Menu

Paroles de lecteursCOP 26 : « Pourquoi toujours reprocher à nos vaches d'émettre du méthane »

 « Objectif atteint, voire dépassé, pour notre commune avec déjà 40 % de vaches allaitantes en moins !! », témoigne Jean-Marc Griveaux. (©Terre-net Média)
« Objectif atteint, voire dépassé, pour notre commune avec déjà 40 % de vaches allaitantes en moins !! », témoigne Jean-Marc Griveaux. (©Terre-net Média)

Les lecteurs de Web-agri s'échauffent sur la réduction des émissions de méthane, actée lors de la COP26 ! « Pourquoi s'en prend-on toujours à nos vaches ? », déplorent-ils, dépités de voir encore une fois passés sous silence les bienfaits du pâturage pour le stockage du carbone. De toute façon, avec les prix bas qui perdurent, il y aura de moins en moins de bovins en France et « on produira de la viande et du lait artificiels » !!

« La COP26, encore un moyen pour éliminer l'élevage, lance steph72. Et une manipulation de plus des élites financières afin de faire passer des mesures contraignantes pour l'agriculture (...) »

« Beaucoup de mes collègues ont trouvé la solution aux émissions de GES, ils arrêtent le lait l'année prochaine !! », enchaîne Salut.

Beaucoup d'éleveurs ont trouvé la solution : l'arrêt du lait !

« Moins de bovins, donc moins de GES »

« Les rejets diminueront naturellement avec la baisse du nombre de vaches laitières et allaitantes, confirme Moïse Bail'h. C'est écrit d'avance vu les prix du lait et de la viande... »

« L'objectif est même atteint, voire dépassé, pour notre commune avec déjà 40 % de vaches allaitantes en moins !!! », témoigne Jean-Marc Griveaux.

« Ce n'est que le début... », alerte Benoît Barraud.

« Hélas... », renchérit Jean-Marc Griveaux.

« À force de tout tuer en élevage, il ne restera plus d'éleveurs du tout. Quand tout le monde mangera de la m... et sera malade... », prévient Olivier Robin.

« Produire de la viande artificielle, ou encore du lait sans vache ?! »

« La viande artificielle est-elle l'avenir de l'alimentation ? », interroge Laurent Denise. Elle pourrait soi-disant "réduire les gaz à effet de serre et la souffrance animale"... les médias rivalisent de fake news vraiment dangereuses sur le climat et l'agriculture ! »

« Adieu veaux, vaches, cochons... !, poursuit jland. Les industriels financiers se sont déjà emparés du sujet pour fournir des aliments de substitution fabriqués en laboratoires. Produire du lait de vache, sans vache : voici le défi que s'est lancé Perfect Day, une start-up de la Silicon Valley. Elle a mis au point des levures génétiquement modifiées capables de créer des protéines de lait de vache. Et quid de ces autres recherches ? Celles selon lesquelles "une prairie avec ses vaches ne constitue pas une source, mais un puits de carbone. Et qu'en moyenne montagne, un hectare absorbe environ une tonne de CO2 par an ? (...) » 

« S'en prendre toujours à nos bêtes !! »

« Toujours la même escroquerie : venir reprocher à mes vaches d'émettre du méthane, sans jamais parler du CO2 capté par le pâturage ! », reproche Salut.

Sans jamais parler du CO2 capté par le pâturage...

« Plus une escroquerie est grosse, mieux elle marche !, rétorque 3R3E. Une fois de plus, montrer du doigt l'élevage comme principal responsable du réchauffement climatique permet de ne pas regarder (et traiter) le problème... En effet, il y avait des ruminants sur terre bien avant qu'on y voyage en véhicules climatisés fonctionnant au pétrole ou qu'on actionne à tout va des centrales au charbon parce qu'on refuse le nucléaire. Pourtant on ne parlait pas de dérèglement climatique à l'époque ! D'autant qu'il y avait probablement plus de vaches sur terre qu'aujourd'hui. (...) Pourquoi on s'en prend à nos vaches ? C'est simple : les éleveurs ne sont pas médiatiques et même pas défendus par leurs propres syndicats ! De plus, en ne regardant que les émissions, on oublie que le carbone émis par nos vaches a une origine atmosphérique et donc qu'au final, c'est une opération blanche pour l'atmosphère... Or, que l'agriculture soit le seul secteur d'activité économique qui capte du carbone n'entre pas dans le calcul ! (...) »

« Les méthaniseurs, eux, ne dérangent pas ! »

Guillaume Renault demande alors : « Lorsqu'elle rumine, une vache nourrie à l'herbe pâturée rejette-t-elle plus ou moins de méthane qu'avec d'autres fourrages ? »

« Je pense qu'elle en rejette beaucoup moins qu'avec du maïs par exemple, répond Benoît Pierrot. D'ailleurs, les méthaniseurs ont un rendement beaucoup plus importants lorsqu'on les "nourrit" avec du maïs. »

« Le méthane émis par les vaches dérange mais créer des méthaniseurs non !?, s'étonne Momo. Je veux bien qu'il n'y a aucune pollution, ni perte mais bon... Surtout  mes vaches pollueraient plus que la route d'en face où passent 20 000 bagnoles par jour, plus que les dizaines d'avions qui les survolent tous les jours, plus que tous les déchets à peine triés qui sont soit brûlés soit enterrés, etc. Demain, je les mets toutes à l'abattoir.... »

Réagir à cet article

Sur le même sujet