Menu

Pousse de l'herbeQuelle est la situation dans votre région ?

Dans sa dernière note agro-climatique et prairies, l'Idele mentionne une pousse de l'herbe nettement ralentie sur mai et juin. (Article publié initialement le 27 avril à 15h53 et mis à jour le 21/06/2022)

Troisième note agroclimatique de l'Idele au 14 juin 2022 :

La chaleur et le manque d’eau ont marqué le mois de mai 2022 et le début du mois de juin. Ces conditions climatiques ont ralenti fortement la pousse de l’herbe sur l’ensemble de la France. Elle atteint des niveaux observés généralement fin juin dans certaines régions. « Le pic de pousse est derrière nous et la croissance reste faible (20-30 kg MS/ha/jour sur le pays) même si quelques régions ont pu bénéficier d’orages localisés », indique l’Idele dans sa note agro-climatique sur les prairies du 14 juin 2022.

Retrouvez la situation selon votre région en passant votre souris sur cette dernière : 

Les fortes chaleurs observées cette mi-juin devraient dégrader encore un peu plus la situation. Pour faire face à la situation l’Idele préconise notamment :

  • De conserver des stocks d’herbe sur pied
  • D’allonger le temps de retour dans les parcelles pour atteindre 5 à 6 semaines
  • Favoriser le pâturage de prairies riches en légumineuses
  • Augmenter la ration à l’auge pour les producteurs laitiers.

Deuxième note agroclimatique de l'Idele au 13 mai 2022 : 

« La croissance de l’herbe a été conséquente sur le mois d’avril et plusieurs régions ont dépassé le pic de pousse. Les premières fauches ont été effectuées dans la majorité des régions avec des rendements et des qualités plutôt correctes en général », indique l'Idele dans sa deuxième note agro-climatique sur les prairies, en date du 13 mai. Mais la situation reste préoccupante pour la deuxième quinzaine de mai en raison du manque d'eau et de la chaleur qui risquent de ralentir la pousse de l’herbe.


Première note agroclimatique de l'Idele au 8 avril 2022 :

« Après un hiver doux et des cumuls de précipitations globalement déficitaires sur la saison, les conditions de portance ont généralement été réunies pour la mise à l'herbe. Les sommes de températures ont souvent montré une année relativement précoce, à l’image de 2021 mais de façon plus hétérogène sur le territoire », note l'Idele dans sa première note agro-climatique et prairies pour le printemps 2022. 

Le retour du froid début avril a mis un coup d'arrêt à la pousse de l'herbe dans la majorité des régions mais les températures sont redevenues proches des moyennes de saison par la suite.

Désormais c'est le ciel qui est scruté attentivement par les éleveurs car de nombreuses régions manquent de pluie. 

En Normandie, Bretagne, Pays-de-la-Loire et Centre, la pousse de l'herbe est satisfaisante au 8 avril. En revanche, la situation est plus hétérogène dans les Hauts-De-France, en Bourgogne-Franche Comté, en Occitanie ou en Nouvelle Aquitaine. Enfin, dans le Grand -Est, Paca et Auvergne-Rhône Alpes, le manque d'eau et des températures froides ont retardé la pousse de l'herbe. 

Réagir à cet article

Sur le même sujet