Menu

Bovin laitComment réduire l'empreinte carbone de son élevage ?

Le pâturage est un moyen pour réduire efficacement son empreinte carbone. (©Terre-net Média)
Le pâturage est un moyen pour réduire efficacement son empreinte carbone. (©Terre-net Média)

Au programme du grand angle lait du vendredi 9 avril 2021 : la décarbonisation de l’élevage. En d'autres termes : comment rendre son élevage plus efficient en réduisant ses émissions de méthane ?

Selon Elisabeth Castellan de l'Idele, qui s’appuie sur les chiffres de la base de données nationale Cap’2ER 2013-2019, en France, l’empreinte carbone nette moyenne des élevages est à 0,83 kg eqCO2/l en lait et l’émission brute à 0,97kg eq CO2/l. Elle note un « faible écart entre les différents systèmes sur les émissions brutes », en revanche il y a un « écart significatif sur l’empreinte lié au stockage carbone et aux émissions nettes ». Au global, on observe, « 20 % d'écart entre la moyenne et le top 10, soit les élevages les plus efficients en termes d'empreinte carbone. » Atteindre l’objectif de réduction de la filière bas carbone de - 20 % est donc tout à fait possible par de « l’optimisation technique au sein de chaque système ».

Réduire ses émissions de méthane...

Ces optimisations bénéfiques pour l’environnement permettront aussi « d'améliorer son revenu ». Quels sont les leviers à mettre en place pour réduire les émissions de méthane ? 

  • Optimiser l’âge au vêlage « en réduisant les périodes improductives des animaux, en se rapprochant d’un vêlage 2 ans » par exemple.
  • « Gérer au plus juste les effectifs animaux » en réduisant le taux de réformes en renouvellement, en élevant les vaches plus longtemps. Les génisses coûtent cher à élever, il peut être judicieux de diminuer le taux de renouvellement.
  • « Améliorer l’état sanitaire pour réduire le lait jeté. » Cela passe par une meilleure gestion des mammites et des vaches à cellules. Pour rappel, tout le lait écarté est du lait non valorisé et donc du résultat en moins.
  • Améliorer la ration des animaux en « optimisant les quantités et en réduisant la surconsommation de concentrés (arrêt du tourteau de soja) » et auto-consommer davantage de céréales.
  • « Valoriser au mieux ses effluents pour réduire la fertilisation minérale » et réduire les achats d’engrais. Certaines cultures, comme le maïs, peuvent être couvertes jusqu'à 80 % en fertilisant grâce aux effluents.
  • « Augmenter la part de pâturage »  en « identifiant les meilleures pratiques », c'est-à-dire celles les plus adaptées à son territoire.
  • Introduire de nouvelles cultures fourragères comme le méteil pour gagner en autonomie fourragère et diversifier ses ressources.

...Et en stocker davantage

  • Implanter des haies pour stocker entre 3 et 5 tonnes de carbone par kilomètre de haie au niveau du sol  
  • Accroître les surfaces de prairies temporaires et permanentes permettant de stocker jusqu'à 80 t de carbone sur les 30 premiers centimètres du sol (contre 50 t de dans un hectare de cultures).

Réagir à cet article

Sur le même sujet