Menu

PâturageMettre ses veaux à l’herbe dès 10 jours

Élever ses veaux au pâturage permet d'habituer très vite le rumen à l'herbe. (©Pixabay)
Élever ses veaux au pâturage permet d'habituer très vite le rumen à l'herbe. (©Pixabay)

En plus de présenter des performances de croissances comparables à celles observées en nurserie, l'élevage à l'herbe permet une bonne valorisation du pâturage dès la première année.

« La fin de la tolérance concernant l’élevage des veaux en intérieur pour les exploitations en bio amène beaucoup d’éleveurs à se questionner autour de la mise à l’herbe des jeunes veaux. Ils devront a minima avoir une aire d’exercice à partir de six semaines, et être en pâture dès leurs six mois » explique Alexandre Roux, conseiller technique élevage pour l’association Bio en Normandie à l’occasion du salon des Prairiales.

Cette conduite n’est cependant par réservée aux exploitations en bio : à la ferme expérimentale de la Blanche Maison, cela fait trois ans que les veaux sortent à l’âge de 10 jours. Les veaux sont élevés en cases individuelles jusqu’à ce qu’ils soient capables de boire 6 l de lait par jour, ce stade est atteint autour des 10 jours de l’animal. Les veaux sont ensuite élevés en cases collectives avec un accès à l’herbe. Un milk-bar leur apporte 6 l de lait par jour, en une buvée jusqu’au sevrage

Les courbes de croissances des veaux en nurserie et à l’herbe se confondent

Entre 2017 et 2020, 92 veaux ont été élevés à l’herbe, et 32 en nurserie. Les veaux nés au printemps et en été étaient mis à l’herbe dès 10 jours, alors que les veaux d’automne et d’hiver étaient élevés au bâtiment. Cette expérimentation a abouti à la conclusion que la prise de poids était similaire dans les deux systèmes. Les courbes de croissances de veaux à l’herbe chevauchent celle des veaux en nurserie.

Au sevrage, les veaux élevés en nurserie ont un poids légèrement supérieur (99,3 kg de moyenne, contre 93,6 kg pour les veaux à l’herbe), mais ils sont également sevrés plus tard (87 jours en intérieur contre 79 jours en extérieur). Au post sevrage, les veaux élevés en extérieurs rattrapent les veaux de nurserie. « Il semble que leur rumen soit déjà apte à ingérer de grandes quantités. Cela permet d’éviter les ralentissements de croissance lors de la mise à l’herbe, souligne Alexandre Roux. À la sortie de l’hiver, lorsqu’on sort une génisse qui a connu l’herbe dès ses 10 jours, pas besoin d’adaptation, elle baisse la tête et elle pâture ! ». 

 

Nurserie

Pâturage

GMQ sevrage (g/j)

640

640

GMQ post sevrage - 6 mois (g/j)

780

750

GMQ 15 mois (g/j)

680

690

 

Très tôt, les veaux deviennent de bons pâtureurs

À partir de 10 jours d’âge, ils commencent à goûter à l’herbe et la consomment. « Leur rumen va très tôt s’habituer à l’herbe pour en faire de très bon pâtureurs. Dès la premier année, l’élevage à l’herbe assure une bonne valorisation du pâturage ce qui permet de réduire les coûts en fourrage et concentrés. »  L’essentiel est de leur fournir une parcelle saine, avec une petite herbe appétente et de faire des lots homogènes pour éviter la concurrence.

« Le risque parasitaire n’est pas plus élevé en extérieur qu’en nurserie. L’élevage en extérieur permet d’éviter les parasites de bâtiments, comme la coccidiose, ou limite le nombre de gros nombril. Reste à surveiller le parasitisme en extérieur, mais cela se gère facilement avec des copros. »

Les principaux aménagements

Quelques aménagements sont nécessaires. Il faut installer des niches individuelles ou collectives pour protéger les veaux des intempéries dans la parcelle de pâturage. « On est surpris, parfois il tombe des cordes et ils restent en extérieur à pâturer, au moins avec un abri confortable on est sûr qu’ils restent dehors par choix et non par dépit ».

Il est indispensable d’installer un milk-bar, avec des seaux à tétines. Si la proximité à la ferme rend souvent le travail plus confortable, des modèles de milk-bar tirés par des quads existent. Les veaux doivent également avoir accès à l’eau, à un râtelier pour les fourrages et à un alimentateur en concentré. Une petite installation est nécessaire pour que les concentrés restent au sec, sinon les veaux n’y touchent pas. Concernant les clôtures, un double fil peut faire l’affaire. Les filets à moutons semblent particulièrement adaptés au petit format des veaux. Reste ensuite à gérer la pousse de l’herbe : à la Blanche Maison, la conduite au fil semble faire ses preuves. 

Réagir à cet article

Sur le même sujet