Menu

Pâturage tournant et bilan carboneY. Serreau : « Un GMQ entre 800 g et 1 kg en utilisant moins de concentrés »

Après la Sarthe, le Pays basque et les Hauts-de-France, la web-série Ferme Laitière Bas Carbone fait aujourd’hui étape dans le Perche chez Yohann et Ludovic Serreau. Son premier diagnostic en 2015 lui a permis de prendre la mesure de ses pratiques de manière globale, vis-à-vis de l’environnement, et d’identifier ses leviers d’actions. Il nous explique comment le pâturage tournant dynamique et le travail sur la qualité des fourrages ont contribué à réduire de 10 % ses émissions carbone en cinq ans, sans compromis sur sa production de lait qui a même augmenté, de 1 000 l/vache/an.

Cliquez sur le curseur pour lancer la vidéo.

L’exploitation de polyculture-élevage, sur 130 ha, de Yohann et Ludovic Serreau compte aujourd’hui une soixantaine de vaches laitières installées dans un bâtiment en logettes sur caillebottis et équipé d’une traite automatisée. Le troupeau du Gaec des Chesnaies produit 700 000 litres de lait par an. « L’exploitation est sur des terrains sableux, très humides l’hiver mais qui sèchent très vite l’été, c’est pourquoi les vaches sont en bâtiment. Seules les génisses vont en pâturage. » Parallèlement, le Gaec cultive 40 ha de blé et 20 ha de colza pour la vente.

Ses vaches laitières sont nourries pour moitié avec de l’ensilage herbe (9 ha de luzerne, 28 ha de trèfle en dérobé et 16 ha de prairie temporaire) et, pour une autre moitié, de l’ensilage de maïs et maïs épis (28 ha), complété par des céréales (2 ha d’orge) et des betteraves en hiver pour varier la ration. L’exploitation compte 25 ha de prairies (dont 9 ha permanentes) dans un paysage de bocage où la haie est omniprésente (10,2 km linéaire), un vrai atout en termes de biodiversité.

Réduire l'utilisation des concentrés grâce au pâturage tournant dynamique pour les génisses

Un des leviers d’action de Yohann et Ludovic Serreau pour baisser ses émissions de GES est un moindre recours aux concentrés. « Nous avons augmenté la part d’herbe ensilée. Les fauches précoces plus fréquentes améliorent la qualité des fourrages (proche d’1 UF et 18 % MAT). J’achète moins de tourteaux (soja ou colza) ce qui représente un vrai gain économique », qui fait aussi du bien à son bilan carbone.

Depuis deux ans, Yohann et Ludovic ont mis en place le pâturage tournant dynamique pour leurs génisses. En restructurant leur parcellaire sur des surfaces plus petites (moins de 1 ha), ils optimisent la consommation de l’herbe en respectant son développement. La rotation plus rapide sur les paddocks contribue à une meilleure pousse et aussi à une meilleure prise alimentaire. « Les génisses changent de paddock tous les jours. L’herbe fraiche et riche assure un GMQ entre 800 g et 1 kg en utilisant moins de concentré. »

Bilan carbone : les choix d’investissement impactent les émissions GES

« Sans mesure, pas de résultat. » Grâce au diagnostic, Yohann Serreau a constaté que l’évolution de ses pratiques œuvre à un bon bilan carbone. Des efforts restent à faire sur la gestion des effluents. « Le choix des caillebotis dans notre nouveau bâtiment est un investissement trop récent pour être modifié. Nous avons un projet de méthanisation pour valoriser le lisier en limitant nos émissions de méthane. » L’éleveur voit aussi la production de gaz comme une ressource économique supplémentaire. Un investissement qu’il souhaite entreprendre dans les 5 années à venir. Ce second levier de la gestion des effluents devrait, lui aussi, porter ses fruits tant au niveau des émissions de GES de l’élevage de Yohann et Ludovic Serreau que du bilan économique. Rendez-vous dans cinq ans pour le prochain diagnostic.

Petite pause estivale pour notre web-série Ferme Laitière Bas Carbone. On se retrouve le 31 août, chez Jean-Charles Tardieu, dans le Cantal. En attendant, vous pouvez toujours faire la connaissance de Ghislain, Iban et Jean-Marc qui se sont précédemment prêtés à l’exercice du passage devant la caméra.

Article réalisé par Web-agri Factory et proposé par le Cniel.

Réagir à cet article

Sur le même sujet