Menu

Conjoncture laitièreUn redressement des prix est attendu sur le second semestre

Dans sa note de conjoncture mensuelle, le Cniel estime que le second semestre 2017 sera plus favorable que le premier. Le prix standard du lait de vache toutes primes et toutes qualités confondues était en moyenne de 318 €/1 000 litres en mars 2017 selon l’enquête mensuelle de FranceAgriMer.

(Cliquez sur la vidéo pour la démarrer)

Benoît Rouyer, économiste au Cniel, revient sur la collecte et le prix du lait en France et en Europe dans son point mensuel sur la conjoncture laitière pour le mois de mai 2017.

Il note un redressement de la collecte de lait européenne sur le mois de mars 2017. Pour autant, cela ne se confirme pas en avril. En effet, les sondages hebdomadaires indiquent une rechute de la collecte laitière sur fin avril et début mai aussi bien en France qu’en Allemagne.

« A court terme, il devient improbable que la collecte laitière au niveau européen reprenne significativement, tandis que la demande mondiale montre des signes d’amélioration : les exportations communautaires de poudre de lait et de fromages se sont fortement redressées sur le mois de mars », explique Benoît Rouyer.

Prix du lait (en tonnes), dans les principaux pays européens producteurs :

Source : Observatoire européen du lait MMO.

Concernant le prix du lait payé aux éleveurs, il reste pour le moment à des niveaux très inférieurs aux valeurs atteintes à l’été 2014. Selon l’enquête mensuelle de FranceAgriMer, le prix standard du lait de vache toutes primes et toutes qualités confondues qui intègre le lait conventionnel, le lait bio et le lait destiné à la fabrication d’AOP, était en moyenne de 318 €/1 000 litres en mars 2017.

Benoît Rouyer estime que « le second semestre 2017 s’annonce plus favorable que le premier mais seule une diminution significative des stocks d’intervention permettrait de conforter ce revirement de conjoncture. Reste à savoir si les conditions d’offre et de demande seront suffisamment favorables pour permettre à la Commission d’amorcer prochainement une phase de déstockage des poudres d’intervention. »

Journaliste météo et risques climatiques

Réagir à cet article

Sur le même sujet