Menu

[Vidéo] Vu sur YouTubeL'épandage de lisier sans tonne : voilà à quoi ça ressemble en images

La vidéo publiée sur la chaîne Youtube d'Agri-photographie76 montre clairement le fonctionnement de l'épandage sans tonne baptisé Du@Ferti. Un concept qui n'est pas nouveau mais si certains sont septiques, les images pourraient vous éclairer sur la technique.

Cliquer sur l'image pour démarrer la lecture de la vidéo.

Fini le passage des tonnes à lisier directement dans les parcelles. La technique n'est pas nouvelle mais encore peu répandue. Sans doute une des raisons pour laquelle la chaîne YouTube d'Agri-photographie76 publie la vidéo de l'installation Du@Ferti en plein travail. 

Le concept est simple : éviter de circuler avec les éléments lourds dans le champ pour limiter le tassement. Du coup, plus de cuve attelée au tracteur. À la place, le tracteur Fendt 716 Vario emmène un enrouleur du type irrigation sur son attelage arrière. À l'avant, place à la rampe pendillards de 36 m de large. Particularité : elle est découpée en deux tronçons de 9 m, qui translatent sur la rampe. À l'aller, l'ensemble étale le lisier sur 18 m et au retour, après que les éléments se soient resserrés vers le milieu, fertilise les 18 m restant. Ainsi, le tracteur circule dans les mêmes empreintes.

La bobine gère roule et déroule le tuyau selon le sens d'avancement. L'opérateur bénéficie sans doute de l'autoguidage, un équipement intéressant pour faciliter la tâche de l'opérateur. Particulièrement dans les longues marche arrière et surtout avec une visibilité obstruée par la taille de l'enrouleur. Un gain également en matière de circulation car le système garantit le passage au même endroit dès lors que le signal profite de suffisamment de précision. Fini le balai de cuves dans le champs, elles se relayent en bordure de parcelle pour ravitailler le tracteur d'épandage.

Sébastien Duquef, journaliste rédacteur à la rubrique machinisme de Terre-net, je suis passionné d’agriculture depuis mon enfance. Après 12 ans passés au service de la recherche et de l’innovation variétale chez un semencier français, je me suis tourné vers le machinisme. Depuis 2015, j'ai rejoins la rédaction Terre-net Média pour partager avec vous ma passion pour les machines et les nouvelles technologies.

Réagir à cet article

Sur le même sujet