Menu

Conjoncture viande bovineLa baisse des abattages continue sur sa lancée

Malgré les effets de la sécheresse sur la production fourragère, les niveaux du prix du lait standard incitent les éleveurs à garder les vaches dans les exploitations. (©Terre-net Média)
Malgré les effets de la sécheresse sur la production fourragère, les niveaux du prix du lait standard incitent les éleveurs à garder les vaches dans les exploitations. (©Terre-net Média)

En juillet, les abattages de bovins ont poursuivi leur baisse toutes catégories confondues, pour le septième mois consécutif. Et face à cette offre en berne, les cours continuent de grimper.

Dans sa note de conjoncture de septembre, Agreste décrit un repli des abattages de bovins en juillet 2022, pour le septième mois consécutif : toutes catégories confondues, ils chutent de 4,4 % en nombre de têtes sur un an et de 4,6 % en poids.

Les abattages de vaches laitières sont ainsi en baisse de 2,1 % en têtes et de 3,1 % en poids, car « les niveaux du prix du lait standard incitent les éleveurs à garder les vaches dans les exploitations, malgré les conséquences de la sécheresse sur les volumes de production fourragère ».

Sur un an, les abattages de vaches allaitantes baissent de 1,3 %, en têtes et de 2,5 % en poids.

Ce sont les abattages de bovins mâles de 8 à 24 mois qui dégringolent le plus entre juillet 2021 et juillet 2022 : - 9,3 % en têtes et en poids. La chute est importante aussi en veaux de boucherie : - 7,9 % en têtes et - 8,4 % en poids.

Evolution des abattages de jeunes bovins et de veaux de boucherie
Évolution des abattages de jeunes bovins et de veaux de boucherie. (©Agreste)

Les cours grimpent encore

Ce manque d’offre d’animaux – « tant au niveau national qu’européen », précise Agreste – continue de soutenir les cours des bovins, qui ont encore progressé en juillet, à des « niveaux inédits ».

Entre demande soutenue et offre limitée, le cours de la vache de type "O" a dépassé de 1,59 €/ kg le niveau de l’année dernière. Le cours moyen de la vache "R" dépassait de 1,15 €/kg le niveau observé en juillet 2021, à 5,29 €/kg.

Évolution des cours moyens des vaches de type
Évolution des cours moyens des vaches de type "R". (©Agreste, FranceAgriMer)

Le cours des jeunes bovins a particulièrement bénéficié du déficit d’offre sur les marchés : à 5,2 €/kg carcasse, il bondissait de 34,4 % par rapport à l’an dernier. Celui du veau de boucherie était en hausse de 18,4 % et atteignait 6,15 €/kg en juillet.

En parallèle, Agreste souligne que le coût des aliments pour bovins a continué d’augmenter : en un an, la hausse est de 32,9 % pour les céréales et de 27,1 % pour les aliments composés.

Réagir à cet article

Sur le même sujet