Menu

Équipement de traiteBoumatic améliore son robot Gemini

Vache devant le nouveau robot de traite Gemini UP de Boumatic
Le robot Gemini UP veut optimiser la traite en s'inspirant des systèmes conventionnels. (©Boumatic)

Dans un souci d’évolution continue, Boumatic présente une nouvelle version de son robot de traite Gemini. Les modifications concernent autant les qualités de la traite que la consommation d’eau et d’électricité.

Optimiser les pratiques de traite, améliorer le confort des vaches et diminuer la consommation d’énergie. C’est le triple objectif que s’est fixé Boumatic pour la nouvelle version de Gemini. Lancé en 2011, ce robot de traite a été régulièrement amélioré. Il laisse aujourd’hui place à une version baptisée Gemini UP.

« Nous pouvons désormais offrir une solution robotique complète à tous les types de producteurs laitiers, des petites exploitations de moins de 240 vaches aux grandes exploitations de 2000 vaches », souligne Rik Schoenmaker, directeur des ventes.

Un robot qui apprend en continu

L’amélioration des pratiques veut copier autant que possible la traite conventionnelle. D’après Boumatic, « le nouveau circuit de lait, par quartier, présente un diamètre interne de 19 mm (…). Il en résulte une stabilité maximale du vide et un écoulement continu du lait, sans blocage, même pour les vaches ayant les débits de lait les plus élevés. »

La phase de branchement a aussi été optimisée. Elle utilise une technologie d’apprentissage automatique qui améliore en permanence la reconnaissance du trayon. D’après Boumatic, le nouveau système de vision assure un branchement de plus en plus précis au fil des utilisations.

Le nouveau système de nettoyage par circulation mécanique entraîne quant à lui une réduction de la consommation de l’eau et permet de baisser la température de lavage. Enfin, une seule unité de lavage est désormais capable de gérer le nettoyage de plusieurs robots. Cela aussi réduit les consommations d’eau et d’énergie.

Après une première présentation au Space, ce robot sera visible au Sommet de l’élevage.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

L'accès aux 24 robots se fait 3 fois par jour pour l'ensemble du troupeau. À Lonholm Agro (Danemark)
L'éleveur aura dépensé 32 000 € pour l'achat de la cellule, la vis et le broyeur afin d'intégrer des betteraves fourragères dans son robot de traite. Chez Johan Van Hecke en Belgique
Ludovic Goisbault : « les vaches en bâtiment toute l’année, on l’a testé en 2011, cela ne nous emballait pas, même avec les robots ». Au Gaec Goisbault (53)