Menu

Elevage et environnementUne vache verte pour lancer la campagne « l'équilibre est dans le pré »

Pour le lancement de la campagne d'affichage "l’équilibre est dans le pré", la vache verte Normandie était accompagnée de quelques éleveurs adhérents à l'événement. (©Terre-net média)
Pour le lancement de la campagne d'affichage "l’équilibre est dans le pré", la vache verte Normandie était accompagnée de quelques éleveurs adhérents à l'événement. (©Terre-net média)

Mercredi 1er juillet au jardin du Luxembourg à Paris, la Confédération nationale de l’élevage a lancé son mouvement estival dit "Vache verte". Cet événement qui se déroulera dans les campagnes françaises jusqu’en septembre a pour but d’informer le public sur les mesures que prennent les éleveurs pour l’environnement. Témoignage de Bruno Dufayet, l’un des nombreux éleveurs adhérant à la campagne de communication.

Bruno Dufayet est éleveur de Salers dans le Cantal, région où l’agriculture représente la principale activité économique. « Avec notre campagne de communication appelée vache verte, ce sont les éleveurs qui vont reprendre la parole sur les enjeux environnementaux. C’est logique car nous sommes les premiers concernés par l’écologie ! Avec ce type d'action, nous souhaitons rééquilibrer les discours », affirme-t-il. A partir du 7 juillet, des pancartes « L’équilibre est dans le pré » vont fleurir dans les prairies des éleveurs participants. Au total 2.000 banderoles dans 50 départements seront déroulées pour montrer aux estivants les impacts des élevages français sur l’environnement. « L’élevage a des impacts sur l’environnement. Lorsqu’une vache digère de l’herbe, oui elle émet du méthane, on ne peut pas le nier. Mais ce qu’on oublie de dire c’est que la prairie capte le carbone de l’air pour pousser », et des exemples comme celui-là, l’éleveur en a plein en réserve.

2.000 banderoles verront le jour dans les prairies d'ici le 7 juillet
Comme chez Bruno Dufayet, 2.000 banderoles seront déployées
dans les prairies d'ici le 7 juillet (©Terre-net média)
Pour la plupart des éleveurs adhérant à cet évènement, l'objectif est d’être autonome dans l’alimentation de leurs animaux. Cela passe par une optimisation des stocks d’herbe et donc de minimiser l’achat d’aliments et d'éviter le transport de ceux-ci. « Pour ma part, j’ai 50 vaches allaitantes qui pâturent 60 ha. J’effectue des rotations plus rapides sur mes prairies pour augmenter la qualité et la quantité d’herbe. Avec l’aide de la Chambre d’agriculture, je définis le chargement de mes herbages, j’apprends à mieux les valoriser  » explique Bruno Dufayet. Il ajoute que lors des événements « Vache verte », il espère montrer au public l’importance de l’élevage. « Si on supprimait l’élevage, ce serait toute la biodiversité des prairies et des haies qui les contournent qui n’existerait plus, la diversité des paysages français et leur entretien également. »

Réagir à cet article

Sur le même sujet