Menu

Bien-être de l'éleveurApprendre à positiver et prendre du temps pour soi

Les enfants grandissent vite, s'organiser pour passer plus de temps avec eux, c'est jouable. (©CC)
Les enfants grandissent vite, s'organiser pour passer plus de temps avec eux, c'est jouable. (©CC)

Nous sommes tous de nature différente : à voir le verre à moitié plein ou à moitié vide… Il faut néanmoins savoir passer du côté des positifs, prendre du temps pour soi. Et cela ne fera pas chuter le résultat pour autant.

Les astreintes en élevage, et en élevage laitier en particulier, sont fortes. Le nombre d’heures tourne entre 2 300 et 3 500 h/an/associé (source BTPL), soit 44 à 67 h/semaine dédiées à l’atelier laitier. C’est beaucoup ! Les différences ne sont pas liées uniquement à la taille de la structure et l’automatisation n’explique qu’une partie des différences. Les robots de traite ou d’alimentation sont un gain de temps, mais un investissement plus modeste, comme un simple racleur, fait aussi gagner du temps.

 « Le temps est trop précieux pour en perdre »  

Une phrase d’éleveur qui veut dire beaucoup de choses. Oui, l’astreinte est réelle mais par moment, il faut savoir s’arrêter et se demander si la routine est réellement optimisée. Un regard extérieur, d’un conseiller, d’un autre éleveur ou d’un groupe de formation peut aboutir à une vraie simplification du travail sans conséquence technique ou économique.

« Depuis la réunion de l’année dernière chez François, je suis passé à un repas jour sur les veaux … Je me demande encore pourquoi je n’ai pas osé commencer plus vite », témoignait récemment un éleveur.

Prendre du temps pour soi

Pour rester efficace, il faut pouvoir faire des coupures. Dans un Gaec, c’est souvent plus facile. Que ce soit en association ou en individuel, prendre une journée de plus ou de moins ne changera rien à la fin de l’année, même sur le résultat comptable. Pas besoin de partir à l’autre bout du monde, chacun peut avoir ses activités : journée pêche, sorties VTT...

« Débrancher » le téléphone

Pensez à déconnecter du téléphone. Nous gérons tous des urgences, mais objectivement elles sont noyées dans des appels moins urgents, voire inutiles. Pour gagner du confort : planifier, hiérarchiser, prioriser. Par exemple : noter simplement sur un tableau ou faire des listes de choses à faire dans la semaine ou les 15 jours. Cela évite de ressasser toute la journée « il ne faut pas que j’oublie ». C’est écrit au tableau, forcément ce sera fait.

Plus de temps ce n’est pas forcément plus de revenu

Dans toutes les observations ou comptage d’heures, nous n’observons pas de lien entre le temps passé et les résultats techniques et économiques. Au final, la personnalité de chacun est presque plus importante. Plus nous sommes perfectionnistes ou pointilleux, plus nous passerons de temps. La rentabilité de ce temps « en plus » est moins forte.

Faut-il simplifier le travail ? Oui et non, pour des éleveurs très perfectionnistes, c’est impossible. Il vaut mieux passer 45 min de plus par jour et rentrer serein à la maison en pensant que le travail a été bien fait. C’est toujours un compromis entre trop et pas assez. Enfin en Gaec, il faudrait que tous les associés partagent le même niveau de perfection attendue et le temps passé.

Qu’est-ce qui me manque vraiment pour y arriver ?

C’est la bonne question. La réponse n’est pas uniquement financière. Par exemple, réduire l’astreinte autour des veaux d’une demi-heure par jour. Est-ce que je peux supprimer la buvée du soir ? En théorie, oui, au moins sur les veaux les plus âgés. En modifiant un peu ses habitudes, il est possible de gagner du temps. Ce ne sera peut-être pas 30 minutes, mais 15 à 20 tous les jours.

Autre exemple : passer plus de temps avec ses enfants en bas âge. En pratique, est-ce que c’est finir plus tôt le soir ? Ou prendre un moment avec eux autour du goûter avant de faire la traite du soir ? Traire une heure plus tôt ou plus tard perturbe moins les vaches que le trayeur.

Au final, il n’y a pas de système miraculeux mais un système qui vous correspond et correspond à votre structure. S’arrêter, prendre du recul, sortir de chez soi pour voir comment font les autres sans apriori... De petits changements ou ajustements, sans investissement pour une partie, font gagner du temps.

Réagir à cet article

Sur le même sujet