Menu

Astreinte en élevage laitierLes modes de conduite et les équipements pour limiter le temps de travail

Alimentation du troupeau, traite, soins aux veaux... : autant de postes chronophages sur l'élevage. Pourtant, plusieurs solutions permettent de grappiller quelques minutes chaque jour. (©Terre-net Média)
Alimentation du troupeau, traite, soins aux veaux... : autant de postes chronophages sur l'élevage. Pourtant, plusieurs solutions permettent de grappiller quelques minutes chaque jour. (©Terre-net Média)

Les éleveurs sont bien loin des 35 h/semaine mais savez-vous réellement combien d'heure vous faites ? Et combien de temps passez-vous sur chaque poste de l'élevage ? Éléments de réponses et exemples concrets pour gagner du temps sur le travail d'astreinte en élevage laitier avec une étude de la chambre d'agriculture de Bretagne.

La chambre d'agriculture de Bretagne a mené une étude sur le temps de travail en élevage laitier. Une trentaine d'exploitations ont mesuré durant une semaine en hiver et une semaine au printemps leur temps passé sur chaque tâche d'astreinte (la traite, le soin aux animaux, l'alimentation, le raclage, le paillage et la gestion du pâturage au printemps). En voici les moyennes :

Le troupeau moyen étant de 73 vaches laitières, le travail d'astreinte s'élève à 58 h/semaine en hiver contre 44 h/semaine au printemps (accès au pâturage). Le temps passé sur chaque tâche fluctue selon l'équipement, notamment de traite pour ce cas précis où l'éleveur gagne jusqu'à 10 minutes/semaine/vache grâce au robot. Enfin, la semaine de travail s'étale du lundi au samedi avec une moyenne de 9 h/j/UTH en semaine puis 5 h/UTH le dimanche.

Pour l'élevage des génisses, les experts ont pu calculer un temps de travail total de l'élevage du veau en phase lactée jusqu'au premier vêlage (à 27 mois en moyenne) ; il s'élève à 15 h/génisse.

« Par rapport à 15 ans en arrière où nous avions déjà réalisé cette étude, on remarque que le cheptel moyen s'est agrandi puisqu'on est passé de 41 à 73 vaches en moyenne, explique Nadine Abgrall de la chambre d'agriculture. Le temps passé par animal a diminué (- 9 min/animal/semaine) mais le travail d'astreinte a quant à lui augmenté en lien avec l'augmentation du nombre de bovins. Seuls les élevages ayant automatisé la traite ont réussi à maintenir le même temps de travail par semaine et par UTH. »

« En extrapolant ce temps de travail hivernal à l'année entière, un troupeau de 150 VL et la suite demande 6 070 heures d'astreinte par an. Travail qui pourrait être réalisé par un collectif de 3 associés. »

Comment gagner du temps en élevage ?

Selon les postes, la charge de travail varie d'une exploitation à l'autre en fonction de sa conduite et de ses équipements :

- La traite :

On l'a vu, le temps n'est pas le même entre un élevage équipé en salle de traite et un autre en robot. C'est logique.

En ce qui concerne la traite manuelle, la différence se fait aussi sur le temps passé à rassembler les vaches, la façon de traire et le nettoyage. Cela dépend aussi du nombre de trayeurs et des équipements, types chiens électriques, salle de traite de plain pied, racleur, karcher, configuration du parc d'attente...

- Les veaux :

Une tâche sous-estimée et pourtant chronophage : l'élevage des veaux et des génisses. Les conseillers de la chambre ont remarqué pour ce poste que le temps passé variait selon l'aménagement de la nurserie, le nombre de repas distribués et le type de lait (entier ou poudre).

- L'alimentation du troupeau :

Un gros poste qui comprend la préparation de la ration, le nettoyage des silos, la distribution des fourrages, le nettoyage de l'auge (et le remplissage de la cuisine pour les cas en robot d'alimentation), le broyage des céréales et l'approvisionnement de cellules en concentrés. Le temps passé varie du simple au double et dépend principalement du matériel de distribution mais aussi de la conduite. Ce sont les cas où le circuit et l'alimentation sont simplifiés (ex : ration complète) que le temps de travail est le plus réduit.

Rédactrice en chef de Web-agri

Réagir à cet article

Sur le même sujet