Menu

Conjoncture laitièreLa production de lait rebondit dans les grands bassins exportateurs

La progression de la production laitière est surtout marquée aux USA et en Nouvelle-Zélande (©Terre-net-media)
La progression de la production laitière est surtout marquée aux USA et en Nouvelle-Zélande (©Terre-net-media)

En juillet et août 2021, la conjoncture laitière aura été marquée par la reprise généralisée de la production dans les grands bassins exportateurs, des variations modérées des prix des produits laitiers industriels, et une forte augmentation du coût des intrants.

Benoît Rouyer, économiste au Cniel, est revenu en vidéo sur la collecte et le prix du lait en France et dans le monde pour les mois de juillet et août.

Cliquez sur la flèche pour lancer la vidéo !

Il décrit une conjoncture au « profil mitigé », marquée par une reprise généralisée de la production dans les grands bassins exportateurs. En cumul sur les 12 derniers mois, cette progression est particulièrement soutenue aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande, mais « relativement modérée au sein de l’Union européenne ».

Évolution de la collecte laitière aux USA, en Nouvelle-Zélande et dans l'UE
Évolution de la collecte laitière aux USA, en Nouvelle-Zélande et dans l'UE depuis 2018 (©Cniel)

En France, la production laitière a reculé de 1,2 % sur les cinq premiers mois de 2021, sur une base journalière. Après « un recul assez marqué sur les premiers mois puis une reprise en fin de printemps », la collecte a diminué sur le début de l’été. Une baisse que l’économiste incite à ne pas trop comparer à la situation de l’année passée, où la production avait été « exceptionnellement élevée » à la même période.

Évolution de la collecte laitière en France
Évolution de la collecte laitière en France jusque début juillet 2021 (©Cniel)

Pour l’instant, la reprise globale de production « n’induit pas d’engorgement du marché mondial car la demande internationale est plutôt vigoureuse ».

Elle joue par contre sur une « rupture de tendance » quant aux prix des produits laitiers industriels. Ceux-ci « marquent le pas », après une « période de hausse sur tout le premier semestre 2021 », mais la variation de prix est jugée « modérée ».

Évolution des prix du beurre et de la poudre
Évolution des prix du beurre et de la poudre jusque début juillet 2021 (©Cniel)

En France, les cours du beurre « se stabilisent depuis deux mois autour de 4 000 €/t » et le prix de la poudre  de lait écrémé «  a baissé d’une centaine d’euros sur les quatre dernières semaines pour atteindre  désormais 2 500 €/t ».

Le prix des charges unitaires dans les élevages laitiers « augmente à nouveau », fortement pour les postes énergie/lubrifiant et aliments achetés. Cette hausse du coût des intrants « met sous pression les exploitations laitières », note Benoît Rouyer. Ainsi, l’indice Ipampa (Indice des prix d’achat des moyens de production agricole) établi par l’Institut de l’élevage a progressé de 8 % en un an.

Indice Ipampa en lait de vache
Indice Ipampa en lait de vache depuis 2016 (©Cniel)

Et le prix du lait d’augmenter : selon l’enquête mensuelle de FranceAgriMer, « le prix standard du lait de vache conventionnel était de 331 €/1 000 l en mai 2021 », soit « 11 euros au-dessus du niveau de mai 2020 ».

Réagir à cet article

Sur le même sujet