Menu

Menus sans viande à LyonLe menu unique végétarien dans les cantines de Lyon fait polémique

La ville de Lyon a décidé de mettre en place temporairement un menu unique végétarien dans les cantines. (©Infogram/Pixabay)
La ville de Lyon a décidé de mettre en place temporairement un menu unique végétarien dans les cantines. (©Infogram/Pixabay)

Depuis le 22 février, la ville de Lyon a décidé de mettre en place dans les cantines un menu unique, végétarien pour correspondre à tous les goûts et être servi plus rapidement dans le contexte sanitaire actuel. Une décision qui n’a pas manqué de faire réagir ministres, députés, responsables syndicaux, et les agriculteurs…

Pour faciliter l’accueil de tous les enfants dans le respect des mesures barrières, la ville de Lyon a décidé de servir un menu unique sans viande dans les cantines jusqu’aux vacances de Pâques. Le choix d’un repas végétarien étant motivé par la volonté de servir un menu « qui corresponde à tous les goûts », selon la municipalité.

La décision divise les ministres

La décision a immédiatement suscité de fortes réactions au sein du gouvernement, ministre de l’agriculture en tête : « arrêtons de mettre de l’idéologie dans l’assiette », a twitté dimanche Julien Denormandie, qui précise avoir saisi le préfet du Rhône.

Même prise de position du côté du ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, qui a déploré sur Twitter une « idéologie scandaleuse ».

Le débat paraît en revanche « préhistorique », pour la ministre de la transition écologique. En déplacement le 22 février dans une cantine scolaire de Saint-Denis d’Oléron, où des menus végétariens sont servis aux enfants, Barbara Pompili a regretté « des clichés éculés, du type "l’alimentation végétarienne serait une alimentation déséquilibrée", alors qu’on sait que la viande peut être remplacée par du poisson, des œufs, des légumineuses qui apportent toutes les protéines nécessaires ». La loi Climat, portée par la ministre, propose notamment un repas végétarien par semaine dans les cantines scolaires.

Le ministre de la santé, Olivier Véran, en déplacement le même jour à la CAF de Lyon, a de son côté reconnu qu’il faisait lui-même des repas végétariens à ses propres enfants et qu’il n’était « certainement pas scandalisé qu'on puisse proposer des repas sans viande ou sans poisson à l'école », estimant qu’il n’y avait pas « lieu à polémiquer ».

Décision idéologique, pour les syndicats agricoles

Sans surprise, plusieurs syndicats agricoles ont également dénoncé une idéologie imposée par la municipalité.

Pour la présidente de la FNSEA, invitée de l'émission, C à vous,  « c’est un tour de passe-passe de la municipalité qui vit son idéologie de cette façon là ! »

La Coordination rurale a de son côté remercié le ministre pour ses propos.

Dans un communiqué diffusé le 22 février, le Modef s'est quant à lui dit « scandalisé par cette décision », rappelant les bénéfices économiques, sociaux et territoriaux apportés par l'élevage, ainsi que la situation difficile des éleveurs français.

Pour Samuel Vandaele, président de Jeunes agriculteurs, la question à se poser est d'abord celle du local avant celle de la présence ou non de viande dans les repas.

Le député LREM Jérémy Decerle, ancien président de Jeunes agriculteurs, a lui aussi dénoncé la décision.

Les agriculteurs dénoncent la décision

À Lyon, les éleveurs ont organisé une manifestation pour exprimer leur colère face à la décision de la mairie.

Une manifestation soutenue par l'ancien maire LREM Gérard Collomb (qui avait pourtant pris la même décision en 2020...).

En pleine semaine de communication sur l'agriculture, la polémique devrait continuer quelques jours sur les réseaux sociaux... 

Journaliste politique et économie

Réagir à cet article

Sur le même sujet