Menu

[Transmission et confinement] IndreVisitez en vidéo, mais comme si vous y étiez, des élevages bovins à reprendre

En 2020, la quinzaine de la transmission/reprise d'exploitations agricoles, organisée depuis cinq ans en novembre par les chambres d'agriculture, a eu lieu en plein pendant le 2e confinement lié à la pandémie de Covid-19. Pas question cependant dans l'Indre de se passer des visites de fermes à reprendre, qui permettent aux cédants et aux candidats à l'installation de se rencontrer pour, peut-être, se passer le flambeau par la suite. Elles ont eu lieu virtuellement, avec une réussite bien réelle !

Quatre cédants ont ainsi fait visiter leur ferme de manière virtuelle en parcourant le site, et en décrivant en même temps les productions et activités, les bâtiments, les matériels et équipements mais également le cadre de vie et surtout les conditions de cession. Comme si les porteurs de projets étaient sur l'exploitation ! « Si peu de personnes se sont connectées le jour de la Quinzaine de la transmission/reprise agricoles dédié à ces visites de fermes à reprendre, ces vidéos sont devenues virales sur les réseaux sociaux, où elles ont été vues plus de 10 000 fois », se félicite Aurélie Brunet, conseillère transmission à la chambre d'agriculture de l'Indre. Elles ont été notamment diffusées sur Youtube et sur la page Facebook @RDI36 Installe-toi dans le Berry grâce au RDI

Ainsi, elles sont facilement accessibles pour les candidats à l'installation dans le département mais peuvent toucher un public plus large, et susciter alors l'envie de devenir agriculteur et de s'installer dans l'Indre. Le cas échéant, elles permettent au moins de « sensibiliser aux enjeux du renouvellement des générations en agriculture ». Autant d' « objectifs » que se fixent les chambres d'agriculture pour cette opération annuelle, se déroulant dans toute la France. 

Découvrez l'exploitation de polyculture-élevage bovin lait à céder de Patrice Paillisson à Cléré-du-Bois :

Cliquer sur le curseur pour lancer la vidéo.

  • SAU : 110 ha (dont 70 ha de grandes cultures et 20 ha de prairies)

Parcelles regroupées sur 2 sites (64 et 46 ha)

  • Cheptel : 65 à 70 VL Prim'holstein (680 000 l commercialisés en lait de Touraine à la laiterie de Verneuil)
  • Traite robotisée : robot de traite VMS Millenium Delaval de 2011 (connecté au smartphone pour pilotage à distance)
  • Bâtiments :

dont 1 stabulation de 68 logettes paillées (600 m2) avec caméras de surveillance, brosses à vaches et ventilateurs (+ le robot de traite), 1 stabulation pour les génisses (435 m2), 2 stockages (2 x 440 m2), 1 maison d'habitation avec dépendances

  • Alimentation :

1 Faf + silos de stockage d'aliment (3 de 400 q et 1 de 300), reliés à un aplatisseur

  • Matériel : en Cuma

Les atouts selon le cédant : une ferme fonctionnelle (matériel + bâtiments assez récents et en bon état), prête à produire, avec un revenu immédiat.

Partez à la découverte de la ferme de polyculture-élevage bovin viande à reprendre de Laurence Marchais à Luçay-le-Mâle :

Cliquer sur le curseur pour lancer la vidéo.

  • SAU : 95 ha

- 84,5 ha (propriété) + 8,5 ha (location)

- parcellaire assez regroupé

  • Cheptel : 27 VA charolaises
  • Alimentation : céréales auto-consommées, alimentation entièrement auto-produite
  • Un atelier d'engraissement porcin (360 porcs charcutiers)
  • Vente directe : 1 boutique de producteurs à la ferme depuis 2 ans
  • Activité d'agritourisme : accueil de camping-caristes à la ferme (référencement sur plusieurs sites internet)
  • Les bâtiments : 

Dont corps de ferme du XIe siècle (possibilité de développer la partie agritouristique), 1 stabulation pour les vaches (500 m2) 1 bâtiment de stockage (500 m2), 1 Faf, 1 maison d'habitation avec dépendances

  • Cession : vente de l'exploitation (maison, bâtiments, foncier + 5 ha de bois, matériel, cheptel, stocks)

Les atouts : un système de polyculture-élevage indépendant au niveau alimentation avec vente directe.

Des bâtiments fonctionnels et un patrimoine historique valorisable en agritourisme.

Grâce à ces vidéos, les repreneurs potentiels ont déjà une bonne idée de chaque exploitation à céder et de leur potentiel, et peuvent savoir, avant de prendre contact avec les cédants pour creuser davantage, si elles les intéressent pour leur future installation. Un bon moyen, pour eux, de faire une première sélection et de pallier cette année la crise sanitaire du Covid-19, qui complique les rencontres de visu.

Lors de ce 4e rallye des exploitations à reprendre, nom que porte cette initiative berrichonne qui s'inscrit également dans le cadre de la Semaine pour Entreprendre dans l'Indre proposée en partenariat avec les Chambres de commerce et d'artisanat, les participants ont eu aussi accès, sur la même plateforme, à un film expliquant les actions du RDI (répertoire départ installation). Pendant deux visioconférences, ils ont pu échanger et poser des questions aux cédants et aux structures départementales intervenant dans l'installation et la transmission en agriculture, dont l'Institut de l'élevage Idele, la laiterie de Verneuil, l'Agence d'attractivité de l'Indre, etc. 

Journaliste installation/transmission des exploitations

Réagir à cet article

Sur le même sujet