Menu

Paroles de lecteursSi seulement « 4 000 €/t pour le beurre, c'était 400 € pour le lait »...

Les lecteurs de Web-agri ne croient plus à l'amélioration de la conjoncture et à la remontée du prix du lait, annoncées depuis plusieurs mois par les experts. Sauf peut-être 3 à 5 €/1 000 l... Que le beurre soit à 4 000 €/t ne garantit en rien, selon eux, un prix du lait à bientôt 400 €/1 000 l !

 
beurre et lait
« Si les industriels ne revalorisent pas le prix du lait payé aux producteurs avec une conjoncture favorable... », soupire Popeye76. (©Pixabay, Terre-net Média // Création Terre-net Média)
 « Reste plus qu'un mois sur le premier semestre 2021 » pour que le prix du lait suive les cours des produits laitiers industriels et remonte..., fait remarquer sur Facebook Laurent Pasquier.

« Peut-être de 3 € les 1 000 l !, lance Gabriel Sangnier.

Le premier semestre se termine dans un mois !?

Alexandre Noel est un peu plus optimiste, enfin rien qu'un peu... : « Le prix du lait va augmenter de 5 €/1 000 l. Quand on voit ce que coûte tout le reste, l'ornière se creuse encore et encore. »

Le prix des aliments, lui, ne cesse de progresser

Le prix de l'alimentation animale, lui, ça fait longtemps qu'il grimpe, rappelle Benito Benito.

« Depuis que le prix du lait baisse... », confirme Rémi Gord à Benito Benito

« Oui et c'est pas fini ! », lui répond ce dernier.

Et c'est pas fini !

« L'industrie laitière pointera bientôt à Pôle Emploi ! »

« Si les industriels ne revalorisent pas le prix du lait payé aux producteurs avec une conjoncture favorable... ils pourront bientôt pointer à Pôle Emploi par manque de matière première !, met en garde Popeye76. Car si nous sommes encore en activité, ce sera sans les vaches !! La belle vie qui nous attend à cause de la cupidité des industriels !!! »

La belle vie, sans les vaches, grâce à la cupidité des industriels...

Gregory Portron sur Facebook : « Ils ont qu'à rémunérer correctement les éleveurs et on fera plus de lait ! »

Ludovic Duhain le contredit : « Moins on fera de lait, plus on sera rémunéré, c'est ça qu'il faut comprendre. »

Moins on fera de lait, plus on sera rémunéré.

« Incapables » de répercuter « cette hausse des PGC »

Romain estime que « compter sur l'export du beurre et de la poudre de lait pour faire progresser le prix des PGC (produits de grande consommation) laitiers prouve l'incapacité des transformateurs à peser dans les négociations pour faire passer ces hausses. »

Rendez-vous dans six mois M. Rouyer.

Terminé résume : « Comme toujours, du baratin qui ne veut rien dire, ou plutôt si que tout est fait pour ne pas payer le lait aux producteurs. Du beurre au-delà des 4 000 €/t, on a déjà vu, c'est pas pour cela que les éleveurs ont touché plus. Moi, j'aurais honte d'être salarié au Cniel quand des producteurs font faillite ou arrêtent la production... (...) Rendez-vous dans six mois monsieur Rouyer : le beurre sera peut-être à 4 500 €/t mais le prix du lait payé aux producteurs sera bien en deçà des 400 € !! »

Joseph Cal Ame, sur Facebook, « (...) comprend tout à fait les collègues qui on jeté l'éponge ». « La filière laitière n'a plus d'avenir en France, les industriels et la grande distribution ont trop tiré sur la corde ! »

Industriels et grande distribution, à trop tirer sur la corde...

Rémi Gord n'est pas de cet avis. « À nous, éleveurs, d'essayer de trouver des solutions pour produire du lait davantage en autonomie », estime-t-il.

Journaliste installation/transmission des exploitations

Réagir à cet article

Sur le même sujet