Menu

À la ferme expérimentale de Derval (44)Le 100 % pâturage est compatible avec le robot de traite

« La première clé de réussite pour faire pâturer un troupeau laitier avec un robot de traite, c'est la motivation de l'éleveur », affirme Thomas Huneau de la ferme expérimentale de Derval (44) où les 70 vaches laitières pâturent une vingtaine d'hectares tout en saturant une stalle de robot.

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo

À la ferme expérimentale de Derval en Loire-Atlantique, les 72 vaches laitières saturent le robot de traite. Elles produisent en moyenne 9000 l/VL, et ce notamment grâce au pâturage. Thomas Huneau, responsable de l'exploitation explique : « Avec 28 ha de prairies (mélange RGA/trèfle blanc) accessibles, nous avons pu atteindre le 100 % pâturage pendant 2 années consécutives. Aujourd'hui, nous sommes sur une moindre surface puisque nous avons 21 ha, ce qui nous oblige à apporter minimum 5 kg de maïs ensilage en complément à l'auge. »

La fenêtre de pâturage s'étend principalement de mars à juin. Le pâturage d'automne étant plus aléatoire en fonction de la pluviométrie à cette période.

Une circulation optimale entre prairies et robot

L'expert souligne : « Les animaux s'habituent à condition de les installer dans une routine. » Voici celle de l'exploitation :

- L'éleveur va chercher les vaches en prairie à 18h pour les ramener au bâtiment. « Le robot étant saturé, il faut garantir un nombre de traites suffisant pendant la nuit. Cela nous évite le lendemain matin de démarrer avec beaucoup de traites en retard. »

- De 18h à 21h, les cornadis sont débloqués pour laisser les animaux manger du maïs. « C'est d'autant plus le cas en pleine saison de pâturage lorsque la quantité de maïs à l'auge est très faible. De cette façon, les vaches n'y ont pas accès en pleine journée et nous sommes sûrs qu'elles en ingèrent toutes la même quantité. »

- Après 21h, les vaches peuvent ressortir seulement après être passées par le robot. C'est la porte de tri qui les laisse passer.

- Le lendemain, à partir de 6h, l'éleveur dirige les 10-15 vaches qui restent dans la stabulation vers le robot. En même temps, il paille les logettes et distribue l'aliment.

Avec cette méthode de circulation, l'éleveur n'a besoin d'aller chercher qu'une seule fois ses animaux en pâture, ce qui reste assez confortable. « Dans la journée, les vaches reviennent d'elles-mêmes en bâtiment car elles n'ont pas d'eau dans les parcelles. Nous avons mesuré les consommations d'eau et il n'y a pas de différence entre le fait de placer les points d'eau dehors ou dans le bâtiment. »

La fréquence au robot est de 2,1 traites/vache/j, avec une baisse de 0,1 traite seulement en pleine saison de pâturage. « Après 12 ans d'expérience, on ne descend jamais sous les 1,95 traite/VL/j. »

De l'herbe pâturée et du maïs à l'auge

Thomas Huneau poursuit ses explications : « Pendant la première période d'essai, nous avons opté pour un système de pâturage tournant simplifié sur les 28 ha avec 3 grandes parcelles pour 10 jours. C'était très simple à gérer. Nous avions en revanche beaucoup de pertes avec des refus. Depuis, nous avons réduit les surfaces avec des paddocks de 2 ha et le pâturage est plus homogène. »

Pâturage tournant sur des paddocks de 2 ha
Aujourd'hui, les 21 ha d'herbe accessibles sont découpés en 10 parcelles de 2 ha. (©Ferme expérimentale de Derval)

Avec ce système, les vaches ingèrent entre 1 et 1,5 t MS d'herbe/VL/an suivant les années. La consommation de concentrés est 1,4 t/animal/an sur l'exploitation. Le coût alimentaire est de 150 €/1000 l en période hivernale et il fond de plus de 60 % lorsque les vaches sont en 100 % pâturage (environ 50-60 €/1000 l). Sans compter l'économie de litière et de temps de travail pour l'entretien du bâtiment.

Quant à la production, « elle est de l'ordre de 29 kg/VL/j en ration hivernale 100 % maïs. On gagne 1,4 kg de lait en système maïs + pâturage et on perd 1,4 kg en 100 % pâturage (soit 27,5 kg de lait en moyenne pour une ration 100 % pâturage). »

« En système de traite robotisée, le troupeau peut quitter la parcelle à tout moment. Soit parce que les conditions météo sont mauvaises, soit parce que l'herbe est moins appétente. L'objectif des 5 cm de hauteur d'herbe en sortie de parcelle est donc difficilement atteignable, nous sommes plutôt sur 7 cm. »

Rédactrice en chef de Web-agri

Réagir à cet article

Sur le même sujet