Menu

Exports de viande bovine suspendusLes éleveurs argentins ont mis à exécution leur menace de grève

Les éleveurs argentins ont mis jeudi à exécution leur menace d'arrêt de vente de bovins pour protester contre la décision du gouvernement de suspendre pour 30 jours les exportations de viande afin de tenter de modérer les prix sur le marché intérieur.

Les enclos du marché aux bestiaux de Liniers, où les bovins vivants sont vendus aux abattoirs de la ville de Buenos Aires et de ses environs, étaient inhabituellement vides jeudi matin et devraient le rester jusqu'à la fin de l'ultimatum fixé jusqu'au vendredi 28 mai. Toutefois, la grève des éleveurs bovins argentins ne devrait pas impliquer une pénurie immédiate d'approvisionnement sur les étals, car les abattoirs et les boucheries ont accumulé des stocks et les parties espèrent une sortie rapide du conflit.

« Nous poursuivons le dialogue pour trouver une issue permettant d'approvisionner le marché intérieur et, en même temps, de stimuler les exportations de viande bovine. Ces objectifs doivent être compatibles », a déclaré jeudi la secrétaire d'État au commerce intérieur, Paula Español.

Avec 819 000 tonnes en 2020, l'Argentine est le quatrième exportateur mondial de viande bovine, derrière le Brésil, l'Australie et l'Inde. Le pays a exporté pour 3,37 milliards de dollars de produits bovins en 2020, principalement vers la Chine, l'Allemagne et Israël, selon l'institut des statistiques Indec. Des rentrées en devises importantes en cette période de récession économique, surtout que les cours internationaux de la tonne de bœuf pointent à la hausse.

« + 65,3 % pour le prix du kilo de bœuf en un an »

« Nous voyons d'un très bon œil que l'Argentine exporte plus de viande bovine, que le marché chinois soit en expansion, mais nous voulons garantir l'approvisionnement du marché intérieur », a déclaré le ministre du développement productif, Matias Kulfas, espérant pouvoir « rouvrir les exportations, si possible avant les 30 jours . »

Le gouvernement a décidé lundi de suspendre les exportations argentines de viande bovine en raison du fort impact de la hausse des prix des denrées alimentaires sur l'indice d'inflation, l'un des plus élevés au monde, atteignant + 17,6 % au cours des seuls quatre premiers mois de l'année. Le coût de la vie a augmenté de 46,3 % au cours des 12 derniers mois et le prix du kilo de bœuf de 65,3 % en avril par rapport au même mois de l'année dernière.

« Il n'est pas possible que les Argentins payent un prix astronomique pour de la viande », a déclaré jeudi à la radio le président de centre-gauche Alberto Fernandez. Lors d'un long confinement en 2020, le gouvernement a approuvé une série de subventions aux secteurs et entreprises en difficulté, entraînant une importante émission monétaire. L'Argentine est en récession depuis 2018 et la pauvreté frappe 42 % de la population.

Réagir à cet article

Sur le même sujet