Menu

Paroles de lecteursConjoncture haussière ?! « Le prix du lait, lui, baisse toujours »...

 « Quand la laiterie vous propose de produire 50 000 l de plus, ne vous précipitez pas pour le faire ! Faites plutôt 50 000 l de moins !! », conseille Popeye76. (©Terre-net Média)
« Quand la laiterie vous propose de produire 50 000 l de plus, ne vous précipitez pas pour le faire ! Faites plutôt 50 000 l de moins !! », conseille Popeye76. (©Terre-net Média)

Alors que les signaux conjoncturels sont au vert pour le prix du lait selon les organismes du secteur, la somme versée aux éleveurs par les laiteries reste dans le rouge, déplorent notamment plusieurs lecteurs de Web-agri.

 

db42 témoigne : « Le prix A du lait chez Sodiaal a été sur toute la campagne laitière inférieur de 10 € par rapport à la précédente, sans parler du prix B plus bas de 40/50 €. Mais quand vous dites cela à cette laiterie, elle vous affirme que le prix payé au producteur laitier est très proche sur ces deux années. Ce qui est en partie vrai car les éleveurs ont amélioré la qualité du lait, notamment les taux. Mais il n'est pas normal de tenir des discours comme ça car c'est le résultat de leur travail qui permet de limiter la casse. Et je suis sûr que le prix de base du lait va encore perdre 2/3 € en avril pour compenser la mise en place du nouvel étalon cellules. Ainsi, Sodiaal pourra dire qu'elle s'est parfaitement adaptée à ce dernier sans revoir la grille de paiement du lait et donc qu'elle rémunère mieux les producteurs... »

La faute au nouvel étalon cellulaire ?

Jmb67 le rejoint : « Le prix du lait baisse : c'était écrit, le nouvel étalonnage pour les cellules va coûter plus de 2,5 € aux laiteries, somme qu'ils nous ont volé pendant une décennie et qu'ils continuerons à nous prendre. Pour votre info, le prix du lait pour 2021 a été fixé en septembre 2020 par les industriels pour commencer leur négociation avec la grande distribution à la barbe du syndicalisme et des OP. Et c'est le moins disant qui aligne tout le monde ! »

Dans une OP, on sera plus forts qu'ils disaient !

Chris, à propos des organisations de producteurs : « En gros, mon prix de base en janvier : 325 €. Pour faire face aux nouvelles charges, il me faudrait 360-380 €, hors primes bien sûr... Je me demande ce que je fais dans cette p... d'OP ! "Faut être dans une organisation de producteurs, ensemble on sera plus fort qu'ils disaient. On voit le résultat... »

Arrêter de vouloir toujours produire plus

« Avec Sodiaal, comme avec les autres grosses fausses coopératives laitières, il faut que les éleveurs apprennent à gérer leurs volumes (diminuer les produits industriels ) et tout ira mieux pour tout le monde ! », lance Moty.

Il faut des prix, pas du volume !!

Raph confirme : « Continuons à baisser notre production laitière, les laiteries vont bien finir par plier ! Mais soyons intelligents aussi question volume quand le prix du lait remonte !! »

Dès son installation en 1992, Ali l'a toujours dit : « Il faut des prix, pas du volume !! C'est malheureux, dès que la laiterie donne de la référence laitière, tous les éleveurs se jettent dessus ! Et 10 ans après, ils sont les premiers à pleurer. Combien de temps encore cela va-t-il continuer ? »

Être solidaires entre producteurs

Jo suggère « qu'un mouvement de producteurs se mette en place pour stopper la collecte laitière !!! Comme ça, les GMS n'auront plus rien à vendre, comme les restaurants sont fermés... C'est le bon moment pour montrer que notre travail mérite un vrai salaire ! Il faut vider les rayons des GMS des produits laitiers et les donner aux Restos du cœur !! Qu'en pensez-vous ? »

Agri 62 « comprend cette colère mais, en 2009 en pleine crise laitière, ajoute-t-il, nous avons fait la grève du lait mais tous les producteurs n'étaient pas au rendez-vous. Beaucoup disaient qu'il fallait s'adapter. On voit où cela nous a mené. Merci le syndicat majoritaire ! »

Stopper la collecte et refuser les rallonges !

Popeye76 conseille, lui de « lever le pied sur les concentrés − c'est autant d'argent qui reste dans votre poche ! − d'arrêter le maïs car avec le changement climatique, il n'a plus sa place en France, et surtout de ne plus accepter les rallonges qu'offrent les laiteries » ! « Quand elle vous propose de faire 50 000 l de plus, faites 50 000 l de moins en baissant les concentrés !!, insiste-t-il. Le lait sera mieux payé quand il manquera 20 % de l'offre actuelle ! Alors soyez solidaires, l'individualisme nous a conduit dans cette situation mais ce n'est pas une voie sans issue. La décroissance n'est pas un gros mot quand elle vous permet de vivre mieux, et même bien, de notre métier ! Parole d'éleveur ! »

Journaliste installation/transmission des exploitations

Réagir à cet article

Sur le même sujet