Menu

Conjoncture bovin viandeLes prix se maintiennent, alimentés par le manque d'offre

L'offre en viande bovine est globalement limitée ce qui permet de soutenir les cours bien que la demande soit affectée par l'inflation. (©Terre-net media)
L'offre en viande bovine est globalement limitée ce qui permet de soutenir les cours bien que la demande soit affectée par l'inflation. (©Terre-net media)

Après une rapide progression au printemps 2022, les cours se maintiennent depuis le mois de mai à un haut niveau. Les cotations demeurent cependant en dessous des prix de revient permettant d'assurer un revenu décent à l'éleveur.

« La sécheresse induit des baisses de poids de carcasses, sur des animaux dont les poids avaient déjà diminué avec la hausse des prix de l'aliment, la tendance n'est plus à l'agrandissement des troupeaux... A cela s'ajoute une décapitalisation dont nous ne voyons pas l'issue », résume Philippe Chotteau à l'occasion d'une conférence de l'Idele au Sommet de l'élevage. Le nombre de vaches allaitantes est en recul constant, avec 3,1 % de vaches allaitantes en moins au 1er septembre par rapport à 2021. La tendance semble être à la réduction des cheptels, avec peu de primipares intégrées aux troupeaux (- 3,4 % par rapport à la même période en 2021), explique l'Institut de l'élevage dans les tendances viandes bovines

Des prix hauts mais toujours en dessous des coûts de production

Cette tendance pousse au maintien des cotations des bovins, même si les hausses de prix sont beaucoup moins marquées qu’au printemps. A la fin de la première semaine d’octobre, la vache U standard cotait à 5,68 €/kg de carcasse, et la vache R à 5,38 €/kg de carcasse (soit + 27 % par rapport à 2021). L’Institut de l’élevage (Idele) et l’interprofession bovine estiment toutefois le prix de revient de la vache de type viande à 5,82 € le kg au premier semestre 2022 (en intégrant une rémunération de l’éleveur à hauteur de 2 Smic), indicateur qui pourrait être revu à la hausse pour la seconde partie de l’année compte tenu de la hausse des prix des intrants.

Cotation vache R
La cotation de la vache R a gagné près de 1 € depuis le début de l'année 2022 (© Idele)
 

Le nombre de jeunes bovins abattus en France à l’automne est stable par rapport au niveau de l’année précédente. La cotation du JB U a gagné 3 centimes en dix semaines pour atteindre les 5,29 €/kg de carcasse à la fin de la première semaine d’octobre. A l’échelle européenne, les JB sont assez recherchés par les abatteurs, qui cherchent à faire tourner leurs outils de production. L’indicateur de coût de production de l’Idele affiche également le coût de revient de 5,64 €/kg pour les JB, supérieur aux cotations actuelles.

Cotation JB septembre 2022
Le prix du jeune bovin U se maintient au même niveau de prix depuis le mois de mai 2022. (© Idele)

La décapitalisation affecte l'export de vifs

Il en est de même pour la vente de broutards (mâles et femelles), tirée vers le haut par le manque de disponibilité et une ferme demande de la part de l’Italie et des pays tiers. De plus, le retour des pluies à l’automne n’a pas précipité les ventes d’animaux. Le cours du broutard Charolais avoisinait les 3,44 €/kg vifs à la fin de la première semaine d’octobre, soit une hausse de 28 % par rapport à 2021. La décapitalisation pèse sur les exports, avec – 9 % d’exports vifs à la mi-septembre alors que les engraisseurs algériens, tunisiens ou italiens recherchent des broutards pour répondre à leur demande nationale.

Réagir à cet article

Sur le même sujet