Menu

Chez Andrew Purcell en IrlandePas moins de 700 vêlages à gérer au printemps

À 60 km au nord du Dublin, Andrew Purcell et son associé Alf McGlew élèvent 700 vaches laitières et leur suite sur trois sites. En vêlages groupés de printemps, ils ont jusqu'à 15 vêlages par jour à gérer sur février-mars.

« Je fais environ 90 kg. C'est mon poids au 15 décembre, puis les vaches sont taries et je prends 10 kg en janvier... avant de redescendre à 90 kg au 15 février en plein dans les vêlages. » Andrew Purcell plaisante mais avec 700 vêlages à gérer sur moins de trois mois, il y a de quoi perdre 10 kg !

Vaches laitières en Irlande
Les vaches sont croisées dans l'objectif d'améliorer la fertilité. On y retrouve du Jersiais, de la Holstein Frisonne et de la Rouge scandinave. (©Terre-net Média)

700 vaches laitières sur trois sites

Andrew Purcell est associé avec son voisin Alf McGlew. Ils ont réuni leur parcellaire pour constituer un bloc de 114 ha de prairies accessibles depuis les deux corps de ferme (1,6 km de marche au plus loin pour les vaches), plus un troisième site pour l'élevage des génisses. Ensemble, ils élèvent 700 vaches laitières et leur suite.

Roto de traite 50 places
Les éleveurs emploient plusieurs mi-temps pour la traite (sur un roto de 50 places). (©Terre-net Média)

Des vêlages groupés de printemps

Les 700 vaches quittent leurs herbages au 15 décembre (voire au 15 novembre pour les plus vieilles et/ou les moins en état qui sont taries 3 mois au lieu de 2) pour se regrouper et vêler sur un seul et même site. Les vêlages démarrent alors au 1er février avec une moyenne de 15 à 20 veaux par jour sur ce premier mois.

Stabulation logettes
En période sèche, les vaches sont en logettes matelas et nourries à l'ensilage d'herbe. (©Terre-net Média)

« Durant cette période, on est 5 personnes à être à 100 % sur le site. On aide à peine 1 % des vaches à vêler, mais c'est autour des veaux qu'il y a à faire : on leur administre 3 litres de colostrum dans les 2 heures de vie. » Dès qu'une vache a vêlé, elle est traite puis remise en pâture avec de l'ensilage d'herbe et du concentré en complément.

« Ici, il y a beaucoup de fermes en vêlages de printemps donc les veaux ne valent rien à cette période de l'année », explique Andrew qui mise sur la semence sexée pour 40 % des IA et le croisement Angus pour les 60 % restants. « Les veaux croisés sont vendus 100 € à 3 semaines. Les génisses de renouvellement restent et sont élevées au Dal avant de partir sur le troisième site jusqu'à leur premier vêlage. »

« Notre troupeau est en  croisement pour en améliorer la fertilité grâce à la vigueur hybride. C'est un aspect très importante quand les vêlages ont lieu sur un court laps de temps. Donc on fait du croisement Jersiaise x Holstein Frisonne, voire parfois Rouge scandinave ou norvégien. Et depuis la mise en place du croisement, on remarque qu'on a augmenté aussi la part de solide (les taux). »

Parc à veaux
Les vêlages se déroulent en parcs aménagés et amovibles. (©Terre-net Média)

Du pâturage et moins d'1 tonne d'aliment/VL/an

Les éleveurs ont un objectif de longévité fixé à 6 lactations. « On est actuellement entre 4,8 et 5 lactations, donc on a encore du chemin à faire, avoue Andrew. Mais nous sommes stricts : même si une vache est productive, si elle ne revêle pas sur février/mars, voire début avril, elle sera réformée. Actuellement, on tourne en moyenne à 7 % de vaches vides par cycle. »

Chemin d'accès au pâturage
Andrew surveille de près l'état corporel des vaches : « Elles ne doivent pas être trop lourdes et avoir de bonnes pattes pour une bonne locomotion car elles ont jusqu'à 1,6 km à parcourir. » (©Terre-net Média)

Vraiment spécialisée sur l'élevage laitier, la ferme d'Andrew ne compte qu'un seul tracteur qui sert à distribuer l'ensilage d'herbe. Tous les chantiers de fenaison (récolte, épandage d'engrais, lisier...) sont délégués à une ETA.

Mais l'éleveur ne délègue pas la gestion de l'herbe : « Je fais le tour des pâtures tous les jours pour estimer les quantités et ajuster, en récoltant notamment s'il y a du surplus. » Il épand en moyenne 150 kg d'azote minéral/ha (en plus des effluents). Mais récemment, à chaque rénovation de prairie, il intègre 7 kg/ha de trèfle en semis direct de façon à réduire ses besoin azotés.

Les vaches sont complémentées avec un aliment du commerce, à raison de 800 kg/VL/an. « Notre objectif est de descendre à 700 kg en améliorant encore la qualité de l'herbe pâturée ou ensilée. »

Sommaire

Reportages en Irlande et Irlande du Nord

Réagir à cet article

Sur le même sujet