Menu

Pousse de l'herbe40 % des régions fourragères désormais déficitaires

Dans sa note mensuelle, Agreste relève un ralentissement notable de la pousse cumulée d’herbe en juillet 2020. La quasi-absence de précipitations dans certaines régions aggrave la situation. Ainsi, « plus de 40 % des régions fourragères sont déficitaires, 25 % sont même en déficit important », alerte l'organisme de statistiques du ministère de l'agriculture. Ce sont toujours les régions du quart nord-est qui sont les plus touchées.

Production cumulée d'herbe au 20 juillet 2020
Pousse de l'herbe au 20 juillet 2020. En rouge : déficit important (75 % et moins) ; en orange : déficit faible (de plus de 75 % à 90 %) ; en vert : normal (de plus de 90 % à 110 %) ; en vert foncé : excédent (plus de 110 %). (©Agreste-Isop-Météo France - Inra)

« Au 20 juillet 2020, la production cumulée des prairies permanentes ralentit », note Agreste dans son bilan mensuel pour le mois de juillet. « Elle est estimée à 90 % de la production cumulée de référence à la même période. Plus de 40 % des régions fourragères sont désormais déficitaires, 25 % présentent même un déficit important. »

Ce sont les régions du Grand-est et des Hauts de France qui sont les plus touchées, comme indiqué déjà dans le bilan de juin 2020. Le retard de pousse s'amplifie : la pousse cumulée en juillet en pourcentage de la pousse annuelle de référence est de 44 % dans les Hauts de France (contre 76 % pour la référence) et 51 % en Grand Est (contre 72 % pour la référence).

D'autres zones sont aussi en déficit désormais : « la Bourgogne-Franche-Comté, la Normandie et les Pays de la Loire où les retards de pousse sont marqués (en recul de 12 à 17 points par rapport à la référence selon les territoires) ».

Face à cette situation, le ministère de l'agriculture a d'ailleurs autorisé l'utilisation des jachères pour les éleveurs de 47 départements touchés par la sécheresse.

À l'inverse, certaines régions sont marquées par une pousse cumulée dans la norme (Bretagne, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie) voire même en fort excédent comme en Paca. 

Journaliste météo et risques climatiques

Réagir à cet article

Sur le même sujet