Menu

Chez Sylvain Olivier (14)Miser sur les taux plus que le litrage pour un meilleur revenu

Qu'est ce qui est le plus avantageux pour la paie de lait : faire du litrage ou des taux ? Avec son troupeau mixte Holstein/Jersiaise, Sylvain Olivier a fait le calcul. Pour lui, en-dessous de 490 €/1 000 l, il est plus avantageux de maximiser les taux.

C'est à son installation que Sylvain Olivier a introduit la Jersiaise sur la ferme familiale dans le Calvados. Aujourd'hui en individuel, il en élève 120 + 30 Prim'holstein « par sentimentalisme », plaisante-t-il.

« Notre objectif était d'améliorer le prix du lait par les taux. » Il mise pour cela sur la sélection génétique et l'alimentation. Le blé et la féverole produits sur la ferme sont notamment inertés et incorporés dans la ration.

Stabulation vaches laitières en logettes
Les deux races sont séparées de part et d'autre du bâtiment (avec notamment deux tailles de logettes différentes), l'auge est central. (©Terre-net Média) 

À moins de 490 €/1000 l de lait, il vaut mieux faire des taux

Avec un prix du lait qui grimpe, beaucoup d'éleveurs misent sur le litrage en retardant les réformes, voire en rachetant quelques vaches Holstein. De son côté, Sylvain pense qu'« on optimise encore bien le produit lait en sélectionnant sur les taux ». Lui qui aime poser les chiffres, il a établi le calcul suivant :

Dépenses énergétiques pour produire du lait à 32/38 : 760 kcal/l
50 g de lactose contenu dans 1 l de lait
1 g de lactose = 5,6 kcal
1 gramme de MG : 9,3 kcal1 gramme de MP : 4 kcal

Selon la grille de paiement laiterie :

Matière grasse > 38 g/l

2,95 €/1 000 l par gramme supplémentaire, soit 2,95 € pour 9 300 kcal
Remis au litre (pour rappel 1 l = 760 kcal), on est à 0,24 €/l de valorisation « énergie »

Protéine > 32 g/l5,43 €/1 000 l par gramme supplémentaire, estimé par l'éleveur à 0,17 €/l de valorisation « protéines »

0,24 + 0,17 = 0,41 €/l
Seuil d'optimisation de l'énergie et la protéine par rapport au litrage

« En Jersiaise, ça va même plus loin car on dépasse constamment les 35 g/l de TP donc le gramme différentiel de protéines est à 7,75 €/kg au lieu de 5,43 €, ce qui porte le prix d'intérêt à 0,49 €/l (0,24 pour l'énergie + 0,25 pour la protéine) », explique Sylvain. « Pour nous, en-dessous de 490 €/1 000 l de prix de base à 38/32, les points de matière grasse et de protéines faits en plus seront mieux valorisés. D'où notre volonté de maximiser les taux. »

Salle de traite chez Sylvain Olivier
L'éleveur est équipé d'une salle de traite 1x12 équipements, avec une traite qui peut occuper jusqu'à 7 heures/jour l'hiver. (©Terre-net Média)

Taux et fonctionnels en ligne de mire côté sélection

Voilà près de 30 ans que l'éleveur sélectionne donc principalement sur les taux (avec en deuxième et troisième postes la mamelle et les aplombs), et son travail a porté ses fruits : « On est à 41,7 de moyenne TP sur les 7 dernières années sur les Jersiaises, et cela nous permet d'atteindre jusqu'à 140 €/1 000 l de bonus sur le prix du lait. »

En insémination artificielle (avec un taureau pour le rattrapage), il choisit principalement des doses issues de la génétique danoise. La moitié des génisses et les meilleures vaches sont alors inséminées en semences sexées, le reste en conventionnel.

Sa note de pointage est de 83,7 points. « J'ai fait un peu de génotypage, mais les résultats n'étaient pas forcément à la hauteur de ce que je pouvais attendre car certaines vieilles vaches ressortaient comme mauvaises sur le papier alors qu'elles étaient très bonnes », confit Sylvain.

Udine, vache Jersiaise de 19 ans
Udine a 19 ans, c'est la doyenne du troupeau. Aujourd'hui à la retraite, elle a produit 140 000 l de lait dans sa carrière. (©Terre-net Média)

Un concours national Jersiais au Space

« La Jersiaise va enfin prendre sa place avec un concours national au Space », se réjouit Sylvain qui compte y emmener une bête caractéristique de la race : Lune, une vache en cinquième lactation qui présente « une très bonne morphologie, avec de bons fonctionnels, et mettra en exergue les atouts de la race par ses taux moyens de 46/73, voire jusqu'à 80 g/l de matière grasse ».

Sylvain Olivier, éleveur de Jersiaises dans le Calvados
Sylvain Olivier emmènera une vache au Space à l'occasion du concours national de la race Jersiaise. (©Terre-net Média)

Réagir à cet article

Sur le même sujet