Menu

Pousse de l’herbe50 % des régions fourragères ont une pousse excédentaire

Pousse de l’herbe au 20 juillet 2021 : En rouge : déficit important (75 % et moins) ; En orange : déficit faible (de plus de 75 % à 90 %) ; En vert clair : normale (de plus de 90 % à 110 %) ; En vert foncé : excédent (plus de 110 %). (©Agreste)
Pousse de l’herbe au 20 juillet 2021 : En rouge : déficit important (75 % et moins) ; En orange : déficit faible (de plus de 75 % à 90 %) ; En vert clair : normale (de plus de 90 % à 110 %) ; En vert foncé : excédent (plus de 110 %). (©Agreste)

Dans sa note mensuelle au 20 juillet 2021, Agreste révèle que « la production cumulée des prairies permanentes est supérieure de 10 % à la pousse de référence (1989-2018) ». La pluviométrie abondante de ce début d’été ainsi que les températures relativement fraiches ont « favorisé la production ». Agreste précise que « la pousse est excédentaire sur une bande allant de la Nouvelle-Aquitaine au Grand Est, elle est normale dans les autres régions avec toutefois un déficit important dans le sud de l’Occitanie. »

Selon la note mensuelle d’Agreste, au 20 juillet 2021, « la production cumulée des prairies permanentes est supérieure à la norme au niveau national ». Elle surpasse de sept points celle de la période de référence. « Elle représente désormais 83 % de la pousse annuelle contre 76 % pour la référence 1989-2018. » Plus précisément, « la pousse cumulée est excédentaire en Nouvelle Aquitaine, Centre – Val de Loire, Île-de-France, Bourgogne – Franche Comté et Grand Est ». Ailleurs, elle est tout à fait « normale ».

Grace à la pluie de ces dernières semaines et aux températures « conformes aux normales » la situation, légèrement « déficitaire il y a un mois, s’est nettement améliorée dans la plupart des régions ». Le déficit de pousse s’est particulièrement « résorbé dans les Pays de la Loire et il s’est atténué en Occitanie ». En revanche, la situation « s’est dégradée dans l’extrême sud-est ». Tant et si bien que « la moitié des régions fourragères ont une pousse excédentaire par rapport à la normale, 9 % sont déficitaires. »

Globalement « la situation s’est améliorée dans 90 % des régions fourragères ».

Réagir à cet article

Sur le même sujet