Menu

Affichage environnemental sur la viandeInterbev soutient le Planet-score, qui intègre les impacts positifs de l'élevage

Dès 2022, un étiquetage environnemental devra informer les consommateurs sur l’empreinte écologique des produits alimentaires. (©Pixabay)
Dès 2022, un étiquetage environnemental devra informer les consommateurs sur l’empreinte écologique des produits alimentaires. (©Pixabay)

« Le Planet-score constitue la seule alternative crédible et compréhensible, face aux projets d’affichage reposant sur la seule Analyse du Cycle de Vie (ACV) », indique Interbev. Cette méthode de notation prend en compte les impacts positifs de la production de viande comme le stockage du carbone ou la protection de la biodiversité.

Alors que la loi "Résilience & Climat" prévoit un étiquetage environnemental qui devra informer dès 2022 les consommateurs sur l’empreinte écologique des produits alimentaires, Interbev s'était inquiété, notamment lors d'une interview que nous avions réalisée au Space, que cet affichage repose sur la seule Analyse du Cycle de vie des produits. En effet, suivant cette méthode, une vache d’un feed-lot américain aurait un score environnemental meilleur qu’une vache vivant dans une exploitation du Massif central et pâturant sur de vastes prairies ! 

Aussi après la remise des conclusions des expérimentations réalisées sur l'affichage environnemental, Interbev annonce son soutien au Planet-score, développé par l'Itab et ses partenaires. Selon l'interprofession, il « constitue la seule alternative crédible et compréhensible, face aux projets d’affichage reposant sur la seule Analyse du Cycle de Vie (ACV) ». En effet, cette méthode prend davantage en compte les impacts positifs de la production de viande comme le stockage de carbone permis par les prairies, ou encore le maintien de la biodiversité, la qualité de l'eau et des sols.

Le Planet-score se donne également pour objectif de compléter les indicateurs environnementaux par des indicateurs sur les conditions d'élevage. Une position également défendue par l'interprofession, fortement engagée dans cette voie. 

Une trentaine de distributeurs et de marques, comme Lidl, Monoprix ou encore Biocoop, viennent d'ailleurs de s'engager à tester le Planet-score sur certains produits de leurs gammes. Au total 1 000 références sont concernées. Ce test permettra de voir la réaction des consommateurs face à ce nouveau mode d'affichage. 

Réagir à cet article

Sur le même sujet