Menu

Basses températuresComme les fortes chaleurs, le froid peut aussi pénaliser la production laitière

L'hiver, les vaches mobilisent plus d'énergie pour maintenir leur température corporelle à la normale. Leurs besoins peuvent augmenter jusqu'à 10 %. Il faudra alors adapter l'alimentation en conséquence. (©CC)
L'hiver, les vaches mobilisent plus d'énergie pour maintenir leur température corporelle à la normale. Leurs besoins peuvent augmenter jusqu'à 10 %. Il faudra alors adapter l'alimentation en conséquence. (©CC)

Lorsque les températures baissent, les vaches laitières mobilisent plus d'énergie pour maintenir une température corporelle normale. Ce changement se fait au détriment de leur état corporel, voire de leur production laitière. Lallemand nutrition livre quelques conseils pratiques pour protéger les vaches du froid et maintenir leur productivité.

On le sait tous, les vaches laitières craignent plutôt la chaleur que le froid. Pour rappel, l'optimum thermique pour leur confort se situe entre 5 et 15 °C. Au-delà, elles se trouvent en stress thermique et leur production laitière s'en ressent, tout comme leur santé globale.

Mais saviez-vous que le froid peut également perturber la santé des vaches ? Pour maintenir leur température corporelle, elles vont mobiliser plus d'énergie, et ce au détriment de leur production laitière. C'est d'autant plus marqué si cette chute des températures se fait brusquement (le pelage n'aura pas le temps de s'y préparer).

Des études considèrent qu'en-dessous de 0 °C, les besoins énergétiques d'une vache augmentent d'au moins 10 % et sa consommation en matière sèche augmente de 5 à 10 %. Si la production laitière se maintient, c'est son état corporel qui pourra se détériorer.

Protéger le troupeau laitier du froid et limiter les pertes de production l'hiver

L'entreprise de nutrition animale Lallemand livre ses conseils pour faire face aux coups de froid :

- Stocks de fourrage : bien maîtriser la teneur en matière sèche de l’ensilage, de façon régulière et fréquente. Cela permet de s'assurer qu'il n'y a pas de surprises sur les ratios fourrages/céréales.

- Autoriser des refus de ration totale mélangée (RTM) plus élevés. Lorsqu'il fait froid, les vaches peuvent augmenter leurs apports en matière sèche au-delà des quotas de refus normaux. Évitez que les vaches ne soient à court de nourriture au niveau de l’auge et autorisez des refus plus élevés.

- Surveiller les notes d’état corporel. Une réduction de l’état corporel ou de la teneur en protéines du lait peut indiquer que les vaches ne reçoivent pas suffisamment d'énergie. Il faut surveiller en particulier les vaches fraîchement vêlées. Ce groupe subit de nombreux changements au cours des premiers jours de la lactation, il est donc plus vulnérable.

- Vérifier l'équipement. Des blocs de glace peuvent s'introduire dans la mélangeuse et l’endommager. Cela peut affecter la qualité et la régularité de la ration.

- Veiller à l’eau. L'apport en eau est important pour la production de lait. Il est indispensable de surveiller les abreuvoirs et autres points d'abreuvement gelés et s’assurer que le rafraîchissement de l'eau est adéquat.

- Pelage : le pelage d'hiver de la vache est sa première protection contre le froid. Maintenez-la propre et sèche. Les brosses de toilettage peuvent également être utiles.

- Complémenter l’alimentation. Les changements de ration en hiver et l'augmentation de l'ingéré peuvent créer des troubles de la digestibilité. Une solution est d'incorporer une levure vivante spécifique pour le rumen.

Rédactrice en chef de Web-agri

Réagir à cet article

Sur le même sujet