Menu

Interprofession laitièreLa Confédération paysanne demande « d’agir pour le revenu des éleveurs »

Alors que le Cniel a ouvert le 19 septembre sa gouvernance à un nouveau collège – celui du commerce, de la restauration et de la distribution, le syndicat demande à l’interprofession laitière de tout mettre en œuvre pour « la revalorisation des prix payés à la production ».

Le 19 septembre dernier, l’interprofession laitière s’est dotée d’un nouveau collège au sein de sa gouvernance. Le Cniel intègre désormais les représentants du commerce, de la restauration et de la distribution. Pour la Confédération paysanne, c’est l’occasion de rappeler les « chantiers » que le syndicat estime prioritaires.

« L’urgence est à la revalorisation des prix payés à la production. Avec la grande distribution dans les discussions, recréer des relations commerciales sur une base plus équitable et transparente doit devenir une réalité tangible pour redonner du revenu aux producteurs », estime le syndicat dans un communiqué. En développant des « relations tripartites sur le marché intérieur », le syndicat appelle de ses vœux la contractualisation de l’ensemble du volume de lait potentiel, soit « près de 15 milliards d’équivalents litres de lait », avec « une rémunération au-dessus des coûts de production les premiers litres sur chaque ferme ». « Cela permettrait un maintien de fermes laitières sur tout le territoire et un approvisionnement local disponible pour la distribution mais aussi la restauration. »

La Confédération paysanne plaide aussi pour « des conditions sociales d’exercice du métier améliorées », suggérant la création d’un « fonds abondé par le Cniel et les pouvoirs publics pour financer des journées de remplacement pour les éleveurs ». Le syndicat propose une expérimentation sur « les récents installés et ceux en phase de transmission ».

Rédacteur en chef de Terre-net

Réagir à cet article

Sur le même sujet