Menu

Paroles de lecteursCollecte laitière : que faire de la « cuvée du salon » ?

 Serge propose « une "cuvée du salon" », même s'il a bien conscience que « pour 40 000 l, ce serait trop onéreux ». (©Sia // Création Terre-net Média)
Serge propose « une "cuvée du salon" », même s'il a bien conscience que « pour 40 000 l, ce serait trop onéreux ». (©Sia // Création Terre-net Média)

Cette semaine, le devenir du lait collecté pendant le salon de l’agriculture a nourri les conversations des lecteurs de Web-agri. Si c’est actuellement la laiterie Saint-Denis-de-l'Hôtel qui collecte les 40 000 litres produits durant les 9 jours du Sia, les éleveurs ne manquent pas d’idées pour utiliser la production de la plus grande ferme de France.

Si la Laiterie de Saint-Denis-de-l'Hôtel explique que la collecte du lait sur le Sia représente une logistique complexe et coûteuse, comme le rappelle l'article Que devient le lait des vaches traites sur le Sia ?, Alain Mabru s'étonne : « le lait devrait être donné à la banque alimentaire ou aux restos du cœur. »

« Qui voudrait du lait cru en vrac... », ironise Adrien Filsjean.

« Après embouteillage par un industriel, ça ferait un beau coup de pub. En plus pour lui, c'est une goute d'eau de faire ce genre de pub », enchaîne Alain Mabru

Le vendre sur le salon ?

« À une époque, les briques qui en étaient issues étaient vendues sur le salon », se remémore Marie-Luce Varenguin-Lemoine.

Pour René Flandrin, pas question de donner le fruit de son travail : « Et combien est-il payé aux éleveurs ? » Boboche Beauchaud approuve : « Il vaut mieux jeter que de donner. » « Pourquoi ne pas le vendre ? », propose-t-il.

L'occasion de faire découvrir le vrai goût du lait aux visiteurs ?

« On peut pas le donner car il n'a pas été pasteurisé, homogénéisé... Les Parisiens s'empoisonneraient en buvant du lait naturel comme je le buvais dans ma jeunesse à la sortie du pis de la vache » s'amuse Alain Dupin. « Autrefois, le lait était un antipoison, mais d'après le corps médical, c'est un poison maintenant », complète Nol Wenn.

« Vous savez que le lait cru est autorisé à la vente ? On ne s'empoisonne pas avec du lait cru », corrige cette lectrice (ou lecteur). « J'adore le lait frais, s'enthousiasme Émilie Durand, il n'y a rien de meilleur pour un chocolat chaud ou un bon flan pâtissier ». « De toute façon, si le lait tourne, il s'acidifie ce qui le rend mauvais au goût mais pas dangereux. C'est la première étape du fromage », rappelle Agathe Savary Vachet

« Dans une casserole, on le fait bouillir et on offre un chocolat chaud sur les stands », suggère Stéphane Plane. « Pourquoi pas des crêpes ! », lance Solange Raynaud

« Je propose "la cuvée du salon" ou "en direct du salon", ajoute Serge, même s'il le concède, pour 40 000 l, ce serait trop onéreux. »

Réagir à cet article

Sur le même sujet