Menu

Maïs fourrageUn risque mycotoxine qui reste stable mais des différences en régions

Le risque mycotoxine reste stable depuis deux ans. Pour autant, c'est en Bretagne qu'il est le plus élevé. (©Terre-net Média)
Le risque mycotoxine reste stable depuis deux ans. Pour autant, c'est en Bretagne qu'il est le plus élevé. (©Terre-net Média)

Selon l'observatoire des mycotoxines, le niveau de contamination des maïs fourrage reste assez stable d'une année à l'autre. Pour autant, il existe des différences en régions.

Initié par Eilyps et BCEL Ouest il y a trois ans en Bretagne, l'observatoire des mycotoxines s'étend aujourd'hui sur d'autres régions (Normandie, Pays de la Loire, Est et Pas-de-Calais) grâce à de nouveaux partenaires. Et sur le maïs 2020, les experts l'affirment : les résultats restent stables.

C'est en Bretagne que le risque mycotoxine est le plus élevé.
« Les premiers échantillons de maïs ensilage analysés cet automne montrent des teneurs qui évoluent peu sur la famille des Trichotécènes A et B, en équivalent DON. En ce qui concerne la famille des Zéaralénones et des Fumonisines, les résultats sont également très similaires à ceux des deux années précédentes, avec des valeurs peu élevées dans les échantillons analysés (valeur médiane de 88 en zéa et 8 ppb en fumo). »

Pour autant, les différences sont assez marquées entre les régions. Et c'est en Bretagne que la teneur en mycotoxines (famille des Trochotécènes) est la plus élevée, suivi par le Pas-de-Calais, la Normandie, les Pays de la Loire et en dernier (région la moins touchée) le Grand Est.

Rédactrice en chef de Web-agri

Réagir à cet article

Sur le même sujet