Menu

Paroles de lecteursPour ou contre la « ferme des 1 000 vaches », sa fermeture fait réagir

288 commentaires sous l'article annonçant la fermeture des 1000 vaches, plus de 300 sur Facebook... Le moins qu'on puisse dire, c'est que l'annonce vous a fait réagir ! (©Terre-net Média)
288 commentaires sous l'article annonçant la fermeture des 1000 vaches, plus de 300 sur Facebook... Le moins qu'on puisse dire, c'est que l'annonce vous a fait réagir ! (©Terre-net Média)

Nous vous l'annoncions en fin de semaine dernière : la très connue « ferme des 1 000 vaches » cessera sa production laitière au 1er janvier 2021. Et cette info ne vous a pas laissés indifférents. Que vous soyez pour ou contre le projet, vous avez été nombreux à réagir. Voici une petite compilation de quelques extraits de commentaires.

Que ce soit en commentaires sous l'article, sur le compte Facebook de Web-agri ou en échanges sur la page des producteurs de lait, les réactions ont fusé suite à l'annonce de la fermeture des 1 000 vaches à Drucat dans la Somme (80).

« Du Gâchis » selon certains lecteurs...

« Triste nouvelle pour une ferme qui se devait d’être un modèle de modernité, rendant le métier d'éleveur laitier attrayant pour nos générations futures », exprime Alexis dont l'avis est partagé par plusieurs autres lecteurs comme Vignay91 : « Quel gâchis. Michel Ramery [entrepreneur et fondateur du projet des "1 000 vaches", NDLR] doit se retourner dans sa tombe. Un projet avant-gardiste qui tombe à l'eau alors qu'il en existe partout dans le monde. Où va la France ? Grand respect et soutien à Michel Welter [gérant de l'exploitation de ses début jusqu'à la mi-2020, NDLR], impliqué corps et âme dans ce projet. »

Si certains pointent du doigt les détracteurs de la ferme, d'autres accusent les pouvoirs publics, les laiteries, ou encore les GMS. Sous le pseudo Roro, un autre lecteur estime par exemple que cette annonce de fermeture est « une honte. D'ici quelques années, la France sera dépassée et ne se suffira plus à elle-même. Tout ça à cause d'une poignée d'écolos qui eux n'ont rien, et surtout rien à perdre [...]. La France deviendra dépendante de pays dont on ne maîtrisera plus du tout la qualité des produits nécessaires à la vie. »

Les laiteries françaises n'ont pas souhaité collecter le lait des 1 000 vaches. Pourquoi ne pas créer sa propre laiterie ?
Des lecteurs demandent alors : « De quoi ont peur les laiteries et coopératives ? », comme Yayauque s'exprimant sous l'article. Rebelle insiste à son tour : « Le sujet majeur c'est que Milcobel lâche ses producteurs français. Beaucoup cherchent une alternative, soit en arrêtant la production de lait, soit en trouvant un autre acheteur ce qui est à première vue très difficile. Faut-il rappeler que les laiteries françaises n'ont pas souhaité collecter le lait de la "ferme des 1000 vaches" de peur des représailles des consommateurs suite aux levées de boucliers d'associations à l'époque ? »

Micka poursuit à son tour : « Fermer et tourner la page n'est pas la solution, pourquoi ne pas investir plus et créer sa propre laiterie ? C'est une stratégie qui peut être plus intéressante et permettre de commercialiser soi-même sa production. Maintenant je ne suis pas l'investisseur... »

On devrait être solidaires et non dévastateurs !
Enfin, pour quelques-uns, les syndicats agricoles ont aussi leurs torts. Sous le pseudo Rêveur, un lecteur estime que « la Conf et sa jalousie dévastatrice ont une fois de plus gagné. Honte à ces gens là [...] On est de moins en moins nombreux on devrait être solidaires et non dévastateurs. »

... Une « bonne nouvelle » pour d'autres

S'affichant clairement contre ce projet, certains éleveurs se disent satisfaits de cette nouvelle comme Rick 50 qui commente : « Tant mieux, c'est un bonheur que ça se termine. » Jérôme partage cet avis : « Le plus gros scandale, c'est d'avoir pu exploiter cette usine dans l'illégalité pendant aussi longtemps. »

20 salariés pour 1 000 vaches : rentable ou pas ?

Quelques-uns s'interrogent sur le système économique de l'exploitation, notamment avec les 20 personnes dédiées au troupeau. « Pas gérable et surtout pas payable », peut-on lire. Pourtant, Max répond à ces commentaires : « Cela fait pourtant 50 vaches et 50 ha par salarié, ce qui est un très bon ratio comparé à des fermes individuelles où nous sommes plus souvent pour un agriculteur à 80 vaches et 100 ha. La "ferme des 1 000 vaches" employait donc plus de personnes que s'il s'agissait d'exploitations individuelles. »

Les arguments avancés pour justifier l'arrêt ne sont pas très convaincants...
Ces arguments ne convainquent pas tout le monde. Léo écrit notamment : « Il faut vraiment avoir la mémoire courte pour ne pas se souvenir avec quelle arrogance le promoteur de ce projet entendait nous montrer, à nous producteurs, comment il fallait faire pour baisser le coût de production et le ramener à 25 cts le litre. Les arguments avancés pour justifier l'arrêt ne sont pas très convaincants il y a certainement d'autres raisons moins avouables... »

Pour quelques lecteurs, la fermeture va de pair avec l'orientation du modèle agricole à suivre. Resistant estime par exemple que « l'agriculture ne peut pas devenir des fermes usines, surtout avec les deniers publics. Maintenant autour des fermes céréalières qui reprennent avec insolence de plus en plus d'hectares sans laisser une chance aux petites exploitations ou à l'installation, la nouvelle Pac agricole doit vraiment limiter ces débordements en limitant les hectares primés, c'est en bonne voie ! »

Rédactrice en chef de Web-agri

Réagir à cet article

Sur le même sujet