60 millions d'euros d'aides d'urgence, annoncés par Jean Castex le week-end dernier, les éleveurs, lecteurs de web-agri, craignent de n'avoir que « des miettes », voire rien du tout ! Selon eux, ce sont toujours les mêmes qui « s'engraissent sur le dos des producteurs : les intermédiaires ». À quand des prix rémunérateurs plutôt...

Chris s'étonne : « On arrive à fixer le prix du paquet de cigarettes par une loi mais pas celui d'un litre de lait ou d'un kilo de viande ? » « Le déclin de notre pays continue, les temps seront très durs pour nos enfants », déplore-t-il.

popeye76 calcule : « 60 briques pour 18 000 éleveurs, ça fait 3 333 €/personne soit environ la moitié du RSA annuel... » Puis, lance : « D'accord avec toi @Chris, il faut fixer un prix du lait minimum garanti qui paie les coûts de production et rémunère les éleveurs !!! Il va falloir aller vider les camions frigo de bidoche étrangère et les citernes de lait qui viennent d'Europe du nord et de l'est ! Assez du bœuf italien, du lait allemand... il faut agir et détruire ces denrées qui ruinent le savoir-faire des éleveurs français !! »

« Des miettes » pour « acheter des pâtes »

Yann Bethouart sur Facebook est même plus pessimiste : « Nous sommes 200 000 éleveurs. Admettons que l'aide concerne la moitié, cela représente 600 €/producteur. » « Nous pourrons, au moins, acheter des pâtes !, ironise-t-il. Ah les grands chiffres... Des prix, pas des aides !!! »

Des prix rémunérateurs, pas des aides !

Arnaud Jourdain est d'accord avec @Yann Bethouart : « Oui, on en a marre des aides ! On veut juste que les produits agricoles soient payés à leur juste valeur et les agriculteurs avec !! »

Olmer renchérit : « Toujours les mêmes c... ! On veut des prix rémunérateurs en agriculture bordel, pas des aides publiques !! On n'est pas des mendiants !!! D'autant que le pognon est là, il est juste mal réparti !!! Faut-il cramer des grandes surfaces pour se faire entendre ?? »

« C'est pour quand ? » ... « Jamais ! »

Olivier Robin sur Facebook demande, non sans un brin d'ironie peut-être : « Ça arrive quand ? »

Réponse, du tac au tac, d'Alexandre Muller : « Arrêtez de rêver ! Ces aides serviront je pense encore à engraisser les intermédiaires !! Les éleveurs n'en verront pas la couleur comme d'habitude... »

Térence Robert, du même avis, sur Facebook : « Tenez des miettes pour survivre afin que les autres acteurs de la filière élevage continuent de s'engraisser encore sur le dos des éleveurs ! En baissant les cotisations sociales et en augmentant les prix de ventes agricoles, on ne serait plus dans cette situation monsieur Castex... »

« Les intermédiaires s'engraissent sur notre dos »

Faut-il vider les camions de bidoche ou de lait étrangers, cramer les grandes surfaces... 

hub semble être le seul à « ne pas se sentir abandonné ». « DPB, ABA, crédit d'impôt, HVE 3, prime d'activité, allocation logement, chèque énergie, remboursement TICPE... Un résumé des aides qu'on peut percevoir sur une ferme de 40 ha aujourd'hui ! »

Et Frank Dufour de conclure sur Facebook : « Du lait à 45 centimes le litre, ça c'est juste et tous les éleveurs vivraient de leur métier !!!! »

Journaliste installation/transmission des exploitations

Réagir à cet article

Sur le même sujet