Menu

VLHPRéussir le tarissement d'une vache à production persistante

Même si sa production reste élevée, mieux vaut ne pas passer à côté du tarissement d'une vache haute productrice. (©Terre-net Média)
Même si sa production reste élevée, mieux vaut ne pas passer à côté du tarissement d'une vache haute productrice. (©Terre-net Média)

Encore plus quand la lactation s’est maintenue à un haut niveau, le tarissement puis la période sèche sont des moments décisifs pour la qualité de la lactation suivante. Comment gérer au mieux cette période pour les vaches qui y arrivent en produisant plus de 25 kg ?

Une bonne gestion du tarissement est essentielle pour optimiser le démarrage de la lactation suivante, éviter les troubles métaboliques et permettre de préparer les phases folliculaires pour la future mise à la reproduction.

Fortes productrices ou grâce à une très bonne persistance de lactation, certaines vaches produisent encore beaucoup de lait deux mois avant vêlage. D’après une étude BCEL Ouest, sur 108 677 vaches Holstein suivies entre 2016 et 2018, 12 % produisaient plus de 25 kg au tarissement, alors que la moyenne nationale est à 17 kg.

Répartition des vaches selon leur production laitière au tarissement
Plus d'un tiers des vaches produisent encore plus de 20 kg au tarissement. (©BCEL Ouest)

« Attention, prévient Sophie Géant, consultante qualité du lait chez Eilyps, un tarissement trop court aura des conséquences négatives sur la régénération de la mamelle, la qualité du colostrum et le niveau de la lactation suivante. Il faut aussi être vigilant sur la durée de rémanence des antibiotiques si on en administre. » La durée minimale préconisée est de 60 jours pour les primipares, afin de préserver la fin de leur croissance. Elle peut être diminuée à 45 jours pour les multipares.

Accompagner la diminution de la production

Pour réduire la production à l’approche du tarissement, on peut lever le pied sur le concentré quand on travaille en ration individualisée. Par contre, pas de diète drastique du jour au lendemain pour couper le lait. « Pour le bon fonctionnement du rumen, il faut respecter un minimum de transition », rappelle Sophie Géant.

Au robot, limiter la fréquence à 2 traites/j et passer en monotraite une semaine avant le tarissement.

Un autre levier est la fréquence de traite. « En robot, dès 30 jours avant la date prévue du tarissement, on peut n’autoriser que deux traites par jour, conseille Yannick Saillard, vétérinaire chez Innoval. En salle de traite, il est aussi possible de ne passer la vache qu’une fois par jour dans la semaine précédant le tarissement. C’est efficace pour baisser le lait mais il faut rester vigilant sur le risque mammites. » Il existe aussi des produits "coupe-lait". « Ce sont des additifs alimentaires à base d’extraits de plantes connus pour leur action anti-lactogène. Ils sont à donner le jour du tarissement », relate Sophie Géant. 

Gérer le risque mammites

Le tarissement est aussi une période clé dans la gestion des mammites. De bonnes pratiques permettent d’assainir les infections résiduelles et d’éviter l’apparition de nouvelles infectées post-vêlage, sans pour autant recourir systématiquement aux antibiotiques. Grâce à la connaissance du statut sanitaire de ses vaches et des périodes plus ou moins à risques, le protocole sanitaire sera adapté à chaque vache. « Une vache considérée saine, c’est-à-dire avec moins de 100/120 000 cellules au dernier contrôlé, voire sur ces trois derniers contrôles, peut être tarie sans antibiotiques », rappelle Yannick Saillard.

Désinfecter les trayons et porter des gants pour poser un obturateur.

Pour éviter que des pathogènes ne rentrent dans la mamelle, des défenses naturelles se mettent en place, à travers la formation d’un bouchon de kératine à l’extrémité du sphincter. Chez les vaches qui produisent encore beaucoup de lait, les pertes de lait après tarissement sont plus fréquentes et le bouchon de kératine va se mettre en place avec plus de difficultés et sur une période plus longue. L’application d’un obturateur limite mécaniquement le risque de contamination. « Veillez à respecter une bonne hygiène à la pose, en désinfectant les trayons avec des lingettes alcoolisées, en portant des gants, afin de ne pas introduire soi-même de germes dans la mamelle », recommande Yannick Saillard.

Une ration adaptée

Une fois entrée en période sèche, une vache doit recevoir une ration adaptée, qui doit rester de qualité, pour bien préparer la lactation suivante. Les apports en minéraux doivent être suffisants pour soutenir l’immunité, assurer la qualité du colostrum et la régénération de la mamelle.

La ration des taries mérite d’être raisonnée en deux périodes. Pour les premières 3 à 4 semaines, la ration doit aider à assécher la mamelle. Il faut diluer l’énergie et l’azote, mais garder du volume pour maintenir le rumen. « Il faut baisser la teneur en azote, par exemple en évitant l’herbe jeune avec du trèfle, conseille Yannick Saillard. En base maïs, la ration peut se composer de 5 à 6 kg MS de maïs, 1 kg maximum de correcteur azoté, de la paille et du minéral. »

Sur les trois à quatre semaines suivantes, la ration va participer à préparer la lactation suivante. Il faut la reconcentrer, par exemple en passant à 7 à 8 kg de MS d’ensilage et 1,5 kg de correcteur azoté. Ces chiffres sont à adapter selon la qualité du maïs et du type de correcteur.

Plus que le niveau de production, l’état corporel est un facteur de risque pour la plupart des maladies métaboliques. La ration doit permettre de garder des vaches entre 3 et 3,25. Pour prévenir les fièvres de lait, la gestion du calcium est primordiale. L’herbe est à nouveau à risque pour la gestion du Bilan Alimentation Cation Anion, dans la phase de préparation des 10/15 jours avant vêlage

Même pendant le tarissement, le suivi des vaches reste important. « Il faut bien les surveiller pendant les deux semaines après le tarissement, vérifier la bonne rumination et qu’il n’y ait pas de mammite, conseille Sophie Géant. La vigilance sera aussi de mise quelques jours avant la date prévue de vêlage. »

L'interprofession laitière publie une vidéo sur le tarissement :

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo

Réagir à cet article

Sur le même sujet