Menu

Chez Brian McCracken en Irlande du Nord250 vaches Frisonnes NZ et Kiwis en vêlages de printemps

Un système herbager low-cost et efficient : voilà comment se qualifie l'élevage de Brian McCracken en Irlande du Nord. Avec 250 vaches laitières et 146 ha, dont 88 ha de prairies accessibles, l'éleveur sort une moyenne de 5 921 litres/VL/an.

Au Nord-Est de Belfast en Irlande du Nord, Brian McCracken élève 250 vaches laitières et leur suite avec vue sur mer du haut de ses prairies. Un cadre de travail qui en ferait rêver plus d'un, mais qui demande une certaine rigueur côté gestion de l'herbe...

Plan de pâturage
Le plan de pâturage de Brian McCracken (la ferme se situe en haut au centre du plan). (©Terre-net Média)

Le troupeau laitier tourne sur une surface de 88 ha de prairies accessibles, avec des besoins calés sur la pousse grâce aux vêlages de printemps. Un système « simple et efficace » comme le qualifie Brian.

Des vêlages groupés de printemps

Les vêlages ont lieu sur 10 à 12 semaines au printemps (avec une belle performance cette année de 88 % de veaux nés sur 6 semaines à compter du 26 février). La salle de traite est fermée du 18 décembre jusqu'à fin février.

Salle de traite 2x30 simple équipement
Avec sa salle de traite 2x30 places simple équipement, l'éleveur passe à peine plus d'une heure pour traite tout le monde. (©Terre-net Média)

La plupart des génisses sont gardées pour le renouvellement (avec un âge au premier vêlage de 24 mois), et les veaux mâles sont vendus à un autre éleveur pour la production de bœufs. Les vaches font en moyenne 3,5 lactations sur l'élevage.

Les vaches sont équipées de détecteurs de chaleur et toute la reproduction est gérée en insémination artificielle. L'éleveur choisit ses taureaux à partir du top 5 % des génisses du pays. Il réfléchit aussi actuellement aux races japonaises Wagyu pour ses veaux en croisement à viande...

Objectifs : fertilité, taux et longévité

« Notre objectif est de transformer l'herbe pâturée en un maximum de matière utile », explique l'éleveur lors de la visite de sa ferme. Actuellement, avec une moyenne de 5 921 litres/VL/an, il produit 501 kg MS/VL. Un chiffre qu'on ne calcule pas souvent en France, mais que les Irlandais surveillent de près au vu de leur grille de paiement du lait. « Nous sommes à 42 pence/l pour le prix de base en mai [= 0,49 €/l], et cela peut grimper jusqu'à 50 [= 0,59 €/l] avec les primes sur les taux. »

Chemin d'accès au pâturage
Des vaches de petit gabarit et des chemins bien aménagés contribuent à la réussite du pâturage. (©Terre-net Média)

Une qualité de l'herbe maximisée

« La gestion de l'herbe est très importante pour nous. On mesure les hauteurs chaque semaine, ce qui nous permet de faire des projections en termes de pousse et d'ajuster la conduite en conséquence. »

Récemment, l'éleveur a resemé 20 ha de prairies en ajoutant du trèfle à son ray-grass habituel : « Nous essayons d'être plus résilients par rapport aux prix de l' azote. » En effet, avec 250 kg/ha d'azote minéral épandu sur les prairies (sans compter les apports organiques qui doublent les quantités totales épandues), « ça va poser des problèmes à l'avenir », reconnaît-il. Les prairies composées de trèfle permettent de baisser la dose à 60-90 kg/ha. Brian suit même de près plusieurs essais de prairies multi-espèces.

Gate opener
Pour fluidifier la traite, l'éleveur s'est équipé d'un "Batt-latch", un petit outil qui commande l'ouverture d'une porte de pâture, permettant aux vaches d'emprunter le chemin. Il se déclenche à 5h le matin et à 15h l'après-midi. (©Terre-net Média)

Sommaire

Reportages en Irlande et Irlande du Nord

Réagir à cet article

Sur le même sujet