Menu

Revue des réseauxDes éleveurs testent le sorgho

Chez Mickael Jacquemin, le sorgho avoisine les 4 m de hauteur (©Mickael Jacquemin)
Chez Mickael Jacquemin, le sorgho avoisine les 4 m de hauteur (©Mickael Jacquemin)

En Vendée comme dans la Marne, deux éleveurs ont profité de la campagne 2021 pour expérimenter le sorgho, et la culture semble apporter satisfaction.

Première fauche de sorgho pour Maël Daniau. Pour son premier essai, l'agriculteur a implanté la culture début juin, après un méteil fourrage récolté fin mai. La culture, qui avoisine les 2 m, sera récoltée en enrubannage. « Je ne savais pas comment j'allais le récolter, il y aura de grandes quantités de maïs à rentrer cette année, je n'ai pas trop de place dans les silos donc je vais passer le sorgho en enrubannage » explique l'éleveur, qui espère avoir de bons rendements pour ses charolaises. 

Mickaël Jacquemin a également profité de cette campagne pour expérimenter le sorgho, et l'essai semble plus que concluant : les pieds avoisinent les 4 m !

Comme le souligne le Gaec du Marais, l'été humide aura permis d'avoir du fourrage en quantité. L'exploitation, située en Loire-Atlantique affiche un rendement de 4,2 t de MS/ha pour sa récolte de sorgho au 30 juillet. 

Pour Christophe Sundraud, le sorgho aura été le moyen de valoriser une parcelle à faible potentiel, et cette année, toutes les conditions ont été réunies pour obtenir une récolte de qualité. 

Chez Richard H en Haute Loire, ce sera ensilage cette année pour le mélange sorgho-colza-vesce. « Pas d'enrubannage car il y a trop de quantité » s'enthousiasme l'agriculteur.

Et pendant ce temps, au Gaec du Mont des Anges, les Montbéliardes ont déjà goûté à leur premier repas au sorgho au début du mois d'août. 

Réagir à cet article

Sur le même sujet